share_book
Envoyer cet article par e-mail

Lénine. La révolution permanente

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Lénine. La révolution permanente

Lénine. La révolution permanente

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Lénine. La révolution permanente"

« Un fantôme rôde par la planète, le fantôme de Lénine, écrit en 2002 l’historien britannique Robert Payne. La trace qu’il a laissée dans l’histoire du monde est infiniment plus perceptible que celle laissée par Alexandre de Macédoine, Tamerlan ou Napoléon, car lui seul a changé le cours de l’Histoire. » Contrairement à ce que la chute de l’URSS, dont on fêtera en décembre le 20e anniversaire, pourrait laisser croire, ce fantôme semble toujours rôder. En témoigne la question récurrente de savoir s’il faut retirer le corps de Vladimir Ilitch Oulianov (1870-1924) de son mausolée de la place Rouge, une décision qu’aucun dirigeant du Kremlin ne s’est pour l’instant risqué à prendre… Cette ferveur pour le père de la révolution bolchévique est-elle l’ultime écho d’un passé révolu ou l’expression d’un authentique sentiment collectif au pays où les statues qui le représentent et les rues qui portent son nom se comptent encore par centaines ? Depuis l’effondrement de l’État qu’il bâtit en 1917 au milieu des ruines, de nombreux documents disponibles éclairent d’un jour nouveau des pans entiers de la vie et de l’action de celui que l’historiographie récente dépeint volontiers comme un tueur sanguinaire responsable de toutes les exactions. Ces documents permettent surtout de remettre en valeur la longue série de réformes démocratiques dont il est à l’origine et qui, pour la plupart, ne seront adoptées dans les pays occidentaux que beaucoup plus tard : la nationalisation des banques, la création d’une inspection du travail, l’avènement des congés payés et de la journée de huit heures, la séparation de l’Église et de l’État, l’instauration du mariage civil, l’abrogation du code pénal tsariste qui entraîna une dépénalisation de l’homosexualité, le droit au divorce, et enfin la liberté d’avortement. Ni hagiographie caricaturale ni pamphlet haineux, le livre de Jean-Jacques Marie redonne la place dans l’Histoire qui lui est due à ce génie politique d’une intelligence prodigieuse qui ne vivait que pour la révolution. Une somme indispensable à l’heure où la crise financière rend plus percutantes encore ses analyses sur le capitalisme.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 527  pages
  • Dimensions :  2.6cmx14.0cmx22.4cm
  • Poids : 621.4g
  • Editeur :   Payot Paru le
  • Collection : Biographie payot
  • ISBN :  2228906891
  • EAN13 :  9782228906890
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean-Jacques Marie

Staline

Staline. Pour l'historien, l'exercice biographique n'est jamais aisé. Que dire lorsque la personnalité choisie continue de susciter des sentiments radicaux et a fait l'objet d'un véritable culte de son vivant ? Que sait-on véritablement sur Staline ? Quelles informations ne sont pas [......

Prix : 439 DH
Le fils oublié de Totski

Trotsky eut deux fils. Les biographes connaissent tous l'histoire tragique de l'aîné, Léon Sedov, militant actif de la IVe Internationale, qui suivit son père dès le début de son exil, en 1929. Il fut assassiné par le NKVD en 1938 dans une clinique parisienne. Mais on ignorait tout du destin ...

Voir tous les livres de Jean-Jacques Marie

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

« Un fantôme rôde par la planète, le fantôme de Lénine, écrit en 2002 l’historien britannique Robert Payne. La trace qu’il a laissée dans l’histoire du monde est infiniment plus perceptible que celle laissée par Alexandre de Macédoine, Tamerlan ou Napoléon, car lui seul a changé le cours de l’Histoire. » Contrairement à ce que la chute de l’URSS, dont on fêtera en décembre le 20e anniversaire, pourrait laisser croire, ce fantôme semble toujours rôder. En témoigne la question récurrente de savoir s’il faut retirer le corps de Vladimir Ilitch Oulianov (1870-1924) de son mausolée de la place Rouge, une décision qu’aucun dirigeant du Kremlin ne s’est pour l’instant risqué à prendre… Cette ferveur pour le père de la révolution bolchévique est-elle l’ultime écho d’un passé révolu ou l’expression d’un authentique sentiment collectif au pays où les statues qui le représentent et les rues qui portent son nom se comptent encore par centaines ? Depuis l’effondrement de l’État qu’il bâtit en 1917 au milieu des ruines, de nombreux documents disponibles éclairent d’un jour nouveau des pans entiers de la vie et de l’action de celui que l’historiographie récente dépeint volontiers comme un tueur sanguinaire responsable de toutes les exactions. Ces documents permettent surtout de remettre en valeur la longue série de réformes démocratiques dont il est à l’origine et qui, pour la plupart, ne seront adoptées dans les pays occidentaux que beaucoup plus tard : la nationalisation des banques, la création d’une inspection du travail, l’avènement des congés payés et de la journée de huit heures, la séparation de l’Église et de l’État, l’instauration du mariage civil, l’abrogation du code pénal tsariste qui entraîna une dépénalisation de l’homosexualité, le droit au divorce, et enfin la liberté d’avortement. Ni hagiographie caricaturale ni pamphlet haineux, le livre de Jean-Jacques Marie redonne la place dans l’Histoire qui lui est due à ce génie politique d’une intelligence prodigieuse qui ne vivait que pour la révolution. Une somme indispensable à l’heure où la crise financière rend plus percutantes encore ses analyses sur le capitalisme.