share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les Addictions à internet. De l'ennui à la dépendance

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les Addictions à internet. De l'ennui à la dépendance

Les Addictions à internet. De l'ennui à la dépendance

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les Addictions à internet. De l'ennui à la dépendance"

L’addiction à internet est sur le point d’être considérée comme une pathologie mentale : le célèbre DSM, Bible de la psychiatrie internationale depuis des décennies, classera en effet ce comportement dans la catégorie des troubles impulsifs-compulsifs lors de sa prochaine édition en 2012. Michel Hautefeuille et Dan Véléa, qui furent les premiers à signaler, dès 1996, le potentiel addictif du web, proposent aujourd’hui le premier livre de synthèse sur une « toxicomanie sans drogue » qui concerne aussi bien les adolescents que les adultes. Outre qu’il aborde la question de la prise en charge et du traitement, l’une des originalités de leur ouvrage est qu’il distingue deux types d’addiction : la cyberdépendance, générée directement par l’outil internet (jeux vidéos en ligne, chats, bloguisme, « infolisme », obsession du courriel, etc.) ; et la dépendance cyberassistée, qui renvoie à une addiction préexistante qu’internet va démultiplier (jeu pathologique, achats compulsifs, voyeurisme sexuel, etc.). L’autre originalité est que les auteurs donnent à cette addiction un sens social. Il s’agit en effet d’une dépendance reconnue par la société et mieux acceptée par exemple que les drogues dures (elle inquiète ou angoisse moins les parents et les proches). Le problème, c’est qu’elle est soumise à la loi de Lederman : plus il y a d’utilisateurs d’internet, plus il y a d’utilisations pathologiques d’internet. Or en France, près de 30 millions de personnes utilisent aujourd’hui cet outil…

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 200  pages
  • Dimensions :  2.0cmx14.0cmx22.2cm
  • Poids : 281.2g
  • Editeur :   Payot Paru le
  • Collection : PAYOT GD FORMAT
  • ISBN :  2228905518
  • EAN13 :  9782228905510
  • Classe Dewey :  301
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

L’addiction à internet est sur le point d’être considérée comme une pathologie mentale : le célèbre DSM, Bible de la psychiatrie internationale depuis des décennies, classera en effet ce comportement dans la catégorie des troubles impulsifs-compulsifs lors de sa prochaine édition en 2012. Michel Hautefeuille et Dan Véléa, qui furent les premiers à signaler, dès 1996, le potentiel addictif du web, proposent aujourd’hui le premier livre de synthèse sur une « toxicomanie sans drogue » qui concerne aussi bien les adolescents que les adultes. Outre qu’il aborde la question de la prise en charge et du traitement, l’une des originalités de leur ouvrage est qu’il distingue deux types d’addiction : la cyberdépendance, générée directement par l’outil internet (jeux vidéos en ligne, chats, bloguisme, « infolisme », obsession du courriel, etc.) ; et la dépendance cyberassistée, qui renvoie à une addiction préexistante qu’internet va démultiplier (jeu pathologique, achats compulsifs, voyeurisme sexuel, etc.). L’autre originalité est que les auteurs donnent à cette addiction un sens social. Il s’agit en effet d’une dépendance reconnue par la société et mieux acceptée par exemple que les drogues dures (elle inquiète ou angoisse moins les parents et les proches). Le problème, c’est qu’elle est soumise à la loi de Lederman : plus il y a d’utilisateurs d’internet, plus il y a d’utilisations pathologiques d’internet. Or en France, près de 30 millions de personnes utilisent aujourd’hui cet outil…