share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le Jaguar : L'attaque au sol

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le Jaguar : L'attaque au sol

Le Jaguar : L'attaque au sol

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le Jaguar : L'attaque au sol"

C'est en 1964, que l'Armée de l'Air exprime le besoin d'un avion bimoteur d'entraînement avancé ayant pour mission secondaire l'appui-feu léger. Le programme " ECAT ", (Ecole de Combat et Appui Tactique) est lancé, avec en ligne de mire le remplacement des Fouga Magister, T-33 et autres Mystère IV. Le même avion doit pouvoir se décliner en biplace d'entraînement avancé ou en monoplace d'appui tactique et l'achat de 150 appareils est prévu (75 dans chaque version). On évoque alors la livraison en unité des quarante premiers exemplaires avant 1970. Cinq avionneurs sont sur les rangs : Sud Aviation, Nord Aviation, Potez, Dassault et Breguet. Le projet Breguet est le plus léger, le plus petit et a priori le moins coûteux. Il est annoncé vainqueur le 15 janvier 1964. A la même époque, la Grande-Bretagne exprime un besoin similaire pour équiper la Royal Air Force. La British Aircrafl Corporation (BAC) est alors invitée à coopérer avec Breguet. Le 17 mai 1965, un accord de coopération franco-britannique scelle l'avenir du Br.121 qui devient dans la foulée (officiellement le 10 juin 1965) le " Jaguar ", nom commun aux deux langues.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 80  pages
  • Dimensions :  0.5cmx19.3cmx23.4cm
  • Poids : 204.1g
  • Editeur :   Histoire Et Collections Paru le
  • Collection : Les matériels de l'armée de l'air
  • ISBN :  2915239886
  • EAN13 :  9782915239881
  • Classe Dewey :  623.746 40944
  • Langue : Français

D'autres livres de Frédéric Lert

Pilotes en Afghanistan

Depuis bientôt huit ans, l'armée de l'Air française déploie dans le ciel afghan une bonne part de son arsenal. Depuis les avions de transport jusqu'aux chasseurs-bombardiers, en passant par les hélicoptères, les avions de ravitaillement et même les " drones ". La guerre est un examen de [....

Voir tous les livres de Frédéric Lert

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

C'est en 1964, que l'Armée de l'Air exprime le besoin d'un avion bimoteur d'entraînement avancé ayant pour mission secondaire l'appui-feu léger. Le programme " ECAT ", (Ecole de Combat et Appui Tactique) est lancé, avec en ligne de mire le remplacement des Fouga Magister, T-33 et autres Mystère IV. Le même avion doit pouvoir se décliner en biplace d'entraînement avancé ou en monoplace d'appui tactique et l'achat de 150 appareils est prévu (75 dans chaque version). On évoque alors la livraison en unité des quarante premiers exemplaires avant 1970. Cinq avionneurs sont sur les rangs : Sud Aviation, Nord Aviation, Potez, Dassault et Breguet. Le projet Breguet est le plus léger, le plus petit et a priori le moins coûteux. Il est annoncé vainqueur le 15 janvier 1964. A la même époque, la Grande-Bretagne exprime un besoin similaire pour équiper la Royal Air Force. La British Aircrafl Corporation (BAC) est alors invitée à coopérer avec Breguet. Le 17 mai 1965, un accord de coopération franco-britannique scelle l'avenir du Br.121 qui devient dans la foulée (officiellement le 10 juin 1965) le " Jaguar ", nom commun aux deux langues.