share_book
Envoyer cet article par e-mail

Et l'océan fut leur tombe : Naufrages et catastrophes maritimes du XXe siècle

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Et l'océan fut leur tombe : Naufrages et catastrophes maritimes du XXe siècle

Et l'océan fut leur tombe : Naufrages et catastrophes maritimes du XXe siècle

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Et l'océan fut leur tombe : Naufrages et catastrophes maritimes du XXe siècle"

C'était au début du XXe siècle, en 1912. Cette terrible catastrophe a tant marqué les esprits qu'elle symbolise toujours, pour beaucoup, le plus terrible naufrage de l'histoire maritime. Ce ne fut, hélas, ni le dernier, ni le plus meurtrier des grands naufrages du XXe siècle ! Une bonne vingtaine d'autres l'ont surpassé dans l'horreur. En 1945, par exemple, le naufrage du paquebot allemand Wilhelm Gustloff fut l'équivalent d'au moins quatre Titanic. Il en fut de même de celui du Goya, quelques semaines plus tard. L'incendie du ferry philippin Dona Paz, en 1987, entraîna sans doute la mort de plus de 4 000 passagers. Le progrès technique, s'il a réduit les risques d'accidents graves, ne les a pas complètement supprimés. A la fin du XXe siècle, encore, une centaine de grands navires coulent chaque année dans le monde, c'est à dire deux par semaine en moyenne. L'auteur, passionné d'histoire maritime, a analysé dans cet ouvrage près de 200 grands naufrages récents de bâtiments civils et militaires, dus aux dangers ordinaires de la navigation, à des faits de guerre ou à toute autre cause.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 319  pages
  • Dimensions :  3.0cmx15.4cmx22.2cm
  • Poids : 458.1g
  • Editeur :   Marines Editions Paru le
  • ISBN :  2915379289
  • EAN13 :  9782915379280
  • Classe Dewey :  390
  • Langue : Français

D'autres livres de Guy Le Moing

La Bataille des Cardinaux : 20 novembre 1759

En 1759, en pleine guerre de Sept Ans, la France conçut le projet d'envahir la Grande-Bretagne. Un corps expéditionnaire fut rassemblé dans le golfe du Morbihan. Il devait être acheminé vers l'Ecosse, sous la protection de l'escadre de Brest commandée par le maréchal de Conflans. Les prépara...

Les grandes batailles navales de l'histoire

A travers plus de six-cents batailles navales, de l'antiquité jusqu'à nos jours, Guy Le Moing brosse un vaste tableau historique de la guerre sur mer. Les plus anciens de ces combats maritimes remontent à Ramses II, les plus récents à Margaret Thatcher. Certains sont vite tombés dans l'oubli, ...

Voir tous les livres de Guy Le Moing

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

C'était au début du XXe siècle, en 1912. Cette terrible catastrophe a tant marqué les esprits qu'elle symbolise toujours, pour beaucoup, le plus terrible naufrage de l'histoire maritime. Ce ne fut, hélas, ni le dernier, ni le plus meurtrier des grands naufrages du XXe siècle ! Une bonne vingtaine d'autres l'ont surpassé dans l'horreur. En 1945, par exemple, le naufrage du paquebot allemand Wilhelm Gustloff fut l'équivalent d'au moins quatre Titanic. Il en fut de même de celui du Goya, quelques semaines plus tard. L'incendie du ferry philippin Dona Paz, en 1987, entraîna sans doute la mort de plus de 4 000 passagers. Le progrès technique, s'il a réduit les risques d'accidents graves, ne les a pas complètement supprimés. A la fin du XXe siècle, encore, une centaine de grands navires coulent chaque année dans le monde, c'est à dire deux par semaine en moyenne. L'auteur, passionné d'histoire maritime, a analysé dans cet ouvrage près de 200 grands naufrages récents de bâtiments civils et militaires, dus aux dangers ordinaires de la navigation, à des faits de guerre ou à toute autre cause.