share_book
Envoyer cet article par e-mail

Israël et la Loi dans l'épitre aux Romains

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Israël et la Loi dans l'épitre aux Romains

Israël et la Loi dans l'épitre aux Romains

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Israël et la Loi dans l'épitre aux Romains"

Bien des reproches sont faits à saint Paul, en particulier celui d'avoir coupé le christianisme de ses racines juives et d'avoir donné une image caricaturale du judaïsme. Le présent essai affronte ces questions, en examinant la manière dont l'Apôtre, dans sa lettre aux Romains, conçoit le rapport d'Israël à sa Loi. Au-delà de la justesse des analyses, il y va évidemment des rapports entre christianisme et judaïsme. Paul a bien vu qu'ayant reçu par (et dans) la Loi la connaissance de la volonté divine, le Juif se sait responsable du reste de l'humanité, et il a perçu de l'intérieur que le rapport du Juif à la Tora est aussi fort, aussi exclusif que l'est, pour le baptisé, le rapport au Christ et à l'Eglise. Il a aussi compris que le Juif ne peut quitter un système qui le lui interdit, sous peine de malédiction ! Comment ce dernier pourrait-il ne pas vivre la Loi comme une pratique ou comme des oeuvres, puisque c'est la Loi elle-même qui le lui demande ? Telle est bien d'ailleurs l'alternative décrite par Romains : ou bien le Juif obéit à la Loi en la mettant en pratique et il ne peut alors croire au Christ, ou bien il croit au Christ, mais il sort du système de la Loi, en ce qu'il a d'exclusif. Paul n'en est évidemment pas resté à l'énigme d'un Dieu qui aurait donné à Israël un système législatif bon, mais qui l'empêche de croire en Jésus, Messie et Sauveur de tous les humains. Il lui fallait montrer que la Loi elle-même énonce ses propres limites, en même temps qu'elle annonce l'Evangile. C'est un long travail de déconstruction (relatif au statut et à la fonction de la Loi) qu'opère Paul dans sa lettre aux Romains, et dont le présent essai expose les lignes de force.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 320  pages
  • Dimensions :  2.8cmx13.6cmx20.8cm
  • Poids : 381.0g
  • Editeur :   Le Cerf Paru le
  • Collection : Lectio Divina, n° 173
  • ISBN :  2204059641
  • EAN13 :  9782204059640
  • Classe Dewey :  227.106
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean-Noël Aletti

Vocabulaire raisonné de l'exégèse biblique : Les mots, les approches, les auteurs

L'objet du présent Vocabulaire raisonné de l'exégèse biblique est la présentation des mots utilisés dans l'analyse de la Bible. Exégètes chevronnés et professeurs d'Écriture sainte, les auteurs le savent : la lecture d'une définition ne permet pas toujours de se faire une idée claire de ...

Le Christ de Saint Luc jjcn 98

S'il semble malvenu de demander " Luc a-t-il un projet théologique ? Est-il un théologien ? ", il est malgré tout utile de s'interroger sur ses intérêts : est-il plus historien que théologien ? Sa théologie est-elle subordonnée à une intention historienne ? Pourquoi et comment raconte-t-il ...

Voir tous les livres de Jean-Noël Aletti

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Bien des reproches sont faits à saint Paul, en particulier celui d'avoir coupé le christianisme de ses racines juives et d'avoir donné une image caricaturale du judaïsme. Le présent essai affronte ces questions, en examinant la manière dont l'Apôtre, dans sa lettre aux Romains, conçoit le rapport d'Israël à sa Loi. Au-delà de la justesse des analyses, il y va évidemment des rapports entre christianisme et judaïsme. Paul a bien vu qu'ayant reçu par (et dans) la Loi la connaissance de la volonté divine, le Juif se sait responsable du reste de l'humanité, et il a perçu de l'intérieur que le rapport du Juif à la Tora est aussi fort, aussi exclusif que l'est, pour le baptisé, le rapport au Christ et à l'Eglise. Il a aussi compris que le Juif ne peut quitter un système qui le lui interdit, sous peine de malédiction ! Comment ce dernier pourrait-il ne pas vivre la Loi comme une pratique ou comme des oeuvres, puisque c'est la Loi elle-même qui le lui demande ? Telle est bien d'ailleurs l'alternative décrite par Romains : ou bien le Juif obéit à la Loi en la mettant en pratique et il ne peut alors croire au Christ, ou bien il croit au Christ, mais il sort du système de la Loi, en ce qu'il a d'exclusif. Paul n'en est évidemment pas resté à l'énigme d'un Dieu qui aurait donné à Israël un système législatif bon, mais qui l'empêche de croire en Jésus, Messie et Sauveur de tous les humains. Il lui fallait montrer que la Loi elle-même énonce ses propres limites, en même temps qu'elle annonce l'Evangile. C'est un long travail de déconstruction (relatif au statut et à la fonction de la Loi) qu'opère Paul dans sa lettre aux Romains, et dont le présent essai expose les lignes de force.