share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le cheval, animal politique

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le cheval, animal politique

Le cheval, animal politique

Collectif,   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le cheval, animal politique"

Pourquoi Sarkozy croit-il nécessaire de s'exhiber à cheval dès qu'il en a la possibilité, en Camargue ou au pied des Pyramides (par référence à Bonaparte ?). Pour les mêmes raisons, probablement, que celles qui ont motivé, avant lui, Poutine. Et, avant eux, Reagan, Saddam, Kadhafi. Ou, plus loin encore, Tito, Churchill et tant d'autres. Qu'est-ce donc qui attire à ce point les hommes politiques vers le cheval ? Est-ce une façon pour eux de se montrer proche de la nature ? Une manière de se hisser au-dessus des autres, au-dessus des simples piétons, des simples citoyens ? Un moyen de se grandir ? Alors que le cheval n'est plus, depuis longtemps, ni un outil ni un véhicule, il continue, c'est certain, à être utilisé comme piédestal. Serait-il resté une représentation du pouvoir ? Un symbole de la puissance ? Un signe d'appartenance à une caste supérieure : le cheval est-il toujours réservé à une chevalerie ? Une aristocratie, une oligarchie ? Ces questions en induisent d'autres: le cheval serait-il donc un animal " de droite " ? Peut-on être de gauche et se montrer à cheval ? Et d'autres encore : l'équitation n'est-elle pas une bonne préparation à la politique ? Comme les peuples, les foules, les opinions publiques, le cheval peut se déchaîner soudain : il faut apprendre à prévoir et gérer ses changements d'humeur, à imposer sa volonté à plus fort que soi. Cela a été souvent dit : il y a entre l'art de gouverner et l'art de monter à cheval de nombreux points communs. Le cheval, en tout cas, n'est pas un animal ordinaire. Il participe, d'une façon ou d'une autre, au pouvoir des hommes. Il est, peu ou prou, associé à leurs entreprises militaires et politiques. Raison pour laquelle il peut être, comme les bipèdes qui l'utilisent, tantôt honoré, tantôt déchu. C'est ce que racontent ici avec talent de grands écrivains et/ou de grands cavaliers, hommes de lettres et/ou hommes de cheval, écuyers et/ou politiciens. Comment des chevaux ont été condamnés à la déportation, voire aux travaux forcés (Ismaïl Kadaré). Comment des chevaux ont été offerts (Gendjim, le cheval de Mitterrand), enlevés (Shergar, le cheval de l'Aga Khan), voire fusillés (Iris XVI, le cheval de Leclerc) ! Le cheval est souvent un enjeu politique, pas seulement en France (Jean-Louis Andréani), mais aussi en Afrique (Valy Sidibé) ou en République Islamique d'Iran (Jean-Pierre Digard). Jamais ces sujets n'avaient été abordés de façon aussi talentueuse, grâce aux prestigieuses contributions réunies ici, ni de manière aussi spectaculaire, grâce à une iconographie abondante, rare et qui, souvent, désarçonne. J.-L. G.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 157  pages
  • Dimensions :  1.4cmx23.8cmx24.2cm
  • Poids : 739.4g
  • Editeur :   Favre Sa Paru le
  • ISBN :  2828910261
  • EAN13 :  9782828910266
  • Classe Dewey :  636.100 8621
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean-Louis Gouraud

Chevaux

Si la photographie aérienne a fait sa renommée internationale, Yann Arthus-Bertrand s'est toujours passionné pour les animaux : des grands fauves d'Afrique qui furent les héros de son premier livre Lions, en passant par les bestiaux qui peuplent nos étables, jusqu'à nos compagnons les [.......

La Terre vue de ma selle : Un tour du monde (du cheval)

À chacun son point de vue. Pour les cosmonautes, la Terre est une jolie planète bleue. Photographié par Arthus-Bertrand, le bel astre paraît courir au désastre. Vue par Jean-Louis Gouraud, la Terre n'est rien d'autre qu'un vaste pâturage, une sorte de gigantesque haras, un espace entièrement ...

L'Afrique, par monts et par chevaux

Evoquer la place, le rôle, l'importance du cheval en Amérique n'étonne personne. L'Amérique, c'est bien connu, grouille de ponies tachetés et de mustangs indomptables que des chuchoteurs surdoués parviennent tout de même à dompter. L'Amérique, on a tous vu ça, est peuplée de cowboys et d'...

Chevaux au jour le jour

Quatre cents chevaux en liberté - pur-sang arabe, frison, pure race espagnole, lusitanien, islandais, haflinger, fjord, pur-sang anglais, trakehner, apaloosa, pinto, quarter horse, mustang, black forest, marwari, maremmano, dartmoor, criollo, passo péruvien, barbe, kisbervy camarguais, comtois, pe...

Voir tous les livres de Jean-Louis Gouraud

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Pourquoi Sarkozy croit-il nécessaire de s'exhiber à cheval dès qu'il en a la possibilité, en Camargue ou au pied des Pyramides (par référence à Bonaparte ?). Pour les mêmes raisons, probablement, que celles qui ont motivé, avant lui, Poutine. Et, avant eux, Reagan, Saddam, Kadhafi. Ou, plus loin encore, Tito, Churchill et tant d'autres. Qu'est-ce donc qui attire à ce point les hommes politiques vers le cheval ? Est-ce une façon pour eux de se montrer proche de la nature ? Une manière de se hisser au-dessus des autres, au-dessus des simples piétons, des simples citoyens ? Un moyen de se grandir ? Alors que le cheval n'est plus, depuis longtemps, ni un outil ni un véhicule, il continue, c'est certain, à être utilisé comme piédestal. Serait-il resté une représentation du pouvoir ? Un symbole de la puissance ? Un signe d'appartenance à une caste supérieure : le cheval est-il toujours réservé à une chevalerie ? Une aristocratie, une oligarchie ? Ces questions en induisent d'autres: le cheval serait-il donc un animal " de droite " ? Peut-on être de gauche et se montrer à cheval ? Et d'autres encore : l'équitation n'est-elle pas une bonne préparation à la politique ? Comme les peuples, les foules, les opinions publiques, le cheval peut se déchaîner soudain : il faut apprendre à prévoir et gérer ses changements d'humeur, à imposer sa volonté à plus fort que soi. Cela a été souvent dit : il y a entre l'art de gouverner et l'art de monter à cheval de nombreux points communs. Le cheval, en tout cas, n'est pas un animal ordinaire. Il participe, d'une façon ou d'une autre, au pouvoir des hommes. Il est, peu ou prou, associé à leurs entreprises militaires et politiques. Raison pour laquelle il peut être, comme les bipèdes qui l'utilisent, tantôt honoré, tantôt déchu. C'est ce que racontent ici avec talent de grands écrivains et/ou de grands cavaliers, hommes de lettres et/ou hommes de cheval, écuyers et/ou politiciens. Comment des chevaux ont été condamnés à la déportation, voire aux travaux forcés (Ismaïl Kadaré). Comment des chevaux ont été offerts (Gendjim, le cheval de Mitterrand), enlevés (Shergar, le cheval de l'Aga Khan), voire fusillés (Iris XVI, le cheval de Leclerc) ! Le cheval est souvent un enjeu politique, pas seulement en France (Jean-Louis Andréani), mais aussi en Afrique (Valy Sidibé) ou en République Islamique d'Iran (Jean-Pierre Digard). Jamais ces sujets n'avaient été abordés de façon aussi talentueuse, grâce aux prestigieuses contributions réunies ici, ni de manière aussi spectaculaire, grâce à une iconographie abondante, rare et qui, souvent, désarçonne. J.-L. G.