share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'opposition métaphysique du monothéisme hébreu de Spinoza à Heidegger

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'opposition métaphysique du monothéisme hébreu de Spinoza à Heidegger

L'opposition métaphysique du monothéisme hébreu de Spinoza à Heidegger

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "L'opposition métaphysique du monothéisme hébreu de Spinoza à Heidegger"

Il existe, depuis les premiers siècles de notre ère, une opposition violente, virulente, au monothéisme hébreu. Lorsqu'on recherche le coeur, le fond, la partie vive de cette opposition, on trouve toujours le rejet de l'idée hébraïque de création. Depuis Celse, Plotin, Porphyre, puis Jamblique, Proclus et Damascius, ce que les métaphysiciens appartenant à la grande et noble tradition hellénique ne supportent pas dans le monothéisme hébreu, c'est l'idée d'un Univers créé, qui n'est donc pas divin ni éternel - ni dans le passé, ni dans l'avenir -, un univers en régime de création continuée, inachevé, tendu vers un terme, qui est la finalité ultime de la Création. Nous avons pris ici quelques exemples de cette opposition virulente au monothéisme hébreu chez Spinoza et quelques philosophes ultérieurs, jusqu'à Heidegger. Nous nous réservons de revenir sur la même question dans les premiers siècles de notre ère. L'opposition est métaphysique. C'est une détestation spirituelle. Il vaut mieux en prendre conscience franchement que de se la dissimuler en professant, par exemple, qu'il n'existe pas de métaphysique chrétienne, de métaphysique propre au christianisme.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 113  pages
  • Dimensions :  1.0cmx13.6cmx20.6cm
  • Poids : 140.6g
  • Editeur :   Oeil Paru le
  • Collection : Cahiers de métaphysique et de théologie
  • ISBN :  2868394469
  • EAN13 :  9782868394460
  • Classe Dewey :  101
  • Langue : Français

D'autres livres de Claude Tresmontant

Saint Paul et le mystère du Christ

Paul est-il encore lu ? Pour beaucoup, il se réduit à des clichés : celui qui a trahi le message si pur et si simple du Christ, celui par qui l'antijudaïsme chrétien est devenu une doctrine, celui qui est à l'origine du " mauvais christianisme "... RetrouverPaul tel qu'en lui-même, sa [......

La prescience de Dieu, la prédestination et la liberté humaine

Dans cette affaire, l'une des plus difficiles qu'ait eu à affronter la pensée chrétienne dans les siècles passés, plusieurs systèmes de pensée, plusieurs métaphysiques s'opposent. Le système platonicien et néo-platonicien selon lequel, en réalité, il n'y a pas de création. Tout est donn...

Le Christ Hébreu

Depuis vingt-cinq ans, Claude Tresmontant s'est attaché au problème de la langue originelle et de la date de composition des Evangiles. Ses recherches portent sur les correspondances existant entre l'hébreu de la Bible hébraïque et le grec de la Septante. Elles lui ont permis de démontrer que ...

Voir tous les livres de Claude Tresmontant

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Il existe, depuis les premiers siècles de notre ère, une opposition violente, virulente, au monothéisme hébreu. Lorsqu'on recherche le coeur, le fond, la partie vive de cette opposition, on trouve toujours le rejet de l'idée hébraïque de création. Depuis Celse, Plotin, Porphyre, puis Jamblique, Proclus et Damascius, ce que les métaphysiciens appartenant à la grande et noble tradition hellénique ne supportent pas dans le monothéisme hébreu, c'est l'idée d'un Univers créé, qui n'est donc pas divin ni éternel - ni dans le passé, ni dans l'avenir -, un univers en régime de création continuée, inachevé, tendu vers un terme, qui est la finalité ultime de la Création. Nous avons pris ici quelques exemples de cette opposition virulente au monothéisme hébreu chez Spinoza et quelques philosophes ultérieurs, jusqu'à Heidegger. Nous nous réservons de revenir sur la même question dans les premiers siècles de notre ère. L'opposition est métaphysique. C'est une détestation spirituelle. Il vaut mieux en prendre conscience franchement que de se la dissimuler en professant, par exemple, qu'il n'existe pas de métaphysique chrétienne, de métaphysique propre au christianisme.