share_book
Envoyer cet article par e-mail

Mémoires sur l'impératrice Joséphine : Ses contemporains, la cour de Navarre et de la Malmaison

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Mémoires sur l'impératrice Joséphine : Ses contemporains, la cour de Navarre et de la Malmaison

Mémoires sur l'impératrice Joséphine : Ses contemporains, la cour de Navarre et de la Malmaison

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Mémoires sur l'impératrice Joséphine : Ses contemporains, la cour de Navarre et de la Malmaison"

Georgette Ducrest fait partie de ces mémorialistes discrets, qui ne se mettent pas en avant, mais qui racontent, tel Candide, ce qu'ils ont vu et entendu, s'en étonnent, s'en émerveillent et parfois s'en scandalisent. Le séjour que fit Georgette Ducrest à la cour de Joséphine pendant l'hiver 1810-1811 bouleversa son existence. Pour avoir approché une majesté impériale, elle se sentit autorisée à raconter ce qu'elle avait vu. Par la magie de ces quelques mois passés auprès de l'impératrice répudiée, elle était sortie du vulgaire : elle avait approché l'idole, baisé sa main, respiré son parfum. Les chapitres des Mémoires consacrés à cette brève période constituent une sorte de reportage sur le terrain, de photographie en instantané. Georgette écoute Joséphine, l'observe, notant les moindres détails de cette existence qui s'apparente à celle d'une souveraine en exil, entourée d'une véritable cour. Evocations d'un passé qui se teinte sinon d'amertume du moins de regrets douloureux, les apparences de la grandeur ne parvenant pas à cacher le pathétique de la répudiation. L'auteur est une demoiselle qu'un rien émerveille et la relation de ses souvenirs conserve une innocence qui en souligne davantage la sincérité.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 524  pages
  • Dimensions :  2.8cmx10.6cmx17.8cm
  • Poids : 222.3g
  • Editeur :   Mercure De France Paru le
  • Collection : TEMPS RETR POCH
  • ISBN :  2715229038
  • EAN13 :  9782715229037
  • Classe Dewey :  944
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Georgette Ducrest fait partie de ces mémorialistes discrets, qui ne se mettent pas en avant, mais qui racontent, tel Candide, ce qu'ils ont vu et entendu, s'en étonnent, s'en émerveillent et parfois s'en scandalisent. Le séjour que fit Georgette Ducrest à la cour de Joséphine pendant l'hiver 1810-1811 bouleversa son existence. Pour avoir approché une majesté impériale, elle se sentit autorisée à raconter ce qu'elle avait vu. Par la magie de ces quelques mois passés auprès de l'impératrice répudiée, elle était sortie du vulgaire : elle avait approché l'idole, baisé sa main, respiré son parfum. Les chapitres des Mémoires consacrés à cette brève période constituent une sorte de reportage sur le terrain, de photographie en instantané. Georgette écoute Joséphine, l'observe, notant les moindres détails de cette existence qui s'apparente à celle d'une souveraine en exil, entourée d'une véritable cour. Evocations d'un passé qui se teinte sinon d'amertume du moins de regrets douloureux, les apparences de la grandeur ne parvenant pas à cacher le pathétique de la répudiation. L'auteur est une demoiselle qu'un rien émerveille et la relation de ses souvenirs conserve une innocence qui en souligne davantage la sincérité.