share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le Court Métrage français de 1945 à 1968 : De l'âge d'or aux contrebandiers

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le Court Métrage français de 1945 à 1968 : De l'âge d'or aux contrebandiers

Le Court Métrage français de 1945 à 1968 : De l'âge d'or aux contrebandiers

Collectif,   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le Court Métrage français de 1945 à 1968 : De l'âge d'or aux contrebandiers"

L'âge d'or : Georges Franju, Alain Resnais, Pierre Kast, Jean Mitry, Chris Marker. Agnès Varda, et un sens du collectif dont témoignent, dans les années 50, le groupe des Trente pour la défense du court métrage français ou les critiques de cinéma faisant leurs gammes dans le court métrage avant de lancer la Nouvelle Vague. Les contrebandiers : Luc Moullet, Jean-Daniel Pollet, Jean Eustache ou le producteur Barbet Schroeder qui, dans le contexte moins favorable des années 60, créent une oeuvre personnelle en se jouant de la notion de commande et revendiquent les vertus de l'amateurisme. Ce volume n'entend pas seulement rendre hommage aux rouvres courtes passées à la postérité. Il rappelle le contexte législatif et économique d'une production de films qui ne lurent pas conçus pour être vus isolément, mais en " complément de programme " d'un long métrage. Il signale le rôle des producteurs aventureux. Il s'attache aux entrelacements de la fiction et du documentaire à une époque où court métrage était le plus souvent synonyme de documentaire. Il retrace la généalogie du film d'art ou du court métrage expérimental. Autour des grands noms consacrés, c'est tout un vivier de films qui reste aujourd'hui à redécouvrir.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 403  pages
  • Dimensions :  3.0cmx16.6cmx20.8cm
  • Poids : 1560.4g
  • Editeur :   Pu Rennes Paru le
  • Collection : Le Spectaculaire
  • ISBN :  2753500614
  • EAN13 :  9782753500617
  • Classe Dewey :  791
  • Langue : Français

D'autres livres de  François Thomas

Orson Welles au travail

Orson Welles est l'un des grands réalisateurs à propos desquels les légendes les plus diverses se superposent à l'esprit. Enfant terrible de l'Amérique, son entrée fracassante en cinéma avec Citizen Kane le propulse en jeune prodige de Hollywood. Ses démêlés avec les studios le parent de l...

Voir tous les livres de  François Thomas

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

L'âge d'or : Georges Franju, Alain Resnais, Pierre Kast, Jean Mitry, Chris Marker. Agnès Varda, et un sens du collectif dont témoignent, dans les années 50, le groupe des Trente pour la défense du court métrage français ou les critiques de cinéma faisant leurs gammes dans le court métrage avant de lancer la Nouvelle Vague. Les contrebandiers : Luc Moullet, Jean-Daniel Pollet, Jean Eustache ou le producteur Barbet Schroeder qui, dans le contexte moins favorable des années 60, créent une oeuvre personnelle en se jouant de la notion de commande et revendiquent les vertus de l'amateurisme. Ce volume n'entend pas seulement rendre hommage aux rouvres courtes passées à la postérité. Il rappelle le contexte législatif et économique d'une production de films qui ne lurent pas conçus pour être vus isolément, mais en " complément de programme " d'un long métrage. Il signale le rôle des producteurs aventureux. Il s'attache aux entrelacements de la fiction et du documentaire à une époque où court métrage était le plus souvent synonyme de documentaire. Il retrace la généalogie du film d'art ou du court métrage expérimental. Autour des grands noms consacrés, c'est tout un vivier de films qui reste aujourd'hui à redécouvrir.