share_book
Envoyer cet article par e-mail

Virtuel ? : A l'ère du numérique, le cinéma est toujours le plus réaliste des arts

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Virtuel ? : A l'ère du numérique, le cinéma est toujours le plus réaliste des arts

Virtuel ? : A l'ère du numérique, le cinéma est toujours le plus réaliste des arts

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Virtuel ? : A l'ère du numérique, le cinéma est toujours le plus réaliste des arts"

Le réalisme est la grande question posée au cinéma pour penser sa mutation vers le tout numérique. Le futur du cinéma passe par la création de mondes virtuels ou par l'imitation en images de synthèse du monde tel que nous l'avait révélé l'image Rhotographique. Est-ce pour autant la mort du cinéma, ou tout au moins d'un certain cinéma? Ou bien les images de synthèse sont-elles capables de proposer une nouvelle forme de réalisme? Partant de l'idée d'André Bazin selon laquelle ce qui caractérise le cinéma, c'est sa capacité à reproduire le monde, l'hypothèse du livre est qu'à l'ère numérique, le cinéma perpétue ses processus fondamentaux: capturer la réalité, documenter le monde et saisir le flux du temps dans l'image. Face au devenir d'un cinéma du tout virtuel, à gros budget, à effets spéciaux spectaculaires, apparaît un cinéma qui joue avec tous les formats, qui mélange l'image professionnelle et l'image amateur, à la frontière entre fiction et documentaire, diffusé non seulement en salles, mais aussi par des galeries, les musées et sur les pages du web. Le pari d'Angel Quintana est que le numérique, loin de menacer l'ontologie du cinéma, en renouvelle les possibilités comme art réaliste.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 125  pages
  • Dimensions :  1.0cmx12.4cmx17.2cm
  • Poids : 140.6g
  • Editeur :   Cahiers Du Cinéma Paru le
  • Collection : 21e siècle
  • ISBN :  2866425359
  • EAN13 :  9782866425357
  • Classe Dewey :  791.430 1
  • Langue : Français

D'autres livres de Angel Quintana

Federico Fellini

Le nom de Federico Fellini, le réalisateur aux quatre Oscars, est associé à l'âge d'or du cinéma italien, voire du cinéma tout court. Cinéaste démiurge, son univers, entre réalité et fiction, est intimement lié à la culture, voire à l'inconscient collectif de la société italienne. Dé...

Voir tous les livres de Angel Quintana

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le réalisme est la grande question posée au cinéma pour penser sa mutation vers le tout numérique. Le futur du cinéma passe par la création de mondes virtuels ou par l'imitation en images de synthèse du monde tel que nous l'avait révélé l'image Rhotographique. Est-ce pour autant la mort du cinéma, ou tout au moins d'un certain cinéma? Ou bien les images de synthèse sont-elles capables de proposer une nouvelle forme de réalisme? Partant de l'idée d'André Bazin selon laquelle ce qui caractérise le cinéma, c'est sa capacité à reproduire le monde, l'hypothèse du livre est qu'à l'ère numérique, le cinéma perpétue ses processus fondamentaux: capturer la réalité, documenter le monde et saisir le flux du temps dans l'image. Face au devenir d'un cinéma du tout virtuel, à gros budget, à effets spéciaux spectaculaires, apparaît un cinéma qui joue avec tous les formats, qui mélange l'image professionnelle et l'image amateur, à la frontière entre fiction et documentaire, diffusé non seulement en salles, mais aussi par des galeries, les musées et sur les pages du web. Le pari d'Angel Quintana est que le numérique, loin de menacer l'ontologie du cinéma, en renouvelle les possibilités comme art réaliste.