share_book
Envoyer cet article par e-mail

Expliquer l'antisémitisme : Le bouc émissaire : autopsie d'un modèle explicatif

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Expliquer l'antisémitisme : Le bouc émissaire : autopsie d'un modèle explicatif

Expliquer l'antisémitisme : Le bouc émissaire : autopsie d'un modèle explicatif

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Expliquer l'antisémitisme : Le bouc émissaire : autopsie d'un modèle explicatif"

La théorie du bouc émissaire est l'explication la plus courante de l'antisémitisme : les Juifs seraient les victimes expiatoires de toute collectivité en crise. Pourtant, le bouc émissaire n'explique pas l'antisémitisme. Rendre les crises responsables des violences antijuives, c'est oublier qu'il y eut de l'antisémitisme sans crise et des crises sans antisémitisme. L'idée selon laquelle les juifs serviraient de victime expiatoire en raison de leurs différences ne tient pas ; la différence n'est pas la cause de la haine, elle est sa conséquence. La théorie du bouc émissaire est un plaidoyer en faveur des bourreaux. Ce mécanisme transforme les criminels en victimes d'une pulsion qui les dépasse. Contrairement à ce que prétend cette conception de l'antisémitisme, les meurtriers savent ce qu'ils font. C'est pourquoi on peut analyser les raisons qui ont conduit des hommes ordinaires à commettre des crimes inouïs. Quelques grands penseurs ont eu recours à la théorie du bouc émissaire : Durkheim, Freud, Braudel, Sartre ou René Girard l'ont invoquée pour expliquer les violences antijuives. Ces penseurs ont un point commun : ils interprètent l'antisémitisme comme une manifestation de l'irrationalité de l'homme. Dévoiler les failles de ces approches théoriques, c'est aussi révéler les limites d'une certaine manière de pratiquer les sciences sociales. Car, si la sociologie peut expliquer l'antisémitisme, l'antisémitisme peut, en retour, nous aider à comprendre la sociologie.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 258  pages
  • Dimensions :  1.8cmx15.0cmx21.4cm
  • Poids : 381.0g
  • Editeur :   Presses Universitaires De France - Puf Paru le
  • Collection : Sociologies
  • ISBN :  2130548504
  • EAN13 :  9782130548508
  • Classe Dewey :  300
  • Langue : Français

D'autres livres de Guillaume Erner

Victimes de la mode ? : Comment on la crée, pourquoi on la suit

La mode est un mensonge auquel tout le monde veut croire. Les symptômes du mal sont connus nous recherchons l'originalité et nous voilà soumis à l'uniforme de la dernière nouveauté, oubliant notre sens critique et notre crainte du ridicule. Les " tendances " justifient tout : le retour des ann...

Sociologie des tendances

Comment expliquer ces focalisations du désir, par lesquelles des individus si différents les uns des autres, sans s'être concertés, formulent les mêmes envies ? A lire les médias qui accordent une attention grandissante à ces phénomènes, tout se passe comme si les choix du plus grand nombre...

Victimes de la mode

Les symptômes du mal sont connus : nous recherchons souvent l'originalité dans notre habillement, et nous voilà soumis à l'uniforme de la dernière nouveauté, oubliant notre sens critique et notre crainte du ridicule. Les " tendances " justifient tout : le retour des années 1980, l'arrivée de...

Voir tous les livres de Guillaume Erner

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

La théorie du bouc émissaire est l'explication la plus courante de l'antisémitisme : les Juifs seraient les victimes expiatoires de toute collectivité en crise. Pourtant, le bouc émissaire n'explique pas l'antisémitisme. Rendre les crises responsables des violences antijuives, c'est oublier qu'il y eut de l'antisémitisme sans crise et des crises sans antisémitisme. L'idée selon laquelle les juifs serviraient de victime expiatoire en raison de leurs différences ne tient pas ; la différence n'est pas la cause de la haine, elle est sa conséquence. La théorie du bouc émissaire est un plaidoyer en faveur des bourreaux. Ce mécanisme transforme les criminels en victimes d'une pulsion qui les dépasse. Contrairement à ce que prétend cette conception de l'antisémitisme, les meurtriers savent ce qu'ils font. C'est pourquoi on peut analyser les raisons qui ont conduit des hommes ordinaires à commettre des crimes inouïs. Quelques grands penseurs ont eu recours à la théorie du bouc émissaire : Durkheim, Freud, Braudel, Sartre ou René Girard l'ont invoquée pour expliquer les violences antijuives. Ces penseurs ont un point commun : ils interprètent l'antisémitisme comme une manifestation de l'irrationalité de l'homme. Dévoiler les failles de ces approches théoriques, c'est aussi révéler les limites d'une certaine manière de pratiquer les sciences sociales. Car, si la sociologie peut expliquer l'antisémitisme, l'antisémitisme peut, en retour, nous aider à comprendre la sociologie.