share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les Coréens

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les Coréens

Les Coréens

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les Coréens"

Le soir tombe sur l'aéroport Charles de Gaulle lorsqu'atterrit le second vol Korean Air quotidien qui relie Séoul à Paris. Fatigués par l'inconfort d'un avion bondé, les passagers, Coréens pour la plupart, entament l'enfilade des couloirs qui doit les conduire à l'arrivée des bagages. De rares écrans diffusent des images publicitaires. Ils sont de marque L G ou Lucky Goldstar, deux géants coréens. S'ils regrettent l'efficacité de l'aéroport de Séoul, les Coréens ne se plaignent pas : à l'étranger, ils évitent de récriminer. Au compte goutte, les bagages finissent par être livrés à leurs propriétaires. A la sortie de l'aéroport, la course sera près de cinq fois plus cher qu'à Séoul, mais tant pis : va pour le taxi ! Vous êtes chargé mais la place ne manque pas dans l'Hyundai, premier fabriquant d'automobiles coréennes. A la sortie de l'aérogare, vous pouvez apercevoir ce curieux monument en forme de main de géant arborant fièrement un portable Samsung. Les premiers immeubles de la banlieue nord se dessinent à l'horizon. Ils ne manquent pas d'allure avec leurs panneaux de néons qui vantent les mérites de Daewoo, de Samsung ou de L G. Le gingle des informations retentit à la radio. Voyage du président américain à Tokyo puis à Séoul. Démarches de Ban Ki-moon, secrétaire général de l'ONU, pour résoudre une crise en Afrique. Protestations du Japon qu'inquiète la portée des missiles nord-coréens. Une journée banale... Votre chauffeur préfère engager la conversation : « D'où venez-vous ? Ah, de Corée ? Et comment y vit-on en Corée depuis que la guerre est finie ? Et quel climat fait-il dans le sud ? Très froid en hiver, comme à Pékin ? Il faut dire que la Corée, franchement, on n'en entend jamais parler ». Tout est dit. Les Coréens sont parmi nous et nous l'ignorons. Leurs entreprises conquièrent nos marchés, leurs innovations formatent notre quotidien, la stabilité de leur péninsule hypothèque notre avenir et nous n'en prenons pas vraiment la mesure. Nécessité ou cécité ? Comment en sont ils arrivés là et comment en sommes-nous arrivés là ? Que faut-il en penser, quelle leçon en tirer ? En tout état de cause, la question coréenne mérite qu'on la défriche.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • Dimensions :  2.2cmx13.0cmx19.8cm
  • Poids : 258.5g
  • Editeur :   Tallandier Paru le
  • ISBN :  2847347550
  • EAN13 :  9782847347555
  • Classe Dewey :  951
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le soir tombe sur l'aéroport Charles de Gaulle lorsqu'atterrit le second vol Korean Air quotidien qui relie Séoul à Paris. Fatigués par l'inconfort d'un avion bondé, les passagers, Coréens pour la plupart, entament l'enfilade des couloirs qui doit les conduire à l'arrivée des bagages. De rares écrans diffusent des images publicitaires. Ils sont de marque L G ou Lucky Goldstar, deux géants coréens. S'ils regrettent l'efficacité de l'aéroport de Séoul, les Coréens ne se plaignent pas : à l'étranger, ils évitent de récriminer. Au compte goutte, les bagages finissent par être livrés à leurs propriétaires. A la sortie de l'aéroport, la course sera près de cinq fois plus cher qu'à Séoul, mais tant pis : va pour le taxi ! Vous êtes chargé mais la place ne manque pas dans l'Hyundai, premier fabriquant d'automobiles coréennes. A la sortie de l'aérogare, vous pouvez apercevoir ce curieux monument en forme de main de géant arborant fièrement un portable Samsung. Les premiers immeubles de la banlieue nord se dessinent à l'horizon. Ils ne manquent pas d'allure avec leurs panneaux de néons qui vantent les mérites de Daewoo, de Samsung ou de L G. Le gingle des informations retentit à la radio. Voyage du président américain à Tokyo puis à Séoul. Démarches de Ban Ki-moon, secrétaire général de l'ONU, pour résoudre une crise en Afrique. Protestations du Japon qu'inquiète la portée des missiles nord-coréens. Une journée banale... Votre chauffeur préfère engager la conversation : « D'où venez-vous ? Ah, de Corée ? Et comment y vit-on en Corée depuis que la guerre est finie ? Et quel climat fait-il dans le sud ? Très froid en hiver, comme à Pékin ? Il faut dire que la Corée, franchement, on n'en entend jamais parler ». Tout est dit. Les Coréens sont parmi nous et nous l'ignorons. Leurs entreprises conquièrent nos marchés, leurs innovations formatent notre quotidien, la stabilité de leur péninsule hypothèque notre avenir et nous n'en prenons pas vraiment la mesure. Nécessité ou cécité ? Comment en sont ils arrivés là et comment en sommes-nous arrivés là ? Que faut-il en penser, quelle leçon en tirer ? En tout état de cause, la question coréenne mérite qu'on la défriche.