share_book
Envoyer cet article par e-mail

Côte d'amour : De la pointe de Penvins à Pornichet

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Côte d'amour : De la pointe de Penvins à Pornichet

Côte d'amour : De la pointe de Penvins à Pornichet

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Côte d'amour : De la pointe de Penvins à Pornichet"

La presqu'île guérandaise constitue un monde tout à fait à part sur le littoral de Bretagne Sud: Il a été modelé par les alluvions des deux fleuves qui l'enserrent, donnant naissance à des milieux d'une extrême fragilité, celui du .marais de la Grande Brière qui forme l'arrière-pays et celui des marais salants de Guérande et de Mesquer dont les mosaïques occupent les zones les plus basses. Les économies «douces» qui s'y sont développées, récolte du sel, culture des roseaux ou exploitation de la tourbe, ont permis le maintient d'une faune et d'une flore d'une exceptionnelle richesse. En contrepoint de ces ambiances d'une grande douceur, la Grande Côte, la Riviera bauloise et la grande industrie de l'estuaire de la Loire tout proche témoignent d'une activité économique frénétique avec des secteurs de pointe comme la pêche, le tourisme balnéaire ou la construction navale.

Détails sur le produit

  • Reliure : Couverture à spirales
  • 47  pages
  • Dimensions :  0.8cmx21.4cmx22.4cm
  • Poids : 358.3g
  • Editeur :   Gallimard 
  • Collection : Guides des Cote
  • ISBN :  2742408207
  • EAN13 :  9782742408207
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean-Louis Guéry

Le balisage et les signaux maritimes : En 230 photos et illustrations

Cône vert, tourelle jaune et noire, feu vert à éclat, croix sur bouée jaune, deux feux blancs sur un feu rouge dans la mâture, pavillon à damiers bleus et blancs dans les haubans, trois feux rouges clignotants à l'entrée d'un port... En navigation côtière, il n'est pas un mille parcouru au...

Marées, vents et courants : en 150 photos et illustrations

Cet ouvrage abondamment illustré explique les choses simplement et n'a pas la prétention d'être un traité d'océanographie. Il s'adresse surtout avec plaisanciers qui veulent comprendre les phénomènes auxquels ils sont confrontés au cours de leurs navigations. L'auteur s'est efforcé de fourn...

Le SPI : Manoeuvres et réglages en 300 illustrations et photos

Le spi est une voile pour laquelle de nombreux plaisanciers ont un peu de méfiance. Les images de voiliers en course déboulant spis gonflés à rompre leurs coutures ou partant dans de spectaculaires figures, barres de flèche dans l'eau et spis en drapeau, ne sont pas là pour les rassurer. Le sp...

Voir tous les livres de Jean-Louis Guéry

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

La presqu'île guérandaise constitue un monde tout à fait à part sur le littoral de Bretagne Sud: Il a été modelé par les alluvions des deux fleuves qui l'enserrent, donnant naissance à des milieux d'une extrême fragilité, celui du .marais de la Grande Brière qui forme l'arrière-pays et celui des marais salants de Guérande et de Mesquer dont les mosaïques occupent les zones les plus basses. Les économies «douces» qui s'y sont développées, récolte du sel, culture des roseaux ou exploitation de la tourbe, ont permis le maintient d'une faune et d'une flore d'une exceptionnelle richesse. En contrepoint de ces ambiances d'une grande douceur, la Grande Côte, la Riviera bauloise et la grande industrie de l'estuaire de la Loire tout proche témoignent d'une activité économique frénétique avec des secteurs de pointe comme la pêche, le tourisme balnéaire ou la construction navale.