share_book
Envoyer cet article par e-mail

Pompéi : Un art de vivre

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Pompéi : Un art de vivre

Pompéi : Un art de vivre

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Pompéi : Un art de vivre"

Qui n'a rêvé, flânant rue de l'Abondance, de voir soudain surgir, ressuscitée, la vie grouillante de l'antique Pompéi : l'animation dans les boutiques (tabernae) de Julia Felix, les gargotes (cenacula), les bars (cauponae), restaurants rapides, tel celui d'Asel-lina et de ses accortes serveuses où l'on consommait chaud aliments et boissons que conservaient ces amphores encastrées dans la maçonnerie, aussi caractéristiques que les passages en relief pour piétons entre lesquels on croit encore entendre le crissement des charrettes recouvrant le constant murmure des fontaines ? La catastrophe de l'automne 79 a préservé, mieux que partout dans le monde gréco-romain, malgré déprédations et accidents de l'histoire, les traces de la vie, les architectures publiques et privées, les oeuvres d'art, les objets du quotidien, jusqu'aux squelettes et aux corps que les moulages de Fiorelli ont reconstitués de façon saisissante. C'est une telle résurrection qu'opèrent ici Eva Cantarella et Luciana Jacobelli, l'une spécialiste du droit et des institutions romaines, l'autre archéologue ayant longuement collaboré aux fouilles de Pompéi. Travail scientifique : il analyse et met en perspective la réalité vécue du temps, si présente au point de paraître “moderne”, en l'arrachant aux aimables légendes que la littérature - Gautier, Jensen, E. Bulwer-Lytton -, le cinéma et la peinture “pompier” ont complaisamment propagées, tout comme à la tentation aiguë de l'anachronisme. Ces graffitis de femmes amoureuses, de soupirants déçus, d'écoliers vindicatifs ; ces programmata en faveur de candidats aux élections, écrits sur les murs par les corporations de foulons ou d'orfèvres ; ces violences à l'amphithéâtre entre supporters des gladiateurs locaux et ceux de Nuceria ; ces meretrices, fornicatrices, noctilucae, ambulatrices sorties tout droit d'un film de Fellini... autant d'invites aux rapprochements avec notre monde contemporain. C'est pourtant la mise à distance qui est la marque et l'intérêt du travail des auteurs. Pompéi, au contact des Etrusques et des comptoirs de la Grande Grèce, passée au Ve siècle sous le contrôle des Samnites puis, au IIe siècle, de Rome victorieuse de Carthage, offrait une société complexe, aux institutions hybrides - municipe de droit romain, mais colonie pour vétérans de Sylla - au sein d'un environnement privilégié : la Campanie et particulièrement la région du Vésuve, riche en huile et en vin ; l'embouchure du Sarno ouvrant la route au commerce maritime et à toutes les influences venues de Grèce ou d'Orient, afflux d'esclaves urbains ou agricoles, gladiateurs, cultes de Dionysos ou d'Isis, goût du luxe dont témoignent les riches demeures citadines et les mirifiques villas parsemant le golfe de Naples. En regard des normes rigides de l'austère Rome antique - civilisation de paysans, de juristes et de soldats, donnant, notamment, à la “puissance paternelle” tout pouvoir sur les enfants, même adultes et exerçant de hautes fonctions -, les moeurs de cette société mêlée et florissante marquaient un décalage que les auteurs se plaisent à souligner : cela vaut, en particulier, pour les femmes, soumises en droit, en réalité subtilement émancipées, ni matrones ni messalines.

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • 232  pages
  • Dimensions :  2.6cmx29.6cmx31.4cm
  • Poids : 2159.1g
  • Editeur :   Imprimerie Nationale Paru le
  • Collection : IMPRIMERIE NATI
  • ISBN :  2330000804
  • EAN13 :  9782330000806
  • Classe Dewey :  700
  • Langue : Français

D'autres livres de Eva Cantarella

Les Peines de mort en Grèce et à Rome : Origines et fonctions des supplices capitaux dans l'Antiquité classique

Lorsqu'ils prévoyaient la peine capitale, le droit grec et le droit romain de l'Antiquité évoquaient "les peines de mort". En construisant sa démonstration autour des thèmes du châtiment, de la vengeance et de l'expiation, Eva Cantarella montre que, à la différence des pratiques modernes d'e...

Voir tous les livres de Eva Cantarella

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Qui n'a rêvé, flânant rue de l'Abondance, de voir soudain surgir, ressuscitée, la vie grouillante de l'antique Pompéi : l'animation dans les boutiques (tabernae) de Julia Felix, les gargotes (cenacula), les bars (cauponae), restaurants rapides, tel celui d'Asel-lina et de ses accortes serveuses où l'on consommait chaud aliments et boissons que conservaient ces amphores encastrées dans la maçonnerie, aussi caractéristiques que les passages en relief pour piétons entre lesquels on croit encore entendre le crissement des charrettes recouvrant le constant murmure des fontaines ? La catastrophe de l'automne 79 a préservé, mieux que partout dans le monde gréco-romain, malgré déprédations et accidents de l'histoire, les traces de la vie, les architectures publiques et privées, les oeuvres d'art, les objets du quotidien, jusqu'aux squelettes et aux corps que les moulages de Fiorelli ont reconstitués de façon saisissante. C'est une telle résurrection qu'opèrent ici Eva Cantarella et Luciana Jacobelli, l'une spécialiste du droit et des institutions romaines, l'autre archéologue ayant longuement collaboré aux fouilles de Pompéi. Travail scientifique : il analyse et met en perspective la réalité vécue du temps, si présente au point de paraître “moderne”, en l'arrachant aux aimables légendes que la littérature - Gautier, Jensen, E. Bulwer-Lytton -, le cinéma et la peinture “pompier” ont complaisamment propagées, tout comme à la tentation aiguë de l'anachronisme. Ces graffitis de femmes amoureuses, de soupirants déçus, d'écoliers vindicatifs ; ces programmata en faveur de candidats aux élections, écrits sur les murs par les corporations de foulons ou d'orfèvres ; ces violences à l'amphithéâtre entre supporters des gladiateurs locaux et ceux de Nuceria ; ces meretrices, fornicatrices, noctilucae, ambulatrices sorties tout droit d'un film de Fellini... autant d'invites aux rapprochements avec notre monde contemporain. C'est pourtant la mise à distance qui est la marque et l'intérêt du travail des auteurs. Pompéi, au contact des Etrusques et des comptoirs de la Grande Grèce, passée au Ve siècle sous le contrôle des Samnites puis, au IIe siècle, de Rome victorieuse de Carthage, offrait une société complexe, aux institutions hybrides - municipe de droit romain, mais colonie pour vétérans de Sylla - au sein d'un environnement privilégié : la Campanie et particulièrement la région du Vésuve, riche en huile et en vin ; l'embouchure du Sarno ouvrant la route au commerce maritime et à toutes les influences venues de Grèce ou d'Orient, afflux d'esclaves urbains ou agricoles, gladiateurs, cultes de Dionysos ou d'Isis, goût du luxe dont témoignent les riches demeures citadines et les mirifiques villas parsemant le golfe de Naples. En regard des normes rigides de l'austère Rome antique - civilisation de paysans, de juristes et de soldats, donnant, notamment, à la “puissance paternelle” tout pouvoir sur les enfants, même adultes et exerçant de hautes fonctions -, les moeurs de cette société mêlée et florissante marquaient un décalage que les auteurs se plaisent à souligner : cela vaut, en particulier, pour les femmes, soumises en droit, en réalité subtilement émancipées, ni matrones ni messalines.