share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les fables peintes du corps abîmé : Les images de l'infirmité du XVIe au XXe siècle

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les fables peintes du corps abîmé : Les images de l'infirmité du XVIe au XXe siècle

Les fables peintes du corps abîmé : Les images de l'infirmité du XVIe au XXe siècle

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les fables peintes du corps abîmé : Les images de l'infirmité du XVIe au XXe siècle"

Les personnes avec une déficience sortent-elles de l'ombre séculaire où elles furent laissées ? Les plus grands peintres n'ont pas hésité à placer les corps déformés dans la lumière de leurs oeuvres. Un parcours superficiel pourrait conclure à des mises en scène grotesques ou pitoyables, dérisoires ou accusatrices, contribuant au rejet des corps meurtris dans les ténèbres sociales. Intrigués et séduits par les corps infirmes, les peintres nous offrent au contraire des visions magnifiques et inattendues des défaillances, dénonçant, par des retournements subtils et admirables, le sort qu'on leur fait, nous renvoyant à notre condition commune, limitée et mortelle. L'art pictural dévoile le visible caché derrière les apparences et contribue à changer notre regard, sans faire la morale. De Pierre Bruegel à Frida Kalho, nous pénétrons dans les profondeurs de notre modernité quand elle rencontre les corps différents et passe de la prégnance du Crucifié à une indécision radicale sur l'humain. Tout presse la communauté internationale et chaque communauté nationale à prendre la mesure des souffrances et de la passion de vivre de ceux qui doivent lutter contre la dépréciation dont ils sont l'objet. Prendre cette mesure, c'est aussi fouiller la mémoire des siècles et convoquer les sciences à comprendre toutes les dimensions d'une question qui affecte chaque collectivité humaine. Les travaux croisés d'histoire, de sociologie, d'anthropologie sont aussi rares qu'indispensables. Le présent ouvrage est le premier, en français, à restituer les visions picturales du corps abîmé, indissociables de celles de notre corporéité commune.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 185  pages
  • Dimensions :  1.0cmx16.0cmx23.2cm
  • Poids : 458.1g
  • Editeur :   Cerf Paru le
  • Collection : Histoire
  • ISBN :  2204077356
  • EAN13 :  9782204077354
  • Classe Dewey :  704.942
  • Langue : Français

D'autres livres de Henri-Jacques Stiker

Handicap et accompagnement

" Qu'est-ce qu'accompagner une personne en situation de handicap ? " Question hantée et comme saturée par cette autre question : " Qu'est-ce que bien accompagner une personne en situation de handicap ? " Question plus éthique que technique. Le bon accompagnement ne peut être que celui jugé tel ...

Les métamorphoses du handicap de 1970 à nos jours

A la manière dont on parle de la question sociale, il est légitime de parler de la question du handicap, tant elle comporte d'enjeux fondamentaux pour les individus et la société. La traversée des quarante dernières années le montre en abondance dès lors qu'on ne se contente pas de suivre...

Corps infirmes et sociétés : Essais d'anthropologie historique

Il n'existe pas encore, à l'heure actuelle, d'histoire globale de l'infirmité - de ce que nous appelons pudiquement le handicap -, ni des systèmes de pensée qui commandent le rapport des sociétés au corps déviant ou diminué. Avec Corps infirmes et sociétés, H-J. Stiker a voulu combler cett...

Voir tous les livres de Henri-Jacques Stiker

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Les personnes avec une déficience sortent-elles de l'ombre séculaire où elles furent laissées ? Les plus grands peintres n'ont pas hésité à placer les corps déformés dans la lumière de leurs oeuvres. Un parcours superficiel pourrait conclure à des mises en scène grotesques ou pitoyables, dérisoires ou accusatrices, contribuant au rejet des corps meurtris dans les ténèbres sociales. Intrigués et séduits par les corps infirmes, les peintres nous offrent au contraire des visions magnifiques et inattendues des défaillances, dénonçant, par des retournements subtils et admirables, le sort qu'on leur fait, nous renvoyant à notre condition commune, limitée et mortelle. L'art pictural dévoile le visible caché derrière les apparences et contribue à changer notre regard, sans faire la morale. De Pierre Bruegel à Frida Kalho, nous pénétrons dans les profondeurs de notre modernité quand elle rencontre les corps différents et passe de la prégnance du Crucifié à une indécision radicale sur l'humain. Tout presse la communauté internationale et chaque communauté nationale à prendre la mesure des souffrances et de la passion de vivre de ceux qui doivent lutter contre la dépréciation dont ils sont l'objet. Prendre cette mesure, c'est aussi fouiller la mémoire des siècles et convoquer les sciences à comprendre toutes les dimensions d'une question qui affecte chaque collectivité humaine. Les travaux croisés d'histoire, de sociologie, d'anthropologie sont aussi rares qu'indispensables. Le présent ouvrage est le premier, en français, à restituer les visions picturales du corps abîmé, indissociables de celles de notre corporéité commune.