share_book
Envoyer cet article par e-mail

Sous un ciel sans paupière

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Sous un ciel sans paupière

Sous un ciel sans paupière

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Sous un ciel sans paupière"

Le ciel a beau être exempt de paupière dans le présent recueil, les poèmes qui y sont réunis n excluent ni le battement de cils, ni le clin d il. Un étonnement désabusé et un humour ludique imprègnent, en effet, le regard posé par le poète sur son univers : cet immense paysage où le bassin méditerranéen se dessine en transparence des côtes bretonnes. Ici, la mythologie la plus archaïque et la trivialité la plus contemporaine marchent non seulement côte à côte à travers ces coulisses inéchangeables, mais se fondent aussi dans un amalgame lyrique des plus heureux. Sans doute, le domicile brestois à la fois quotidien et emblématique qui recueillit Olivier Cousin à sa naissance y est-il pour quelque chose. Comment expliquer, sinon, la rue Neptune évoquée dans une parenthèse qui tout comme n importe quelle autre strophe de ce carnet de bord si gracieux réinvente le mythe avec un fin sourire ?

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 128  pages
  • Dimensions :  1.4cmx12.0cmx16.8cm
  • Poids : 99.8g
  • Editeur :   La Part Commune Paru le
  • ISBN :  2844182070
  • EAN13 :  9782844182074
  • Classe Dewey :  841
  • Langue : Français

D'autres livres de Olivier Cousin

L'intervention sociologique : Histoire(s) et actualités d'une méthode

En 1978, avec La voix et le regard, Alain Touraine expose pour la première fois l'intervention sociologique. Pratique d'une théorie, cette méthode est destinée alors à étudier les nouveaux mouvements sociaux : mouvements étudiants, régionalistes ou antinucléaires en France, mais aussi [....

Les cadres à l'épreuve du travail

Que signifie le travail aujourd'hui ? De quoi est fait le travail et comment se déroule t il au quotidien ? Pourquoi a t il une image aussi complexe et confuse, puisque à la fois nous rêvons tous d'avoir un travail, et si possible un bon travail, et nous ne cessons de nous plaindre et de le [....

Devenir collégien : L'entrée en classe de sixième

Devenir collégien c'est d'abord prendre ses distances avec l'école, les enseignants et la culture scolaire. Ce livre est le récit de cette distanciation et des différentes voies qu'elle emprunte selon les élèves et les établissements. Car la distance critique qui se construit progressivement ...

Voir tous les livres de Olivier Cousin

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Le ciel a beau être exempt de paupière dans le présent recueil, les poèmes qui y sont réunis n excluent ni le battement de cils, ni le clin d il. Un étonnement désabusé et un humour ludique imprègnent, en effet, le regard posé par le poète sur son univers : cet immense paysage où le bassin méditerranéen se dessine en transparence des côtes bretonnes. Ici, la mythologie la plus archaïque et la trivialité la plus contemporaine marchent non seulement côte à côte à travers ces coulisses inéchangeables, mais se fondent aussi dans un amalgame lyrique des plus heureux. Sans doute, le domicile brestois à la fois quotidien et emblématique qui recueillit Olivier Cousin à sa naissance y est-il pour quelque chose. Comment expliquer, sinon, la rue Neptune évoquée dans une parenthèse qui tout comme n importe quelle autre strophe de ce carnet de bord si gracieux réinvente le mythe avec un fin sourire ?