share_book
Envoyer cet article par e-mail

La nécropole médiévale du

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La nécropole médiévale du

La nécropole médiévale du

Collectif,   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La nécropole médiévale du"

Etablie sur un promontoire dominant le village de Châtel-Saint-Germain (Moselle), la nécropole du " Mont Saint-Germain " occupe l'extrémité d'un site fortifié du type " éperon barré " attribuable au second âge du Fer, puis réoccupé durant l'Antiquité tardive. Du XIe au XIIIe siècle, les autorités religieuses et laïques cohabitent sur le Mont Saint-Germain, qui connaît alors son apogée. Une église, liée à un prieuré placé sous l'autorité de l'abbaye Saint-Vincent de Metz, y est citée en 1026. Dédiée à saint Germain d'Auxerre, elle desservira, comme église mère, les communes de Châtel-Saint-Germain et d'Amanvillers. La nécropole, intimement liée topographiquement aux bâtiments prieuraux, compte près de 400 sépultures et se caractérise par sa longue durée d'occupation, entre le milieu du VIe siècle et la fin du Moyen Age. Tous les modes d'inhumation y sont représentés mais son originalité tient à un nombre anormalement élevé en milieu rural d'éléments lapidaires du haut Moyen Âge. Leur iconographie chrétienne est sans doute à mettre en relation avec un édifice cultuel qui a précédé l'église actuelle, dont les vestiges sont attribuables au XIIe siècle.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 526  pages
  • Dimensions :  4.0cmx22.0cmx40.0cm
  • Poids : 2000.3g
  • Editeur :   Presses Universitaires De Nancy Paru le
  • Collection : Archéologie, Espaces, Patrimoines
  • ISBN :  2814300342
  • EAN13 :  9782814300347
  • Classe Dewey :  900
  • Langue : Français

D'autres livres de Jacques Guillaume

Les bagues magiques tome 1 - la sélection

Les Nantasiens, race extra-terrestre très avancée, découvre un jour un artéfact d'une grande complexité. L'artéfact est un fait un coffret qui contient sept bagues de couleurs différentes ainsi que trois autres objets inconnus. En examinant les bagues, les Nantasiens s'aperçoivent qu'elles c...

Voir tous les livres de Jacques Guillaume

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Etablie sur un promontoire dominant le village de Châtel-Saint-Germain (Moselle), la nécropole du " Mont Saint-Germain " occupe l'extrémité d'un site fortifié du type " éperon barré " attribuable au second âge du Fer, puis réoccupé durant l'Antiquité tardive. Du XIe au XIIIe siècle, les autorités religieuses et laïques cohabitent sur le Mont Saint-Germain, qui connaît alors son apogée. Une église, liée à un prieuré placé sous l'autorité de l'abbaye Saint-Vincent de Metz, y est citée en 1026. Dédiée à saint Germain d'Auxerre, elle desservira, comme église mère, les communes de Châtel-Saint-Germain et d'Amanvillers. La nécropole, intimement liée topographiquement aux bâtiments prieuraux, compte près de 400 sépultures et se caractérise par sa longue durée d'occupation, entre le milieu du VIe siècle et la fin du Moyen Age. Tous les modes d'inhumation y sont représentés mais son originalité tient à un nombre anormalement élevé en milieu rural d'éléments lapidaires du haut Moyen Âge. Leur iconographie chrétienne est sans doute à mettre en relation avec un édifice cultuel qui a précédé l'église actuelle, dont les vestiges sont attribuables au XIIe siècle.