share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le Sortir de Son Monde - Le Combat d'une Mere pour Son Enfant Autiste (syndrôme d'Asperger)

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le Sortir de Son Monde - Le Combat d'une Mere pour Son Enfant Autiste (syndrôme d'Asperger)

Le Sortir de Son Monde - Le Combat d'une Mere pour Son Enfant Autiste (syndrôme d'Asperger)

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le Sortir de Son Monde - Le Combat d'une Mere pour Son Enfant Autiste (syndrôme..."

« Nous ne pouvons plus garder Jules à l école, vous devez le placer en hôpital de jour. Là seulement on pourra le calmer »... Et achever de le couper des autres et de la vie, à 7 ans ? Florentine refuse. Son fils a des crises de violence, rejette tout le monde, mais a un Q.I. de 120, une mémoire et une créativité phénoménales. En plus, les psys se contredisent. L un le juge tout à fait normal, mais très perturbé par le remariage de sa mère, en somme c est sa faute ; l autre le trouve psychotique. Une amie dit un jour qu il est juste « dans son monde ». Aussitôt Florentine pense à l autisme. Mais Jules ne reste pas recroquevillé dans son coin, selon l image classique de cette affection. Il parle, il aime les mots... Seulement il n a jamais souri et ses cris sont des cris de détresse. C est de cette détresse que Florentine, avec le soutien inconditionnel d Henri Leconte, a voulu le sauver, envers et contre tout. Contre la difficulté d obtenir une explication, contre l ironie ou la colère des médecins : non, l autisme, ce n est pas ça ! Eh bien si, c est ça, aussi. Une forme particulière de cet état dont la médecine est peu familière... Jules est soigné dans ce sens depuis plusieurs années. Et lui qui restait si indifférent aux rires comme aux larmes de sa mère lui a dit l autre jour : « J aime pas quand tu pleures, maman. Ça ne va pas ? » La petite phrase de tous les espoirs. La lutte d une mère face à une affection mal connue de bien des médecins, à l inertie administrative et au refus d accepter de rembourser certains soins qui reviendraient pourtant moins cher que l hôpital public.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 272  pages
  • Dimensions :  3.0cmx14.0cmx22.2cm
  • Poids : 381.0g
  • Editeur :   Michel Lafon Paru le
  • ISBN :  2749914809
  • EAN13 :  9782749914800
  • Classe Dewey :  846
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

« Nous ne pouvons plus garder Jules à l école, vous devez le placer en hôpital de jour. Là seulement on pourra le calmer »... Et achever de le couper des autres et de la vie, à 7 ans ? Florentine refuse. Son fils a des crises de violence, rejette tout le monde, mais a un Q.I. de 120, une mémoire et une créativité phénoménales. En plus, les psys se contredisent. L un le juge tout à fait normal, mais très perturbé par le remariage de sa mère, en somme c est sa faute ; l autre le trouve psychotique. Une amie dit un jour qu il est juste « dans son monde ». Aussitôt Florentine pense à l autisme. Mais Jules ne reste pas recroquevillé dans son coin, selon l image classique de cette affection. Il parle, il aime les mots... Seulement il n a jamais souri et ses cris sont des cris de détresse. C est de cette détresse que Florentine, avec le soutien inconditionnel d Henri Leconte, a voulu le sauver, envers et contre tout. Contre la difficulté d obtenir une explication, contre l ironie ou la colère des médecins : non, l autisme, ce n est pas ça ! Eh bien si, c est ça, aussi. Une forme particulière de cet état dont la médecine est peu familière... Jules est soigné dans ce sens depuis plusieurs années. Et lui qui restait si indifférent aux rires comme aux larmes de sa mère lui a dit l autre jour : « J aime pas quand tu pleures, maman. Ça ne va pas ? » La petite phrase de tous les espoirs. La lutte d une mère face à une affection mal connue de bien des médecins, à l inertie administrative et au refus d accepter de rembourser certains soins qui reviendraient pourtant moins cher que l hôpital public.