share_book
Envoyer cet article par e-mail

Avions et pilotes : F4 Phantom, l'USAF et export (2)

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Avions et pilotes : F4 Phantom, l'USAF et export (2)

Avions et pilotes : F4 Phantom, l'USAF et export (2)

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Avions et pilotes : F4 Phantom, l'USAF et export (2)"

Peu après sa mise en service dans l'US Navy, en 1960, l'US Air Force s'intéressa à son tour au F4H1 Phantom II, et c'est en mai 1963, que le premier F4C de l'USAF, globalement identique aux appareils de l'aéronavale américaine, effectua son vol inaugural et dépassa Mach 2 à cette occasion. Pendant près d'une dizaine d'années, plusieurs versions et variantes du biréacteur feront leur apparition, bénéficiant à chaque fois d'améliorations en matière d'avionique, de motorisation ou d'armement Outre l'USAF et les diverses unités de la Garde Nationale ou de la Réserve des ÉtatsUnis, qui employèrent les 2 600 F4 qui leur furent livrés jusqu'au milieu des années quatrevingtdix, notamment pour la reconnaissance ou la guerre électronique, le Phantom II connut également un grand succès à l'exportation puisque plus de 1 200 exemplaires furent utilisés par une dizaine de pays, notamment de l'OTAN, certains d'entre eux, comme le Japon, le fabriquant même sous licence en quantité et beaucoup, comme Israël ou l'Iran, l'utilisant au combat, souvent avec succès.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 80  pages
  • Dimensions :  0.6cmx19.8cmx23.8cm
  • Poids : 340.2g
  • Editeur :   Histoire & Collections Paru le
  • ISBN :  2352501482
  • EAN13 :  9782352501480
  • Classe Dewey :  999
  • Langue : Français

D'autres livres de Paloque Gérard

Avions et pilotes : le MiG 21 Fishbed

Le MiG21 est issu d'une demande officielle émise par les autorités soviétiques en 1954, qui portait sur un chasseur léger de première ligne à hautes performances destiné à protéger usines et installations militaires d'éventuels raids américains. Produit pendant près d'un demisiècle dans...

Voir tous les livres de Paloque Gérard

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Peu après sa mise en service dans l'US Navy, en 1960, l'US Air Force s'intéressa à son tour au F4H1 Phantom II, et c'est en mai 1963, que le premier F4C de l'USAF, globalement identique aux appareils de l'aéronavale américaine, effectua son vol inaugural et dépassa Mach 2 à cette occasion. Pendant près d'une dizaine d'années, plusieurs versions et variantes du biréacteur feront leur apparition, bénéficiant à chaque fois d'améliorations en matière d'avionique, de motorisation ou d'armement Outre l'USAF et les diverses unités de la Garde Nationale ou de la Réserve des ÉtatsUnis, qui employèrent les 2 600 F4 qui leur furent livrés jusqu'au milieu des années quatrevingtdix, notamment pour la reconnaissance ou la guerre électronique, le Phantom II connut également un grand succès à l'exportation puisque plus de 1 200 exemplaires furent utilisés par une dizaine de pays, notamment de l'OTAN, certains d'entre eux, comme le Japon, le fabriquant même sous licence en quantité et beaucoup, comme Israël ou l'Iran, l'utilisant au combat, souvent avec succès.