share_book
Envoyer cet article par e-mail

Ce sentiment océanique : Mon retour au surf

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Ce sentiment océanique : Mon retour au surf

Ce sentiment océanique : Mon retour au surf

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Ce sentiment océanique : Mon retour au surf"

Pour Fiona Capp, le surf a toujours été un moyen d'harmoniser vie du corps et vie de l'esprit. Après quinze années "d'exil" de son sport préféré, à quarante ans, mère d'un jeune garçon, elle s'est donc décidée à affronter à nouveau les rouleaux et le danger, métaphores de toutes les difficultés de l'existence. C'est cette histoire de peur maîtrisée qu'elle nous raconte, tout en écrivant une sorte d'essai sur ce que représente ce sport, symbole de l'Australie, devenu emblème de jeunesse, de santé, de force, d'un commerce aussi. Les indigènes du Pacifique pratiquaient cette "marche sur l'eau" depuis toujours, jusqu'à ce que le capitaine Cook les "découvre" et transmette au siècle des lumières l'idée d'un "plaisir suprême", qui engendra des désirs de liberté en Europe tandis qu'on détruisait une civilisation aux antipodes. Romain Rolland, dans une lettre à Freud, parlait de "sentiment océanique" pour évoquer le bonheur et ce besoin viscéral qu'il y a d'être dans l'eau, une sensation d'éternité, qui touche au sentiment religieux, issue peut-être d'un souvenir résiduel de la toute première phase de la vie psychique, lorsque l'enfant et le monde ne font qu'un. La mer - en permanence ambiguë, synonyme d'horizon illimité mais aussi de plaisir foetal, de farniente et de menace - est un continent avec ses passages, ses incertitudes, ses reliefs, ses vides et ses transformations. Tandis que Fiona Capp, en écrivain voyageur, nous emmène des plages du Victoria à celles d'Hawaii, de Cornouailles ou de Biarritz, nous découvrons les côtes où l'homme joue avec le plaisir physique, l'impermanence et le sublime autant qu'avec le risque et la douleur.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 309  pages
  • Dimensions :  2.4cmx11.4cmx21.0cm
  • Poids : 340.2g
  • Editeur :   Actes Sud Paru le
  • Collection : Aventure
  • ISBN :  2742755268
  • EAN13 :  9782742755264
  • Classe Dewey :  797.32
  • Langue : Français

D'autres livres de Fiona Capp

Surfer la nuit

L'Australie, ses plages de dunes tout au sud de Melbourne. La rencontre de Hannah, qui a quitté le monde clos de l'université pour apprendre à "marcher sur l'eau", et Jake, jeune et beau surfeur tourmenté, dont le rêve est de chevaucher en pleine nuit une vague gigantesque....

Voir tous les livres de Fiona Capp

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Pour Fiona Capp, le surf a toujours été un moyen d'harmoniser vie du corps et vie de l'esprit. Après quinze années "d'exil" de son sport préféré, à quarante ans, mère d'un jeune garçon, elle s'est donc décidée à affronter à nouveau les rouleaux et le danger, métaphores de toutes les difficultés de l'existence. C'est cette histoire de peur maîtrisée qu'elle nous raconte, tout en écrivant une sorte d'essai sur ce que représente ce sport, symbole de l'Australie, devenu emblème de jeunesse, de santé, de force, d'un commerce aussi. Les indigènes du Pacifique pratiquaient cette "marche sur l'eau" depuis toujours, jusqu'à ce que le capitaine Cook les "découvre" et transmette au siècle des lumières l'idée d'un "plaisir suprême", qui engendra des désirs de liberté en Europe tandis qu'on détruisait une civilisation aux antipodes. Romain Rolland, dans une lettre à Freud, parlait de "sentiment océanique" pour évoquer le bonheur et ce besoin viscéral qu'il y a d'être dans l'eau, une sensation d'éternité, qui touche au sentiment religieux, issue peut-être d'un souvenir résiduel de la toute première phase de la vie psychique, lorsque l'enfant et le monde ne font qu'un. La mer - en permanence ambiguë, synonyme d'horizon illimité mais aussi de plaisir foetal, de farniente et de menace - est un continent avec ses passages, ses incertitudes, ses reliefs, ses vides et ses transformations. Tandis que Fiona Capp, en écrivain voyageur, nous emmène des plages du Victoria à celles d'Hawaii, de Cornouailles ou de Biarritz, nous découvrons les côtes où l'homme joue avec le plaisir physique, l'impermanence et le sublime autant qu'avec le risque et la douleur.