share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le désir malade

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le désir malade

Le désir malade

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le désir malade"

Longtemps, le plaisir a été un péché, et la quête du plaisir, surtout lorsqu’il était déviant par rapport aux normes - masturbation, homosexualité, etc.- une maladie. Notre époque, depuis quelques décennies, l’a libéré. Puis elle en a contrôlé à nouveau l’usage, imposé ses normes au nom de la santé publique ou privée (tabac, alcool, sexe, etc.)  Parallèlement, au nom de l’hygiène et de la valeur « bonheur », d’exercice de la liberté, elle en a fait une contrainte, un nouveau conformisme. Vous ne jouissez pas ? Allez consulter…  Le plaisir, obligatoire pour tous, mais de plus en plus contrôlé…  A force de vouloir ainsi l’imposer à tous, et sous une norme unique, notre société l’a peut-être « rendu malade », cause de souffrance, d’angoisse, de perte de l’estime de soi ; d’où le développement des « maladies du désir » -boulimie, anorexie, addictions, ou absence de libido…  Et si, pour retrouver le vrai sens du désir, il fallait le réinvestir de sa liberté, de sa capacité à générer des excès, à accepter ses déviances, voire ses transgressions ? Tout en sachant trouver une expression respectueuse d’autrui de cette liberté individuelle, bien sûr.  C’est à cette seule condition que le désir, qui a été infantilisé, pourra redevenir « adulte », libre - mais aussi responsable -. Porteur de sens et de bonheur.  C’est toute la réflexion de Marc Valleur et Jean-Claude Matysiak. Suivons-les…

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 258  pages
  • Dimensions :  2.6cmx13.0cmx20.4cm
  • Poids : 440.0g
  • Editeur :   Jc Lattès Paru le
  • Collection : Essais et documents
  • ISBN :  2709631059
  • EAN13 :  9782709631051
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Marc Valleur

Le jeu pathologique

Le bon vieux tiercé du dimanche et le billet de loterie de grand-mère ont laissé la place à une offre tentaculaire en jeux de toutes sortes, et pour toutes les bourses. Face à la masse croissante des " joueurs pathologiques ", on commence à mesurer le coût social d'un phénomène dont l'Etat ...

Les addictions : Panorama clinique, modèles explicatifs, débat social et prise en charge

L'addictologie est désormais une discipline médicale à part entière, donnant lieu à des formations spécifiques, mais la notion même d'addiction reste controversée. Certains n'y voient que la promotion abusive de symptômes au rang de maladie; d'autres dénoncent une médicalisation outranci...

Voir tous les livres de Marc Valleur

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Longtemps, le plaisir a été un péché, et la quête du plaisir, surtout lorsqu’il était déviant par rapport aux normes - masturbation, homosexualité, etc.- une maladie. Notre époque, depuis quelques décennies, l’a libéré. Puis elle en a contrôlé à nouveau l’usage, imposé ses normes au nom de la santé publique ou privée (tabac, alcool, sexe, etc.)  Parallèlement, au nom de l’hygiène et de la valeur « bonheur », d’exercice de la liberté, elle en a fait une contrainte, un nouveau conformisme. Vous ne jouissez pas ? Allez consulter…  Le plaisir, obligatoire pour tous, mais de plus en plus contrôlé…  A force de vouloir ainsi l’imposer à tous, et sous une norme unique, notre société l’a peut-être « rendu malade », cause de souffrance, d’angoisse, de perte de l’estime de soi ; d’où le développement des « maladies du désir » -boulimie, anorexie, addictions, ou absence de libido…  Et si, pour retrouver le vrai sens du désir, il fallait le réinvestir de sa liberté, de sa capacité à générer des excès, à accepter ses déviances, voire ses transgressions ? Tout en sachant trouver une expression respectueuse d’autrui de cette liberté individuelle, bien sûr.  C’est à cette seule condition que le désir, qui a été infantilisé, pourra redevenir « adulte », libre - mais aussi responsable -. Porteur de sens et de bonheur.  C’est toute la réflexion de Marc Valleur et Jean-Claude Matysiak. Suivons-les…