share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les Canons de aa Victoire 1914-1918 : l'artillerie à grande puissance (2)

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les Canons de aa Victoire 1914-1918 : l'artillerie à grande puissance (2)

Les Canons de aa Victoire 1914-1918 : l'artillerie à grande puissance (2)

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les Canons de aa Victoire 1914-1918 : l'artillerie à grande puissance (2)"

Avec la forme nouvelle et monstrueuse que prend la guerre débutée « la fleur au fusil » le 2 août 1914, les deux camps développent durant quatre années une formidable artillerie de très gros calibre. Mais dans cette course au gigantisme, la France a pris du retard, qu'elle va devoir combler à marche forcée. Les premières ressources en artillerie à grande puissance destinées à appuyer nos Poilus au fond des tranchées, sont fournies dès la fin de l'année 1914 par la marine qui met à terre, ou sur péniches et canonnières fluviales, des pièces de 100 mm, 14, 16, 19 et 24 cm. L'artillerie de côte fournit elle aussi des ressources analogues en bouches à feu, mais l'adaptation de ces pièces de bord et de côte à la guerre de position, sur terre, demande la mise au point d'affûts spéciaux, utilisant pour la majorité d'entre eux un support approprié : le rail. Ainsi naît une puissante artillerie lourde sur voie ferrée (ALVF), installée sur d'impressionnants affûtstrucks qui, au nombre de plusieurs centaines en 1918, seront les instruments d'un déluge d'acier. Ce petit volume très structuré passe en revue les quelques 49 matériels différents de ce genre, du modeste 95 mm de côte monté sur wagon blindé, jusqu'aux imposants matériels de 340, 370 et 400 mm, sans oublier le plus gigantesque de tous, l'obusier de 520 mm modèle 1916 , 265 tonnes sur rail, dont l'obus pesait à lui seul plus de 1 600 kilos.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 64  pages
  • Dimensions :  1.0cmx19.6cmx23.4cm
  • Poids : 272.2g
  • Editeur :   Histoire & Collections Paru le
  • Collection : Les matériels de l'armée française
  • ISBN :  2352500850
  • EAN13 :  9782352500858
  • Classe Dewey :  355.822
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Avec la forme nouvelle et monstrueuse que prend la guerre débutée « la fleur au fusil » le 2 août 1914, les deux camps développent durant quatre années une formidable artillerie de très gros calibre. Mais dans cette course au gigantisme, la France a pris du retard, qu'elle va devoir combler à marche forcée. Les premières ressources en artillerie à grande puissance destinées à appuyer nos Poilus au fond des tranchées, sont fournies dès la fin de l'année 1914 par la marine qui met à terre, ou sur péniches et canonnières fluviales, des pièces de 100 mm, 14, 16, 19 et 24 cm. L'artillerie de côte fournit elle aussi des ressources analogues en bouches à feu, mais l'adaptation de ces pièces de bord et de côte à la guerre de position, sur terre, demande la mise au point d'affûts spéciaux, utilisant pour la majorité d'entre eux un support approprié : le rail. Ainsi naît une puissante artillerie lourde sur voie ferrée (ALVF), installée sur d'impressionnants affûtstrucks qui, au nombre de plusieurs centaines en 1918, seront les instruments d'un déluge d'acier. Ce petit volume très structuré passe en revue les quelques 49 matériels différents de ce genre, du modeste 95 mm de côte monté sur wagon blindé, jusqu'aux imposants matériels de 340, 370 et 400 mm, sans oublier le plus gigantesque de tous, l'obusier de 520 mm modèle 1916 , 265 tonnes sur rail, dont l'obus pesait à lui seul plus de 1 600 kilos.