share_book
Envoyer cet article par e-mail

Combattre, tolérer ou justifier. Ecrivains et journalistes face à la violence d'etat (14e - 20e siècle)

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Combattre, tolérer ou justifier. Ecrivains et journalistes face à la violence d'etat (14e - 20e siècle)

Combattre, tolérer ou justifier. Ecrivains et journalistes face à la violence d'etat (14e - 20e siècle)

  (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Combattre, tolérer ou justifier. Ecrivains et journalistes face à la violence..."

Mise à l'écart brutale des opposants, répression sauvage des révoltes, atrocités sans nom des crimes contre les civils, brutalités des armées, le déchaînement de la violence par les États est une triste constante de l'histoire. Face cette violence, les hommes de plume sont souvent parmi les premiers à prendre parti, notamment lorsque leurs écrits antérieurs les ont plutôt amenés vers des positions de tolérance, voire d'humanisme. N'en restent pas moins les faits et l'explication de ceux-ci présentée par les gouvernants. Au nom de la défense de la religion, au nom du salut public, au nom de la défense nationale, au nom de toutes les explications à leur disposition, ils s'empressent de justifier la violence par eux déchaînée et espèrent trouver des relais à leurs justifications chez les hommes de plume. Certains finissent par adhérer à cette thèse des " circonstances " qui explique tout et rend la violence d'État sinon juste, à tout le moins tolérable. D'autres, au contraire, participent de ce que Peter Weiss nommait " l'esthétique de la résistance ", et utilisent leur plume pour dire ce qui paraît indicible, pour témoigner au nom de l'humanité brisée. Le présent numéro des Cahiers du GRHis entend croiser des portraits de ces hommes de plume face à la violence déchaînée par certains États. Cette réflexion à plusieurs voix, portant sur des thèmes allant de la première modernité au xxe siècle, nous permet de mieux appréhender l'une des facettes de l'identité de l'homme de plume, qu'il soit écrivain ou journaliste : un témoin face à la violence, comme ont pu l'être par leurs oeuvres un Callot ou un Goya.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 174  pages
  • Dimensions :  1.0cmx16.0cmx24.0cm
  • Poids : 285.8g
  • Editeur :   Publications De L'université De Rouen Et Du Havre Paru le
  • Collection : Cahiers du GRHIS
  • ISBN :  2877754650
  • EAN13 :  9782877754651
  • Classe Dewey :  363.32
  • Langue : Français

D'autres livres de  Bernard Gainot

Atlas des esclavages

L'esclavage est la négation de l'être humain, réduit à l'état de force de travail brut. Il ne peut être ramené ni à une civilisation, ni à un espace géographique, ni à une époque donnée; c'est l'une des formes les plus constantes de la domination d'hommes par d'autres hommes. La [......

Représentation et pouvoir : La politique symbolique en France (1789-1830)

Parmi les questions auxquelles l'histoire de la Révolution française n'a pas donné de réponses définitives, la définition " du " politique demeure toujours irrésolue. Cette indécision est d'autant plus grande que l'historiographie actuelle ne s'intéresse plus seulement aux " grands " hommes...

Les noblesses françaises dans l'Europe de la Révolution : Actes du colloque intenrational de Vizille (10-12 septembre 2008)

Qu'il s'agisse des biographies, des vastes enquêtes sur la vente des biens nationaux, sur l'émigration, sur la noblesse du Sud-Ouest, sur l'Ecole royale militaire d'Effiat, sur les camps de Jalès - on en passe - les travaux récents sur le deuxième ordre de la France d'Ancien Régime invitent à...

Voir tous les livres de  Bernard Gainot

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Mise à l'écart brutale des opposants, répression sauvage des révoltes, atrocités sans nom des crimes contre les civils, brutalités des armées, le déchaînement de la violence par les États est une triste constante de l'histoire. Face cette violence, les hommes de plume sont souvent parmi les premiers à prendre parti, notamment lorsque leurs écrits antérieurs les ont plutôt amenés vers des positions de tolérance, voire d'humanisme. N'en restent pas moins les faits et l'explication de ceux-ci présentée par les gouvernants. Au nom de la défense de la religion, au nom du salut public, au nom de la défense nationale, au nom de toutes les explications à leur disposition, ils s'empressent de justifier la violence par eux déchaînée et espèrent trouver des relais à leurs justifications chez les hommes de plume. Certains finissent par adhérer à cette thèse des " circonstances " qui explique tout et rend la violence d'État sinon juste, à tout le moins tolérable. D'autres, au contraire, participent de ce que Peter Weiss nommait " l'esthétique de la résistance ", et utilisent leur plume pour dire ce qui paraît indicible, pour témoigner au nom de l'humanité brisée. Le présent numéro des Cahiers du GRHis entend croiser des portraits de ces hommes de plume face à la violence déchaînée par certains États. Cette réflexion à plusieurs voix, portant sur des thèmes allant de la première modernité au xxe siècle, nous permet de mieux appréhender l'une des facettes de l'identité de l'homme de plume, qu'il soit écrivain ou journaliste : un témoin face à la violence, comme ont pu l'être par leurs oeuvres un Callot ou un Goya.