share_book
Envoyer cet article par e-mail

Jésus prend la mer

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Jésus prend la mer

Jésus prend la mer

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Jésus prend la mer"

“ Puis un drôle de truc se produit. Dans l’eau, à côté de nous, apparaît la grande sculpture de Jésus sur la croix, celle de l’église en stuc au bout de ma rue. Il est sur le dos, les bras écartés, les vagues lui glissant sur la peau. Les trous dans ses mains sont pareils aux pétales des bougainvillées sur le mur de l’église…» Qu’il raconte la violence des chasseurs sous la lumière hivernale ou celle d’une bande de motards qui aiment à humilier ou terroriser les gens, qu’il recrée l’époque agitée et haute en couleurs des débuts du rockn’roll à l’ombre d’Elvis Presley et Jerry Lee Lewis, qu’il refasse vivre dans des récits manifestement autobiographiques sa jeunesse et son adolescence pendant la Seconde Guerre Mondiale, sa rencontre avec Bugsy Siegel ou le quotidien des prospecteurs de pétrole, James Lee Burke ne perd jamais de vue La Nouvelle Orléans et les ouragans qui la dévastent, une ville qui est un “poème” ou “une chanson dans le Coeur qui ne meurt jamais”. C’est quand il évoque les rescapés de la ville martyre que son lyrisme naturel atteint au sublime.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 188  pages
  • Dimensions :  1.6cmx14.0cmx21.8cm
  • Poids : 258.5g
  • Editeur :   Rivages Paru le
  • Collection : RIVAGES GD FORM
  • ISBN :  2743621036
  • EAN13 :  9782743621032
  • Classe Dewey :  813.54
  • Langue : Français

D'autres livres de James Lee Burke

La nuit la plus longue

A l’été 2005, un terrifiant ouragan dévaste le sud de la Louisiane. Son impact sur La Nouvelle-Orléans évoque la bombe atomique qui a anéanti Hiroshima. Envoyé en renfort dans la métropole sinistrée, Dave Robicheaux, adjoint au shérif de New Iberia, découvre un univers de cauchemar :...

Dernier tramway pour les Champs-Elysées

Par une soirée pluvieuse en cette fin d’été, Dave Robicheaux se sent d’humeur morose. Même s’il ne boit plus, il cherche à retrouver la chaleur et l’ambiance des bars qui le renvoient à la Louisiane de son enfance. Assis au comptoir chez Goldie Bierbaum, il voit entrer un jeune [......

Le brasier de l'ange

L'inspecteur Dave Robicheaux, de la police de New Iberia, enquête sur le meurtre particulièrement horrible de Della Landry dont l'appartement a été dévasté. Dave apprend qu'elle était la petite amie de Sonny Boy Marsallus, un chien fou qui a fait sa réapparition dans la ville depuis peu. ...

La pluie de néon

Se mêler des affaires des autres est parfois une manière de survivre. Surtout quand on a un léger problème d'alcool, de vilains souvenirs du Vietnam et une haute idée de la justice. C'est le cas du lieutenant cajun Dave Robicheaux, que sa plaque à la Criminelle de La Nouvelle Orléans ne [....

Voir tous les livres de James Lee Burke

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

“ Puis un drôle de truc se produit. Dans l’eau, à côté de nous, apparaît la grande sculpture de Jésus sur la croix, celle de l’église en stuc au bout de ma rue. Il est sur le dos, les bras écartés, les vagues lui glissant sur la peau. Les trous dans ses mains sont pareils aux pétales des bougainvillées sur le mur de l’église…» Qu’il raconte la violence des chasseurs sous la lumière hivernale ou celle d’une bande de motards qui aiment à humilier ou terroriser les gens, qu’il recrée l’époque agitée et haute en couleurs des débuts du rockn’roll à l’ombre d’Elvis Presley et Jerry Lee Lewis, qu’il refasse vivre dans des récits manifestement autobiographiques sa jeunesse et son adolescence pendant la Seconde Guerre Mondiale, sa rencontre avec Bugsy Siegel ou le quotidien des prospecteurs de pétrole, James Lee Burke ne perd jamais de vue La Nouvelle Orléans et les ouragans qui la dévastent, une ville qui est un “poème” ou “une chanson dans le Coeur qui ne meurt jamais”. C’est quand il évoque les rescapés de la ville martyre que son lyrisme naturel atteint au sublime.