share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le coq, l'autruche et le bouc-- émissaire

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le coq, l'autruche et le bouc-- émissaire

Le coq, l'autruche et le bouc-- émissaire

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le coq, l'autruche et le bouc-- émissaire"

Par une curieuse mutation, le {coq} français devient peu à peu {autruche}. Tandis que s'efface le ton cocardier et tricolore, s'affirme la peur de voir les choses comme elles sont et notamment les plus amères. C'est l'attitude de l'autruche. Depuis presque deux siècles, le peuple, promu souverain, dirige ses propres affaires. Malheureusement, ses affaires, il les connaît mal. Non seulement l'information est déficiente, trompeuse, encline à la flatterie, mais nous ne cherchons pas vraiment à savoir, tant les rêves, les mythes, les croyances sont plus avenants que la rugueuse réalité. Longtemps anodines, cette ignorance de nos propres affaires, cette peur de les connaître, entraînent logiquement de plus en plus de mécomptes, parmi lesquels le tour de force" qu'est le cumul de chômage et d'inflation. C'est que, même sous des dehors libéraux, l'intervention est partout, intervention dans le noir. Devant l'accumulation des difficultés et des nuages, chacun se plaint et chacun a raison ; seulement, l'ensemble a tort. Dans cette affaire, en effet, le grand accusé devenu le {bouc émissaire}, c'est l'Etat. Et l'Etat, c'est nous. Déficience majeure : nous ne savons pas ou nous n'osons pas nous exprimer. Or, s'exprimer, c'est créer. L'atrophie de l'esprit de création se manifeste tant dans le langage que dans la peur de la jeunesse, dans le refus de l'enfant, donc de l'avenir."

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 193  pages
  • Dimensions :  1.6cmx12.4cmx20.4cm
  • Poids : 199.6g
  • Editeur :   Grasset Paru le
  • Collection : Humeurs
  • ISBN :  2246007437
  • EAN13 :  9782246007432
  • Classe Dewey :  320.944
  • Langue : Français

D'autres livres de Alfred Sauvy

L'Europe submergée

"Un peuple peut-il mourir de vieillesse ? S'éteindre doucement dans la béatitude ? Y a-t-il eu dans l'histoire ou la préhistoire, des morts douces?"N'ayez pas peur de la bombe, le péril vient d'ailleurs : bientôt, le contraste entre un jeune Sud débordant de vitalité et une Europe [....]...

La terre et les hommes

« ... cet ouvrage est un testament. Alfred Sauvy livre ses pensées les plus chères, qu'il illustre, avec son bonheur d'expression légendaire, de quelques formules percutantes... Avec lui, nous voguons d'une civilisation à l'autre, traversant allègrement les époques, sans manquer aucun des gra...

Voir tous les livres de Alfred Sauvy

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Par une curieuse mutation, le {coq} français devient peu à peu {autruche}. Tandis que s'efface le ton cocardier et tricolore, s'affirme la peur de voir les choses comme elles sont et notamment les plus amères. C'est l'attitude de l'autruche. Depuis presque deux siècles, le peuple, promu souverain, dirige ses propres affaires. Malheureusement, ses affaires, il les connaît mal. Non seulement l'information est déficiente, trompeuse, encline à la flatterie, mais nous ne cherchons pas vraiment à savoir, tant les rêves, les mythes, les croyances sont plus avenants que la rugueuse réalité. Longtemps anodines, cette ignorance de nos propres affaires, cette peur de les connaître, entraînent logiquement de plus en plus de mécomptes, parmi lesquels le tour de force" qu'est le cumul de chômage et d'inflation. C'est que, même sous des dehors libéraux, l'intervention est partout, intervention dans le noir. Devant l'accumulation des difficultés et des nuages, chacun se plaint et chacun a raison ; seulement, l'ensemble a tort. Dans cette affaire, en effet, le grand accusé devenu le {bouc émissaire}, c'est l'Etat. Et l'Etat, c'est nous. Déficience majeure : nous ne savons pas ou nous n'osons pas nous exprimer. Or, s'exprimer, c'est créer. L'atrophie de l'esprit de création se manifeste tant dans le langage que dans la peur de la jeunesse, dans le refus de l'enfant, donc de l'avenir."