share_book
Envoyer cet article par e-mail

Vers la pensée unique : La montée de l'intolérance dans l'Antiquité tardive

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Vers la pensée unique : La montée de l'intolérance dans l'Antiquité tardive

Vers la pensée unique : La montée de l'intolérance dans l'Antiquité tardive

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Vers la pensée unique : La montée de l'intolérance dans l'Antiquité tardive"

La montée de l'intolérance, entre le IIIe et le VIe siècle dans l'Empire romain, n'est pas un phénomène surprenant. Une série de développements interdépendants, qui s'inscrivent dans la longue durée, en sont à l'origine. Le présent ouvrage intègre et analyse dans un schéma narratif les thématiques du prosélytisme et de la persécution ; de la centralisation du pouvoir séculaire et de son alliance de plus en plus intime avec le domaine religieux; de l'orthodoxie doctrinale et de l'hérésie ; de la polémique interne et externe des communautés scripturaires ; de la censure subtile ou brutale et, finalement, de " la nouvelle histoire ", c'est-à-dire de la réécriture de l'histoire universelle en termes religieux. Imbriqués les uns dans les autres, ces développements ont une relation sinon causale, au moins dialectique, avec la présence, d'abord incidente, puis endémique, de l'intolérance (avec son corollaire plus concret de la violence) dans l'Empire romain. Tous ces phénomènes, déclenchés dans une société pluraliste par l'arrivée d'un nombre croissant d'hommes et de femmes revendiquant le monopole de la vérité théologique et résolus à répandre cette vérité par une démarche missionnaire, sont fortement corrélés et se trouvent à la base d'un nouveau modèle sociétal : celui de la communauté religieuse. Dans le vase clos qu'on a pris l'habitude de nommer l'" Antiquité tardive ", s'effectue le passage d'une société organisée à la mesure de l'Homme à une autre bâtie pour la plus grande gloire de Dieu.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 180  pages
  • Dimensions :  1.6cmx15.0cmx21.0cm
  • Poids : 258.5g
  • Editeur :   Belles Lettres Paru le
  • Collection : Histoire
  • ISBN :  2251381007
  • EAN13 :  9782251381008
  • Classe Dewey :  322.109 3
  • Langue : Français

D'autres livres de Polymnia Athanassiadi

La lutte pour l'orthodoxie dans le platonisme tardif

Au IIe siècle de notre ère, un courant spirituel qui se réclame de Platon commence son ascension vertigineuse dans l'Empire romain. Dissociant leur fondateur divinisé de sa descendance sceptique et le rattachant à Pythagore, les adeptes de Platon voient dans sa philosophie une voie de salut ...

Voir tous les livres de Polymnia Athanassiadi

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

La montée de l'intolérance, entre le IIIe et le VIe siècle dans l'Empire romain, n'est pas un phénomène surprenant. Une série de développements interdépendants, qui s'inscrivent dans la longue durée, en sont à l'origine. Le présent ouvrage intègre et analyse dans un schéma narratif les thématiques du prosélytisme et de la persécution ; de la centralisation du pouvoir séculaire et de son alliance de plus en plus intime avec le domaine religieux; de l'orthodoxie doctrinale et de l'hérésie ; de la polémique interne et externe des communautés scripturaires ; de la censure subtile ou brutale et, finalement, de " la nouvelle histoire ", c'est-à-dire de la réécriture de l'histoire universelle en termes religieux. Imbriqués les uns dans les autres, ces développements ont une relation sinon causale, au moins dialectique, avec la présence, d'abord incidente, puis endémique, de l'intolérance (avec son corollaire plus concret de la violence) dans l'Empire romain. Tous ces phénomènes, déclenchés dans une société pluraliste par l'arrivée d'un nombre croissant d'hommes et de femmes revendiquant le monopole de la vérité théologique et résolus à répandre cette vérité par une démarche missionnaire, sont fortement corrélés et se trouvent à la base d'un nouveau modèle sociétal : celui de la communauté religieuse. Dans le vase clos qu'on a pris l'habitude de nommer l'" Antiquité tardive ", s'effectue le passage d'une société organisée à la mesure de l'Homme à une autre bâtie pour la plus grande gloire de Dieu.