share_book
Envoyer cet article par e-mail

Pauvres zhéros

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Pauvres zhéros

Pauvres zhéros

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Pauvres zhéros"

C'était dans les années 80. Un jour de la fin du mois de juin, Pierre Pelot rend visite à son épouse et à son fils né de la veille, dans une chambre de la maternité du village voisin. La maternité faisait partie d'un complexe groupant un hôpital de vieillards, une sorte d'asile, et un orphelinat. Les appels venus du dehors parvenaient jusqu'à la chambre. Ils montaient du cachot sous la chapelle de l'établissement. Un soupirail. Une fenêtre au ras du sil et les deux mains d'un enfant agrippées aux barreaux, la tache pâle d'un visage, dans le sombre... " S'il vous plaît, m'sieu, faites-moi sortir... " Une litanie lancée en rafales vers cette fenêtre de al chambre d'où Pelot regardait l'été s'approcher... En rentrant, il a commencé d'écrire pauvres Zhéros. A la hache.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 83  pages
  • Dimensions :  1.4cmx18.6cmx26.0cm
  • Poids : 399.2g
  • Editeur :   Casterman Paru le
  • Collection : Rivages/Casterman/Noir
  • ISBN :  220301024X
  • EAN13 :  9782203010246
  • Classe Dewey :  830
  • Langue : Français

D'autres livres de Baru

Fais péter les basses, Bruno !

L'histoire commence dans un petit village africain. Ousmane Traoré, célèbre footballeur de passage au pays, repère un gamin doué d'un talent exceptionnel balle au pied. Le gamin s'appelle Slimane. Ousmane lui prédit un bel avenir sur les terrains de fouteballe, mais à une condition : qu'il...

L'autoroute du soleil

Baru né en 1947, débute en 1982 dans Pilote et publie deux ans après, Quéquettes Blues, qui lui vaut l'Alfred 85 du meilleur premier album à Angoulême et le révèle au grand public. En 1985 et 1987 paraissent chez Futuropolis La Communion du mino et Vive la classe. Il réalise ensuite [......

Quéquette blues

Né en 1947. Barn vient tard à la BD. En 1985, Quéquette Blues (Dargaud), lui vaut l'Alfred du meilleur album à Angoulême. Le Chemin de l'Amérique (avec Jean-Marc Thévenet et Daniel Ledran), publié par Albin Michel, reçoit l'Alph'Art du meilleur album francophone en 1991. Enfin, L'Autoroute ...

Voir tous les livres de Baru

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

C'était dans les années 80. Un jour de la fin du mois de juin, Pierre Pelot rend visite à son épouse et à son fils né de la veille, dans une chambre de la maternité du village voisin. La maternité faisait partie d'un complexe groupant un hôpital de vieillards, une sorte d'asile, et un orphelinat. Les appels venus du dehors parvenaient jusqu'à la chambre. Ils montaient du cachot sous la chapelle de l'établissement. Un soupirail. Une fenêtre au ras du sil et les deux mains d'un enfant agrippées aux barreaux, la tache pâle d'un visage, dans le sombre... " S'il vous plaît, m'sieu, faites-moi sortir... " Une litanie lancée en rafales vers cette fenêtre de al chambre d'où Pelot regardait l'été s'approcher... En rentrant, il a commencé d'écrire pauvres Zhéros. A la hache.