share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le droit, de quelle nature ? : Actes du colloque organisé les 8 et 9 mars 2007, faculté de droit de Montpellier

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le droit, de quelle nature ? : Actes du colloque organisé les 8 et 9 mars 2007, faculté de droit de Montpellier

Le droit, de quelle nature ? : Actes du colloque organisé les 8 et 9 mars 2007, faculté de droit de Montpellier

Collectif,   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le droit, de quelle nature ? : Actes du colloque organisé les 8 et 9 mars 2007,..."

Chacun connaît la fable de la grenouille et du scorpion. A ce dernier qui lui demande de le prendre sur son dos pour lui faire traverser la rivière, la grenouille répond : " je ne suis pas folle, si j'accepte, tu me piqueras avec ton dard et je mourrais ". " Raisonne un peu, réplique le scorpion, si je te pique, tu coules et moi aussi ! ". Finalement convaincue, la grenouille donne son accord et, au milieu de la traversée, reçoit? la piqûre mortelle. " Mais pourquoi ? " lui lance la grenouille avant de sombrer. " Que veux-tu, lui crie le scorpion, je ne peux m'en empêcher, c'est ma nature ! ". Cette fable illustre la position que la Nature est censée occuper dans la vie du monde et " suivre la nature " semble devenir l'impératif de l'époque contemporaine. En économie, en philosophie, en littérature ? De partout montent les discours reportant sur la Raison le malaise de et dans la modernité. Une Raison qui aurait eu la prétention de recréer, par la seule action de sa volonté, un monde artificiel construit sans prendre en compte voire contre l'ordre naturel des choses et qui, pour cette raison, aurait conduit le monde au chaos. Le droit n'échappe pas à ce mouvement général. Si les jusnaturalistes assument évidemment le rapport fondateur et nécessaire du Droit à la Nature, les positivistes le rejettent mais y succombent parfois ou sont soupçonnés d'y succomber. Au point de s'interroger : le jusnaturalisme serait-il la condition obligée, assumée ou refoulée, de toute la communauté des juristes ? Quel rôle a-t-il aujourd'hui dans le droit des sciences de la vie, dans le droit international public, dans le droit constitutionnel ? Est-il possible de penser le Droit sans la Nature ? Mettre en débat ces questions, tel est le propos du colloque "Le Droit, de quelle Nature ? ".

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 205  pages
  • Dimensions :  1.2cmx16.2cmx24.0cm
  • Poids : 181.4g
  • Editeur :   Montchrestien Paru le
  • Collection : Grands colloques
  • ISBN :  2707617008
  • EAN13 :  9782707617002
  • Classe Dewey :  340
  • Langue : Français

D'autres livres de Dominique Rousseau

L'essentiel de la QPC : Mécanisme et mode d'emploi, commentaires des principales décisions

Tout justiciable peut maintenant soulever à l'occasion d'un procès la question de la constitutionnalité de la loi qui lui est applicable (la loi porte-t-elle atteinte ou non aux droits et libertés que la Constitution garantit ?). La Constitution devient ainsi un outil de travail quotidien pour t...

Droit du contentieux constitutionnel

Le Conseil constitutionnel est devenu, en cinquante ans, l institution clé du système constitutionnel français qu il a, au demeurant, puissamment contribué à transformer. À l État légal fondé sur la souveraineté de la loi a succédé l État de Droit fondé sur la souveraineté de la Const...

Droit constitutionnel

Conçus pour être un instrument de travail et un guide pour la réflexion des étudiants, les manuels de la collection "Pages d'Amphi" adoptent un format qui laisse à chaque page une large colonne sur laquelle les étudiants pourront rédiger leurs notes personnelles. Divisé en leçons et non en ...

La question prioritaire de constitutionnalité

QPC : question prioritaire de constitutionnalité. Depuis le 1e' mars 2010, ce sigle résonne dans les cabinets d'avocats, les salles d'audience des tribunaux et Cours suprêmes, les revues de jurisprudence et même dans la " grande " presse. De quoi s'agit-il ? De la possibilité pour tout justicia...

Voir tous les livres de Dominique Rousseau

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Chacun connaît la fable de la grenouille et du scorpion. A ce dernier qui lui demande de le prendre sur son dos pour lui faire traverser la rivière, la grenouille répond : " je ne suis pas folle, si j'accepte, tu me piqueras avec ton dard et je mourrais ". " Raisonne un peu, réplique le scorpion, si je te pique, tu coules et moi aussi ! ". Finalement convaincue, la grenouille donne son accord et, au milieu de la traversée, reçoit? la piqûre mortelle. " Mais pourquoi ? " lui lance la grenouille avant de sombrer. " Que veux-tu, lui crie le scorpion, je ne peux m'en empêcher, c'est ma nature ! ". Cette fable illustre la position que la Nature est censée occuper dans la vie du monde et " suivre la nature " semble devenir l'impératif de l'époque contemporaine. En économie, en philosophie, en littérature ? De partout montent les discours reportant sur la Raison le malaise de et dans la modernité. Une Raison qui aurait eu la prétention de recréer, par la seule action de sa volonté, un monde artificiel construit sans prendre en compte voire contre l'ordre naturel des choses et qui, pour cette raison, aurait conduit le monde au chaos. Le droit n'échappe pas à ce mouvement général. Si les jusnaturalistes assument évidemment le rapport fondateur et nécessaire du Droit à la Nature, les positivistes le rejettent mais y succombent parfois ou sont soupçonnés d'y succomber. Au point de s'interroger : le jusnaturalisme serait-il la condition obligée, assumée ou refoulée, de toute la communauté des juristes ? Quel rôle a-t-il aujourd'hui dans le droit des sciences de la vie, dans le droit international public, dans le droit constitutionnel ? Est-il possible de penser le Droit sans la Nature ? Mettre en débat ces questions, tel est le propos du colloque "Le Droit, de quelle Nature ? ".