share_book
Envoyer cet article par e-mail

La présence française en Corée de la fin du XVIIIe siècle à nos jours

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La présence française en Corée de la fin du XVIIIe siècle à nos jours

La présence française en Corée de la fin du XVIIIe siècle à nos jours

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La présence française en Corée de la fin du XVIIIe siècle à nos jours"

En 1787, les marins de La Pérouse furent les premiers Français à observer les côtes de Corée mais sans se risquer à y débarquer : le refus des étrangers était ancré dans la culture confucéenne du pays du Matin Calme. Plus tard, des missionnaires français entrés clandestinement payèrent cette audace de leur vie (notamment en 1866). Venus venger leurs compatriotes, des soldats de l'infanterie de marine n'emportèrent qu'un peu d'or, des livres et de précieux manuscrits. Suite au traité d'amitié et de commerce signé en 1886, les relations franco-coréennes connurent enfin un âge d'or. Mais l'occupation japonaise effaça jusqu'au souvenir de Français, venus en Corée comme conseillers officiels pour l'éducation, les chemins de fer, les mines, l'armée, le droit, les douanes, les postes, le télégraphe et le téléphone. Qui se souvient que les Français invitèrent les Coréens à participer à l'Exposition Universelle de Paris et à adhérer à l'Union Postale Universelle en 1900 ? Depuis, le Pays du Matin Calme a appris à découvrir d'autres facettes du savoir-faire français : la grande distribution, les trains à grande vitesse, les centrales nucléaires, les lanceurs de satellites et la recherche biomédicale de très haut niveau. En annexe, un dictionnaire biographique rassemble les acteurs de cette présence mouvementée sans oublier les combattants volontaires (1950-1953), les sportifs des J.O. de Séoul (1988), les enseignants, les enfants adoptés français d'origine coréenne (de plus en plus nombreux à vouloir tenter un retour aux sources), tous ayant fait ou continuant à faire de l'interactivité franco-coréenne une réalité bien vivante.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 294  pages
  • Dimensions :  2.4cmx16.2cmx23.8cm
  • Poids : 458.1g
  • Editeur :   Editions L'harmattan Paru le
  • Collection : Recherches asiatiques
  • ISBN :  2747586405
  • EAN13 :  9782747586405
  • Classe Dewey :  950
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean-Marie Thiébaud

Les corps francs de 1814 et 1815 : La double agonie de l'Empire, les combattants de l'impossible

Du Moyen Âge à nos jours, des troupes irrégulières (corps francs, partisans, francs-tireurs, résistants, etc.) ont secondé les armées officielles. Interceptant vivres, armes et courriers, tendant des embuscades, attaquant les arrière-gardes, leurs actions de guérilla n'ont toujours eu qu'un...

Personnages marquants d'Asie Centrale, du Turkestan et de l'Ouzbekistan : Dictionnaire biographique

Ce dictionnaire biographique réunit hommes fameux et personnages marquants de l'Asie Centrale, du Turkestan russe et de la République Socialiste Soviétique d'Ouzbékistan, indépendante depuis 1991. D'Al Khorazmi, en l'honneur duquel on inventa le mot algorithme, à Avicenne, d'Alexandre le Grand...

Voir tous les livres de Jean-Marie Thiébaud

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

En 1787, les marins de La Pérouse furent les premiers Français à observer les côtes de Corée mais sans se risquer à y débarquer : le refus des étrangers était ancré dans la culture confucéenne du pays du Matin Calme. Plus tard, des missionnaires français entrés clandestinement payèrent cette audace de leur vie (notamment en 1866). Venus venger leurs compatriotes, des soldats de l'infanterie de marine n'emportèrent qu'un peu d'or, des livres et de précieux manuscrits. Suite au traité d'amitié et de commerce signé en 1886, les relations franco-coréennes connurent enfin un âge d'or. Mais l'occupation japonaise effaça jusqu'au souvenir de Français, venus en Corée comme conseillers officiels pour l'éducation, les chemins de fer, les mines, l'armée, le droit, les douanes, les postes, le télégraphe et le téléphone. Qui se souvient que les Français invitèrent les Coréens à participer à l'Exposition Universelle de Paris et à adhérer à l'Union Postale Universelle en 1900 ? Depuis, le Pays du Matin Calme a appris à découvrir d'autres facettes du savoir-faire français : la grande distribution, les trains à grande vitesse, les centrales nucléaires, les lanceurs de satellites et la recherche biomédicale de très haut niveau. En annexe, un dictionnaire biographique rassemble les acteurs de cette présence mouvementée sans oublier les combattants volontaires (1950-1953), les sportifs des J.O. de Séoul (1988), les enseignants, les enfants adoptés français d'origine coréenne (de plus en plus nombreux à vouloir tenter un retour aux sources), tous ayant fait ou continuant à faire de l'interactivité franco-coréenne une réalité bien vivante.