share_book
Envoyer cet article par e-mail

Pourquoi l'alcoolisme n'est pas une maladie

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Pourquoi l'alcoolisme n'est pas une maladie

Pourquoi l'alcoolisme n'est pas une maladie

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Pourquoi l'alcoolisme n'est pas une maladie"

Le discours dominant sur l'alcoolisme tenu par la communauté médicale nord-américaine et repris par les Alcooliques Anonymes à travers le monde soutient que la personne dépendante est en fait une personne malade. Cette conception pathologique du phénomène des dépendances a des effets pervers non seulement sur l'individu en question mais aussi sur ses proches et son milieu social. Prétendre ainsi que l'alcoolisme est une maladie devant laquelle la personne est en perte de contrôle (une fois alcoolique, toujours alcoolique), c'est affirmer d'avance l'échec d'un individu à pouvoir se reprendre en main et considérer que la seule prescription possible est l'abstinence totale. La médicalisation de l'alcoolisme contribue ainsi à déresponsabiliser et à déculpabiliser l'individu et son réseau sociofamilial en ne lui offrant pas les moyens réels de s'en sortir. Au contrôle croissant de l'approche médicale, l'auteur oppose une approche qui met en valeur les compétences des êtres humains et leur capacité de procéder à des changements dans leur style de vie et dans leur milieu social, familial et professionnel. En privilégiant une approche fondée sur la réduction des méfaits, l'auteur réussit à démontrer que l'accompagnement personnel ou thérapeutique des individus souffrant de dépendances est possible et constitue une avenue viable et durable. Ce livre veut susciter une prise de conscience pour que de nouvelles approches s'inspirent plus des forces des individus que de leurs faiblesses.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 231  pages
  • Dimensions :  1.2cmx14.0cmx21.8cm
  • Poids : 421.8g
  • Editeur :   Fides (Editions) Paru le
  • Collection : ESSAIS
  • ISBN :  2762126622
  • EAN13 :  9782762126624
  • Classe Dewey :  362.292
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le discours dominant sur l'alcoolisme tenu par la communauté médicale nord-américaine et repris par les Alcooliques Anonymes à travers le monde soutient que la personne dépendante est en fait une personne malade. Cette conception pathologique du phénomène des dépendances a des effets pervers non seulement sur l'individu en question mais aussi sur ses proches et son milieu social. Prétendre ainsi que l'alcoolisme est une maladie devant laquelle la personne est en perte de contrôle (une fois alcoolique, toujours alcoolique), c'est affirmer d'avance l'échec d'un individu à pouvoir se reprendre en main et considérer que la seule prescription possible est l'abstinence totale. La médicalisation de l'alcoolisme contribue ainsi à déresponsabiliser et à déculpabiliser l'individu et son réseau sociofamilial en ne lui offrant pas les moyens réels de s'en sortir. Au contrôle croissant de l'approche médicale, l'auteur oppose une approche qui met en valeur les compétences des êtres humains et leur capacité de procéder à des changements dans leur style de vie et dans leur milieu social, familial et professionnel. En privilégiant une approche fondée sur la réduction des méfaits, l'auteur réussit à démontrer que l'accompagnement personnel ou thérapeutique des individus souffrant de dépendances est possible et constitue une avenue viable et durable. Ce livre veut susciter une prise de conscience pour que de nouvelles approches s'inspirent plus des forces des individus que de leurs faiblesses.