share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le Belge, tome 2 : Casser la baraque

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le Belge, tome 2 : Casser la baraque

Le Belge, tome 2 : Casser la baraque

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le Belge, tome 2 : Casser la baraque"

Paris. Septembre 2000. Une civière. Le Belge était à deux doigts d'emboucaner la planète. On vient de lui casser la baraque. Il aurait dû écouter mes conseils, à moi, Cheker. Dans le Milieu, il faut choisir son camp, ne pas rester a cheval. Il y a au moins deux Milieux dans le Milieu. Le Grand et le Petit. Et tant que ça dégage dans le Petit, ça arrange le Grand. Le Belge le savait. Il a offert sa poitrine aux balles des tueurs. Pas son dos. D'après les flics, malgré une vingtaine d'années passées en prison, Max Vander était l'un des plus puissants voyous de France. Tombeur désigné de Zampa et des Napolitains, il jouissait d'une aura remarquable cumulant le titre de Parrain et de juge de paix. Il associait des équipes fichées au grand banditisme aux nouveaux clans investis dans le marché très lucratif des baraques, les machines à sous clandestines. A Paris, EN BAS, dans le Sud, tout autour de la planète. Et avait une idée fixe. Casser la baraque. Pour ça, Max Vander pouvait compter sur ses multiples contacts au sein de la Police judiciaire, de la Justice, de divers ministères, et institutions locales, de cabinets d'avocats, dans le monde du sport et chez les journalistes. Fascinant. Troublant. Génial. Pourtant, au cours de mon enquête, on m'a rapporté que le Belge n'était qu'un parrain de prison, privé de sa plus grande force : la liberté. Qu'il n'était qu'un tigre de papier, manipulé par des hommes puissants qui hantent les couloirs de la Cinquième République. Des condés voyous, des juges marrons, des politiques canailles. Une autre facette du Grand Milieu. Un juge me l'a dit. Les parrains d'aujourd'hui ne portent plus de borsalino, ni de chaussures bicolores. Ils confient leurs attaché-cases à des spécialistes à leur solde en cravate et noeud papillon. Est-ce aussi simple ? Balader son chien au coin d'une rue parisienne, passer le plus clair de son temps dans les hippodromes, est-ce le vrai quotidien d'un Parrain ? Le Belge n'a-t-il pas été trompé par le Milieu ? Par ses proches ? Et les flics, les journalistes ne se sont-ils trompés de Parrain ? Je me suis promis, moi, Cheker, pour l'honneur, de m'inviter dans les coulisses d'une autre Histoire, celle du Milieu. Le Grand. Avec une obsession, une seule. Éviter le piège de la manipulation. Après Emboucaner la planète, Casser la baraque, second tome de la vie du Belge, poursuit la formidable saga du grand banditisme et de trafics en tout genre à travers le monde. De 1979 à 2000, il nous éclaire sur l'histoire d'un Milieu moins marginal qu'on le croit.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 490  pages
  • Dimensions :  3.0cmx16.0cmx24.0cm
  • Poids : 621.4g
  • Editeur :   Stock Paru le
  • Collection : Roman
  • ISBN :  2234055954
  • EAN13 :  9782234055957
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Thierry Colombié

Beaux voyous

Partout où il y a du grisbi à toucher, on trouve des truands. Mais il ne suffit pas de se lancer dans un trafic ou de monter au braquage pour se faire un nom. Dans le Milieu, un "beau voyou " doit être le plus discret possible, maîtriser l'art de la guerre et posséder une grande fortune. Il ...

Voir tous les livres de Thierry Colombié

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Paris. Septembre 2000. Une civière. Le Belge était à deux doigts d'emboucaner la planète. On vient de lui casser la baraque. Il aurait dû écouter mes conseils, à moi, Cheker. Dans le Milieu, il faut choisir son camp, ne pas rester a cheval. Il y a au moins deux Milieux dans le Milieu. Le Grand et le Petit. Et tant que ça dégage dans le Petit, ça arrange le Grand. Le Belge le savait. Il a offert sa poitrine aux balles des tueurs. Pas son dos. D'après les flics, malgré une vingtaine d'années passées en prison, Max Vander était l'un des plus puissants voyous de France. Tombeur désigné de Zampa et des Napolitains, il jouissait d'une aura remarquable cumulant le titre de Parrain et de juge de paix. Il associait des équipes fichées au grand banditisme aux nouveaux clans investis dans le marché très lucratif des baraques, les machines à sous clandestines. A Paris, EN BAS, dans le Sud, tout autour de la planète. Et avait une idée fixe. Casser la baraque. Pour ça, Max Vander pouvait compter sur ses multiples contacts au sein de la Police judiciaire, de la Justice, de divers ministères, et institutions locales, de cabinets d'avocats, dans le monde du sport et chez les journalistes. Fascinant. Troublant. Génial. Pourtant, au cours de mon enquête, on m'a rapporté que le Belge n'était qu'un parrain de prison, privé de sa plus grande force : la liberté. Qu'il n'était qu'un tigre de papier, manipulé par des hommes puissants qui hantent les couloirs de la Cinquième République. Des condés voyous, des juges marrons, des politiques canailles. Une autre facette du Grand Milieu. Un juge me l'a dit. Les parrains d'aujourd'hui ne portent plus de borsalino, ni de chaussures bicolores. Ils confient leurs attaché-cases à des spécialistes à leur solde en cravate et noeud papillon. Est-ce aussi simple ? Balader son chien au coin d'une rue parisienne, passer le plus clair de son temps dans les hippodromes, est-ce le vrai quotidien d'un Parrain ? Le Belge n'a-t-il pas été trompé par le Milieu ? Par ses proches ? Et les flics, les journalistes ne se sont-ils trompés de Parrain ? Je me suis promis, moi, Cheker, pour l'honneur, de m'inviter dans les coulisses d'une autre Histoire, celle du Milieu. Le Grand. Avec une obsession, une seule. Éviter le piège de la manipulation. Après Emboucaner la planète, Casser la baraque, second tome de la vie du Belge, poursuit la formidable saga du grand banditisme et de trafics en tout genre à travers le monde. De 1979 à 2000, il nous éclaire sur l'histoire d'un Milieu moins marginal qu'on le croit.