share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les tigres sont plus beaux à voir

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les tigres sont plus beaux à voir

Les tigres sont plus beaux à voir

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les tigres sont plus beaux à voir"

Publié en 1968, après un silence de vingt-sept ans, Les tigres sont plus beaux à voir regroupe des nouvelles écrites pendant et immédiatement après la Seconde Guerre mondiale, et d'autres plus anciennes tirées de La Rive gauche, son premier livre paru en 1927. Personne n'a parlé du Paris bohème des années vingt aussi bien que Jean Rhys. On retrouve dans tout ce livre la maîtrise elliptique du récit, et, ainsi que le rapporte son traducteur Pierre Leyris, " cette passion d'exposer le cas du pauvre bougre" et "cet art original à la fois exquis et profondément troublant", portés par une "énergie faite de souffrance et de compassion indignée, avec laquelle elle nous exhorte à cesser d'être des tigres, puisque nous n'en avons pas la beauté".

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 235  pages
  • Dimensions :  1.4cmx12.6cmx18.2cm
  • Poids : 222.3g
  • Editeur :   Gallimard Paru le
  • Collection : L'Imaginaire
  • ISBN :  2070265536
  • EAN13 :  9782070265534
  • Classe Dewey :  823.91
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean Rhys

Bonjour minuit

Sasha Jansen retourne à Paris où elle a vécu vingt an, plus tôt un grand amour et l'échec de cet amour. Elle s'efforce d'éviter les rues et les cafés d'autrefois, mais le passé l'envahit. Avec un humour désabusé, elle accueille les rencontres que lui propose le Montparnasse [....]...

Voyage dans les ténèbres

Anne a quitté ses Antilles natales pour venir en Angleterre. Figurante dans une troupe théâtrale minable, elle vit d'expédients. Son premier amant qui a de l'argent la quitte un jour sans prévenir, Anne se terre dans une pension de famille. Elle rencontre un Américain qui s'en va à son tour. ...

La prisonnière des Sargasses

La créole Antoinette Cosway raconte son enfance au domaine Coulibri, à la Jamaïque. Entre l'indifférence de sa mère et les révoltes des esclaves, son destin bascule : elle est envoyée dans un couvent qu'elle quittera à l'âge de dix-sept ans pour se voir épouser un Anglais, distant, égoïs...

Wide Sargasso Sea (Penguin Student Editions)

Jean Rhys's late, literary masterpiece Wide Sargasso Sea was inspired by Charlotte Brontë's Jane Eyre, and is set in the lush, beguiling landscape of Jamaica in the 1830s. Born into an oppressive, colonialist society, Creole heiress Antoinette Cosway meets a young Englishman who is drawn to her inn...

Voir tous les livres de Jean Rhys

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Publié en 1968, après un silence de vingt-sept ans, Les tigres sont plus beaux à voir regroupe des nouvelles écrites pendant et immédiatement après la Seconde Guerre mondiale, et d'autres plus anciennes tirées de La Rive gauche, son premier livre paru en 1927. Personne n'a parlé du Paris bohème des années vingt aussi bien que Jean Rhys. On retrouve dans tout ce livre la maîtrise elliptique du récit, et, ainsi que le rapporte son traducteur Pierre Leyris, " cette passion d'exposer le cas du pauvre bougre" et "cet art original à la fois exquis et profondément troublant", portés par une "énergie faite de souffrance et de compassion indignée, avec laquelle elle nous exhorte à cesser d'être des tigres, puisque nous n'en avons pas la beauté".