share_book
Envoyer cet article par e-mail

La péninsule ibérique aux époques romaines: (fin du IIIe s. av. n.è. - début du VIe s. de n.è.)

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La péninsule ibérique aux époques romaines: (fin du IIIe s. av. n.è. - début du VIe s. de n.è.)

La péninsule ibérique aux époques romaines: (fin du IIIe s. av. n.è. - début du VIe s. de n.è.)

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La péninsule ibérique aux époques romaines: (fin du IIIe s. av. n.è. - début du VIe s. de n.è.)"

Première synthèse en français sur le sujet, l’ouvrage découle de quarante années d’enquêtes variées relatives à la péninsule Ibérique aux époques romaines. Attentif aux progrès des recherches dans toutes les disciplines concernées et aux évolutions historiographiques, le contenu essaie de se tenir à distance des notions telles que conquête, impérialisme, unité, romanisation, régionalismes, métissage, romanité, identité provinciale, autoreprésentation.  Conçue comme la lecture ouverte et indéfinie d’une durée de sept siècles, l’histoire narrée et commentée ici épouse le temps, la chronologie pour mieux dissocier les phases et les périodes, pour mieux souligner la richesse et le polycentrisme de passés péninsulaires toujours renouvelés, pour mieux rendre compte des décalages et des discontinuités. La réflexion est dominée par le souhait d’éclairer ce qu’étaient les provinces et les sociétés provinciales d’un empire qui ne se pensait pas comme un territoire « national » et gouvernait des communautés et des populations qui ne préfigurèrent pas les États européens modernes.  Les siècles de l’Antiquité tardive, abordés dans toute leur complexité, colorent de teintes disparates les mutations qui conduisirent à la « fin des provinces » qui ne saurait être confondue avec on ne sait quelle décadence de l’Empire romain. 

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 408  pages
  • Dimensions :  2.4cmx15.6cmx23.6cm
  • Poids : 657.7g
  • Editeur :   Armand Colin Paru le
  • Collection : U
  • ISBN :  2200268335
  • EAN13 :  9782200268336
  • Classe Dewey :  500
  • Langue : Français

D'autres livres de Patrick Le Roux

L'Empire romain

L'Empire romain naît officiellement en 27 avant J.-C. et s'achève avec la prise de Rome par les Goths en 410 ou, pour certains, en 476 date de la chute de l'empereur d'Occident. Au-delà d'un simple récit des règnes des empereurs et des événements, l'ouvrage décrit les fondements d'une [.....

La toge et les armes : Rome entre Méditerranée et Océan

A toge et les armes. Deux symboles de Rome, qui forment aussi deux axes majeurs de la réflexion historique que Patrick Le Roux mène, depuis plus de quarante ans, sur les J espaces et les sociétés provinciales de l'Empire romain. Les trente-neuf études, révisées au besoin, dont quatre inédite...

Voir tous les livres de Patrick Le Roux

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Première synthèse en français sur le sujet, l’ouvrage découle de quarante années d’enquêtes variées relatives à la péninsule Ibérique aux époques romaines. Attentif aux progrès des recherches dans toutes les disciplines concernées et aux évolutions historiographiques, le contenu essaie de se tenir à distance des notions telles que conquête, impérialisme, unité, romanisation, régionalismes, métissage, romanité, identité provinciale, autoreprésentation.  Conçue comme la lecture ouverte et indéfinie d’une durée de sept siècles, l’histoire narrée et commentée ici épouse le temps, la chronologie pour mieux dissocier les phases et les périodes, pour mieux souligner la richesse et le polycentrisme de passés péninsulaires toujours renouvelés, pour mieux rendre compte des décalages et des discontinuités. La réflexion est dominée par le souhait d’éclairer ce qu’étaient les provinces et les sociétés provinciales d’un empire qui ne se pensait pas comme un territoire « national » et gouvernait des communautés et des populations qui ne préfigurèrent pas les États européens modernes.  Les siècles de l’Antiquité tardive, abordés dans toute leur complexité, colorent de teintes disparates les mutations qui conduisirent à la « fin des provinces » qui ne saurait être confondue avec on ne sait quelle décadence de l’Empire romain.