share_book
Envoyer cet article par e-mail

Officiers et soldats de la Garde impériale (1804-1815) : Tome 2, Les troupes à cheval

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Officiers et soldats de la Garde impériale (1804-1815) : Tome 2, Les troupes à cheval

Officiers et soldats de la Garde impériale (1804-1815) : Tome 2, Les troupes à cheval

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Officiers et soldats de la Garde impériale (1804-1815) : Tome 2, Les troupes à cheval"

Pour l'Empereur, la cavalerie est l'arme du commandement, elle doit le renseigner et lui permettre de faire sentir son action, sa vision au coeur de l'engagement. Il faut disposer du plus d'escadrons possible pour parer un danger, profiter de la première opportunité ou créer l'événement au cours de la bataille. La nécessité de disposer d'une cavalerie rapide et manoeuvrière (la cavalerie légère), d'une cavalerie de rupture (la cavalerie lourde) et d'une cavalerie d'exploitation pouvant occuper le terrain (la cavalerie de ligne, les dragons), est essentielle. Sa rapidité, fait de la cavalerie l'arme du chef, l'arme de crise par excellence. Ces considérations impériales sur le rôle de la cavalerie en général sont bien entendu applicables à la cavalerie de la Garde qui se révèle bien, de par sa nature même de phalange de recours, comme étant l'arme suprême du commandement que l'on emploie au mieux des circonstances.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 82  pages
  • Dimensions :  0.8cmx19.4cmx23.2cm
  • Poids : 358.3g
  • Editeur :   Histoire Et Collections Paru le
  • Collection : Officiers et soldats
  • ISBN :  2913903444
  • EAN13 :  9782913903449
  • Langue : Français

D'autres livres de  Jean-Marie Mongin

La seconde guerre mondiale et les figurines de grande taille

Nous n'allons pas vous faire dans ce petit opuscule l'apologie de la " Barbie militaire " - comme les mauvaises langues nomment souvent les mannequins de grande taille -, mais bien vous exposer ce qui est en passe de devenir un vrai phénomène de collection: les figurines 12 pouces. Ce n'est plus l...

Voir tous les livres de  Jean-Marie Mongin

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Pour l'Empereur, la cavalerie est l'arme du commandement, elle doit le renseigner et lui permettre de faire sentir son action, sa vision au coeur de l'engagement. Il faut disposer du plus d'escadrons possible pour parer un danger, profiter de la première opportunité ou créer l'événement au cours de la bataille. La nécessité de disposer d'une cavalerie rapide et manoeuvrière (la cavalerie légère), d'une cavalerie de rupture (la cavalerie lourde) et d'une cavalerie d'exploitation pouvant occuper le terrain (la cavalerie de ligne, les dragons), est essentielle. Sa rapidité, fait de la cavalerie l'arme du chef, l'arme de crise par excellence. Ces considérations impériales sur le rôle de la cavalerie en général sont bien entendu applicables à la cavalerie de la Garde qui se révèle bien, de par sa nature même de phalange de recours, comme étant l'arme suprême du commandement que l'on emploie au mieux des circonstances.