share_book
Envoyer cet article par e-mail

La Fragile Armada : La Marche des zapatistes

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La Fragile Armada : La Marche des zapatistes

La Fragile Armada : La Marche des zapatistes

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La Fragile Armada : La Marche des zapatistes"

La parole et le sens contre le pouvoir et le sang. Les zapatistes n'avaient jamais dit de manière aussi dense et aussi poétique que lors de la marche sur Mexico en février et mars 2001 ce qui fait l'esprit de leur mouvement et qui en explique le formidable écho. Cette fragilité qui en est la force. Les zapatistes tentent de s'arracher à la fatalité de la violence. Curieux guérilleros qui n'ont combattu que douze jours, en janvier 1994, avant de se transformer en un mouvement armé non violent, qui marchent sur Mexico les mains nues, mais avec leurs passemontagnes. « Nous autres Indiens, nous étions invisibles, il a fallu que nous nous cachions le visage pour que l'on nous voie. » Leurs armes, ce sont les mots. Ceux de Marcos, le passeur, fenêtre entre le monde indien et l'univers des autres Mexicains, le nôtre aussi. Ceux de ses « sueurs et frères » indiens qu'il accompagne dans la fin du silence, la prise de parole. Un feu roulant de paroles nouvelles, qui, à travers communautés, villes et villages, gagnent le coeur du Mexique, se font entendre sur le Zocalo, la place centrale de « la plus grande ville du monde », à la tribune du Congrès et au-delà des frontières, jusqu'à nous.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 223  pages
  • Dimensions :  1.2cmx14.0cmx21.0cm
  • Poids : 299.4g
  • Editeur :   Métailié Paru le
  • Collection : Bibliothèque hispano-américaine
  • ISBN :  2864243954
  • EAN13 :  9782864243953
  • Classe Dewey :  320.972
  • Langue : Français

D'autres livres de Jacques Blanc

Exercices de Mathematiques Algebre & Analyse Statistiques & Probabilites Géometrie Bts Industriels

Ce recueil d'exercices corrigés recouvre la totalité du programme de mathématiques de nombreuses Sections de Techniciens Supérieurs (STS) des groupements B-C-D (liste à l'intérieur), et une grande partie des programmes des autres STS et des IUT. Il est un outil efficace pour vérifier réguli...

Voir tous les livres de Jacques Blanc

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

La parole et le sens contre le pouvoir et le sang. Les zapatistes n'avaient jamais dit de manière aussi dense et aussi poétique que lors de la marche sur Mexico en février et mars 2001 ce qui fait l'esprit de leur mouvement et qui en explique le formidable écho. Cette fragilité qui en est la force. Les zapatistes tentent de s'arracher à la fatalité de la violence. Curieux guérilleros qui n'ont combattu que douze jours, en janvier 1994, avant de se transformer en un mouvement armé non violent, qui marchent sur Mexico les mains nues, mais avec leurs passemontagnes. « Nous autres Indiens, nous étions invisibles, il a fallu que nous nous cachions le visage pour que l'on nous voie. » Leurs armes, ce sont les mots. Ceux de Marcos, le passeur, fenêtre entre le monde indien et l'univers des autres Mexicains, le nôtre aussi. Ceux de ses « sueurs et frères » indiens qu'il accompagne dans la fin du silence, la prise de parole. Un feu roulant de paroles nouvelles, qui, à travers communautés, villes et villages, gagnent le coeur du Mexique, se font entendre sur le Zocalo, la place centrale de « la plus grande ville du monde », à la tribune du Congrès et au-delà des frontières, jusqu'à nous.