share_book
Envoyer cet article par e-mail

Dolce vita ou Le malentendu

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Dolce vita ou Le malentendu

Dolce vita ou Le malentendu

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Dolce vita ou Le malentendu"

Dans ce court récit Hubert Monteilhet nous plonge dans les abysses du règne du célébrissime Néron : au coeur même du système de l'esclavage oh combien scandaleux ! L'an 63 après J.-C., Pompéi détruite, Rome reste grande. Resplendissante. Sombre. La lumière du Christ pointe déjà et le tyran mettra bientôt le feu à sa capitale : « Aulus n'avait encore jamais ouï dire de ces Chrétiens. » Le ver est dans la pomme et pourtant, le pire est à venir. L'esclave restera-t-il la soumission au pied ? La morale chrétienne s'accommodera-t-elle de cette insupportable situation ? Aulus Hortensius Niger ne conclue-t-il pas ainsi : « À quoi bon ? » Tout sera balayé, emporté par un monde nouveau. Mais comme tout le monde le sait, c'est une autre histoire.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 24  pages
  • Dimensions :  0.6cmx10.8cmx16.0cm
  • Poids : 9.1g
  • Editeur :   Atelier In8 Paru le
  • Collection : La porte à côté
  • ISBN :  2916159193
  • EAN13 :  9782916159195
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Hubert Monteilhet

Romans criminels : Les Mantes religieuses ; Le Retour des cendres ; Mourir à Francfort ; Pour deux sous de vertu ; De quelques crimes parfaits

Quand il y a de l'argent en jeu, la convoitise l'emporte parfois sur le droit et la morale. Une assurance-vie à empocher ? Un héritage à capter ? Des escroqueries bancaires à inventer ? Un plagiat littéraire à camoufler ? Et quand on cherche à tromper son monde, il est nécessaire de prépare...

Les confessions du diable

Dans une verte et idyllique Dordogne, le collège Saint- Christophe a pris le nom d'un saint qui n'a jamais existé, mais les pères de la Miséricorde, ordre enseignant traditionnel, s'efforcent d'être dans le vent avec une louable prudence. Leur pensionnat, de réputation sévère, accueille pour...

L'Empreinte du ciel

La Palestine au temps de Jésus. Dans le vacarme de Pâque, Jérusalem grouille de pélerins, de marchands et de soldats. Emboîtant les pas du Chris dans les derniers jours de sa vie, ce roman nous fait pénétrer dans les méandres d'un plan secret tramé par Judas. La mort du crucifié bouleverse...

Voir tous les livres de Hubert Monteilhet

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Dans ce court récit Hubert Monteilhet nous plonge dans les abysses du règne du célébrissime Néron : au coeur même du système de l'esclavage oh combien scandaleux ! L'an 63 après J.-C., Pompéi détruite, Rome reste grande. Resplendissante. Sombre. La lumière du Christ pointe déjà et le tyran mettra bientôt le feu à sa capitale : « Aulus n'avait encore jamais ouï dire de ces Chrétiens. » Le ver est dans la pomme et pourtant, le pire est à venir. L'esclave restera-t-il la soumission au pied ? La morale chrétienne s'accommodera-t-elle de cette insupportable situation ? Aulus Hortensius Niger ne conclue-t-il pas ainsi : « À quoi bon ? » Tout sera balayé, emporté par un monde nouveau. Mais comme tout le monde le sait, c'est une autre histoire.