share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'Obstacle et la Gerbe : Chroniques cinématographiques (1973-1974)

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'Obstacle et la Gerbe : Chroniques cinématographiques (1973-1974)

L'Obstacle et la Gerbe : Chroniques cinématographiques (1973-1974)

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "L'Obstacle et la Gerbe : Chroniques cinématographiques (1973-1974)"

" Toujours Bory nous raconte une histoire, nous saisit la main et nous emmène vers un chemin de traverse. Bory n'a rien d'un théoricien, ni d'un historien, ni même d'un critique. Ce serait plutôt un courriériste témoin de son époque, qui aime le cinéma autant mais pas plus que les autres arts, ce qui lui rend la tâche aisée pour l'inscrire dans un plus vaste contexte. Et puis, Bory n'appréciait rien tant qu'une certaine audace à condition qu'elle fût contrôlée. Les années 70 sont celles de l'éveil de nouvelles cinématographies nationales, l'anglaise, l'helvétique, la québécoise, auxquelles le critique du Nouvel Observateur prête une attention soutenue. L'après-68 du septième art, c'est la fin de l'effet-Nouvelle Vague. L'innovation n'est plus seulement française, elle s'universalise tandis que Paris s'inscrit durablement comme capitale mondiale des films, sinon de la production. En ces années, les salles du Quartier latin se sont multipliées, la télévision monopoliste d'État tient sur deux pieds, bientôt trois. L'offre de cinéma demeure l'apanage des exploitants, des exploitants uniquement. La télé ne fournit encore qu'un appoint secondaire de financement des oeuvres, on demeure bel et bien entre " professionnels de la profession ", comme dit lumineusement Godard. Chaque semaine, notre Bory tricote consciencieusement son journal d'un voyeur. Avec ses airs de ne pas y toucher, il évoque l'air du temps, l'ère d'une approche très politique et très morale de l'art. " (OLIVIER BARROT)

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 450  pages
  • Dimensions :  3.2cmx13.6cmx22.4cm
  • Poids : 580.6g
  • Editeur :   Mémoire Du Livre Paru le
  • Collection : Mémoire Livre
  • ISBN :  2913867448
  • EAN13 :  9782913867444
  • Classe Dewey :  790
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean-Louis Bory

Mon village à l'heure allemande

" Pas le moindre bruit; personne ne souffle ; pas de lumière. Le couvre-feu tient le village coincé ; il est oppressé, comme une poitrine sous un genou ; ça le serre. L'heure allemande... l'heure boche !" 1944, à la veille du débarquement allié, la vie d'un petit village aux confins de la Bea...

Voir tous les livres de Jean-Louis Bory

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

" Toujours Bory nous raconte une histoire, nous saisit la main et nous emmène vers un chemin de traverse. Bory n'a rien d'un théoricien, ni d'un historien, ni même d'un critique. Ce serait plutôt un courriériste témoin de son époque, qui aime le cinéma autant mais pas plus que les autres arts, ce qui lui rend la tâche aisée pour l'inscrire dans un plus vaste contexte. Et puis, Bory n'appréciait rien tant qu'une certaine audace à condition qu'elle fût contrôlée. Les années 70 sont celles de l'éveil de nouvelles cinématographies nationales, l'anglaise, l'helvétique, la québécoise, auxquelles le critique du Nouvel Observateur prête une attention soutenue. L'après-68 du septième art, c'est la fin de l'effet-Nouvelle Vague. L'innovation n'est plus seulement française, elle s'universalise tandis que Paris s'inscrit durablement comme capitale mondiale des films, sinon de la production. En ces années, les salles du Quartier latin se sont multipliées, la télévision monopoliste d'État tient sur deux pieds, bientôt trois. L'offre de cinéma demeure l'apanage des exploitants, des exploitants uniquement. La télé ne fournit encore qu'un appoint secondaire de financement des oeuvres, on demeure bel et bien entre " professionnels de la profession ", comme dit lumineusement Godard. Chaque semaine, notre Bory tricote consciencieusement son journal d'un voyeur. Avec ses airs de ne pas y toucher, il évoque l'air du temps, l'ère d'une approche très politique et très morale de l'art. " (OLIVIER BARROT)