share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'ombre des ancêtres

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'ombre des ancêtres

L'ombre des ancêtres

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "L'ombre des ancêtres"

Nous imaginons la parenté sous la forme d'un arbre dont nous voyons d'abord les racines. Les hommes du Moyen Âge portaient, eux, le regard vers les branches et le ciel. L'imaginaire de la parenté dans l'Occident médiéval a pris forme entre ces deux manières de voir. C'est cette histoire longue, puisqu'elle s'étend de l'époque carolingienne à la Renaissance, que reconstitue le présent ouvrage.La conscience médiévale des ancêtres, écrit Christiane Klapisch-Zuber, s'alimente à des sources extrêmement diverses qui sont devenues étrangères à notre manière d'imaginer un arbre de parenté" : la philosophie qui classe les concepts, le droit qui remémore, la théologie qui sacralise la hiérarchie des valeurs, enfin la généalogie qui dit les filiations et prescrit la transmission des pouvoirs.Ce livre décrit l'émergence d'une image - l'arbre des ancêtres - dont il restitue l'extraordinaire richesse figurative. Il en analyse les fondements théoriques élaborés dans les monastères et les universités. Il suit la mise en forme et en pratique des images de la parenté dans les milieux de cour, les cabinets des bourgeois et les ateliers d'artistes renommés ou obscurs. Il identifie la période, autour de 1200, où la généalogie, pour la première fois, rendit sensible le déroulement du temps. Il décrit enfin ce moment singulier de la Renaissance où l'arbre de parenté parut masquer les ancêtres pour s'ouvrir aux descendants.Christiane Klapisch-Zuber, directrice d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales, est l'auteur de La Maison et le nom (1990) et le co-auteur de Les Toscans et leurs familles (1978). Elle a co-dirigé l'Histoire de la famille (1986) et l'Histoire des femmes en Occident (1991)."

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 458  pages
  • Dimensions :  2.8cmx15.2cmx24.4cm
  • Poids : 721.2g
  • Editeur :   Fayard Paru le
  • Collection : L'esprit de la cité
  • ISBN :  2213604274
  • EAN13 :  9782213604275
  • Classe Dewey :  929.1
  • Langue : Français

D'autres livres de Christiane Klapisch-Zuber

L'arbre des familles

Tout en apportant une réponse à notre quête des origines et du passé, la généalogie a été le support d'un art et d'un langage visuel qui n'ont cessé d'évoluer au fil des siècles. Avant que naisse l'arbre des familles tel que nous le connaissons, on a imaginé les formes les plus étonnant...

Voir tous les livres de Christiane Klapisch-Zuber

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Nous imaginons la parenté sous la forme d'un arbre dont nous voyons d'abord les racines. Les hommes du Moyen Âge portaient, eux, le regard vers les branches et le ciel. L'imaginaire de la parenté dans l'Occident médiéval a pris forme entre ces deux manières de voir. C'est cette histoire longue, puisqu'elle s'étend de l'époque carolingienne à la Renaissance, que reconstitue le présent ouvrage.La conscience médiévale des ancêtres, écrit Christiane Klapisch-Zuber, s'alimente à des sources extrêmement diverses qui sont devenues étrangères à notre manière d'imaginer un arbre de parenté" : la philosophie qui classe les concepts, le droit qui remémore, la théologie qui sacralise la hiérarchie des valeurs, enfin la généalogie qui dit les filiations et prescrit la transmission des pouvoirs.Ce livre décrit l'émergence d'une image - l'arbre des ancêtres - dont il restitue l'extraordinaire richesse figurative. Il en analyse les fondements théoriques élaborés dans les monastères et les universités. Il suit la mise en forme et en pratique des images de la parenté dans les milieux de cour, les cabinets des bourgeois et les ateliers d'artistes renommés ou obscurs. Il identifie la période, autour de 1200, où la généalogie, pour la première fois, rendit sensible le déroulement du temps. Il décrit enfin ce moment singulier de la Renaissance où l'arbre de parenté parut masquer les ancêtres pour s'ouvrir aux descendants.Christiane Klapisch-Zuber, directrice d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales, est l'auteur de La Maison et le nom (1990) et le co-auteur de Les Toscans et leurs familles (1978). Elle a co-dirigé l'Histoire de la famille (1986) et l'Histoire des femmes en Occident (1991)."