share_book
Envoyer cet article par e-mail

Fantasme et formation

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Fantasme et formation

Fantasme et formation

  (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Fantasme et formation"

Quelle que soit la pratique sociale ou l'institution considérée, il n'y a pas de formation sans une fantasmatique sous-jacente. Et de fait, lorsque l'on tente de caractériser le désir de former des êtres humains, il y est question d'amour, de plaisir et de souffrance, mais aussi de haine, de violence et de culpabilité. Les travaux présentés ici ont en commun le souci de reconnaître à l'oeuvre - dans le projet et l'activité de former, de se former et d'être formé - la dimension du fantasme : le désir de formation s'inscrit dans les prototypes infantiles des relations, là où se jouent les questions et les réponses de l'origine (celle du sujet et celle de l'espèce). Mais ce désir s'inscrit aussi dans le corps social et dans la culture : institutions et mythes de la formation gèrent l'économie du désir, ils en assurent la légitimité ou l'illégitimité... La question qui affleure alors est de savoir qui est bénéficiaire de cette gérance ? Le sujet singulier ou le sujet social ? Et au prix de quels compromis ?

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 173  pages
  • Dimensions :  1.6cmx15.4cmx23.4cm
  • Poids : 358.3g
  • Editeur :   Dunod Paru le
  • Collection : Inconscient et culture
  • ISBN :  2100508334
  • EAN13 :  9782100508334
  • Classe Dewey :  150.195
  • Langue : Français

D'autres livres de René Kaës

Les Théories psychanalytiques du groupe

Le dispositif psychanalytique de groupe a introduit de nouvelles compétences pour le traitement des «cas difficiles» . Il a aussi contribué à rendre possibles, pour tout un chacun, l'expérience et la connaissance de formations et de processus psychiques inconscients, inaccessibles [....]...

L'institution et les institutions : Études psychanalytiques

L'étude des processus psychiques au sein des institutions n'est souvent accessible qu'à partir de la “souffrance” qui s'y éprouve et donc à partir d'une “pathologie de la vie institutionnelle” dont ce livre apporte les derniers éléments. René Kaës a écrit une nouvelle préface et actual...

Les Théories psychanalytiques du groupe

Le dispositif psychanalytique de groupe a introduit de nouvelles compétences pour le traitement des «cas difficiles» . Il a aussi contribué à rendre possibles, pour tout un chacun, l'expérience et la connaissance de formations et de processus psychiques inconscients, inaccessibles autrement. C...

Le complexe fraternel

Le complexe fraternel est un véritable complexe. Il n'est pas un simple déplacement ou évitement du complexe d'Œdipe. Il consiste en une structure, une dynamique et une économie spécifiques analysées dans ce livre selon trois niveaux. Le complexe fraternel est d'abord décrit au niveau intrap...

Voir tous les livres de René Kaës

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Quelle que soit la pratique sociale ou l'institution considérée, il n'y a pas de formation sans une fantasmatique sous-jacente. Et de fait, lorsque l'on tente de caractériser le désir de former des êtres humains, il y est question d'amour, de plaisir et de souffrance, mais aussi de haine, de violence et de culpabilité. Les travaux présentés ici ont en commun le souci de reconnaître à l'oeuvre - dans le projet et l'activité de former, de se former et d'être formé - la dimension du fantasme : le désir de formation s'inscrit dans les prototypes infantiles des relations, là où se jouent les questions et les réponses de l'origine (celle du sujet et celle de l'espèce). Mais ce désir s'inscrit aussi dans le corps social et dans la culture : institutions et mythes de la formation gèrent l'économie du désir, ils en assurent la légitimité ou l'illégitimité... La question qui affleure alors est de savoir qui est bénéficiaire de cette gérance ? Le sujet singulier ou le sujet social ? Et au prix de quels compromis ?