share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les métropoles régionales intermédiaires en France : quelle attractivité?

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les métropoles régionales intermédiaires en France : quelle attractivité?

Les métropoles régionales intermédiaires en France : quelle attractivité?

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les métropoles régionales intermédiaires en France : quelle attractivité?"

En complément des travaux entrepris et publiés parla DIACT sur les villes européennes, les pâles et métropoles et tes villes moyennes, l'étude confiée au professeur Gérard-François Dumont, professeur à ta Sorbonne, a pour objet de comparer l'attractivité des métropoles régionales intermédiaires. Unités urbaines comprises entre 200 000 et 500 000 habitants, elles se caractérisent par des fonctions économiques dont le niveau ne présente pas un important rayonnement transnational, mais disposent néanmoins de nombreux atouts, leur taille limitant, par exemple, les déséconomies d'agglomération. Pour garantir la pertinence de son étude, l'auteur a retenu des métropoles intermédiaires comparables, soit 7 capitales régionales : Caen, Clermont-Ferrand, Dijon, Metz, Montpellier, Orléans et Rennes. Leur attractivité a été comparée, entre 1990 et 1999, à partir de 7 critères relatifs à la population et à l'emploi, tant à l'échelle de l'unité urbaine qu'à celle de la ville-centre. Il en ressort une hiérarchie claire. La métropole la plus attractive à l'échelle de l'unité urbaine est Montpellier et à l'échelle de la commune-centre Orléans. Plusieurs facteurs expliquent ce classement. Les métropoles qui ont investi dans l'innovation sont plus attractives que celles où persistent des activités industrielles traditionnelles. De même sont mieux classées celles dont l'économie est diversifiée et qui ont valorisé leurs réseaux de transport. La manière dont la métropole exerce ses fonctions de capitale régionale entre également en ligne de compte. Pour Gérard-François Dumont, cette étude constitue une première étape dans la compréhension de l'attractivité des métropoles régionales intermédiaires, maillon essentiel de l'organisation territoriale de notre pays.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 87  pages
  • Dimensions :  0.6cmx16.2cmx23.6cm
  • Poids : 222.3g
  • Editeur :   La Documentation Française Paru le
  • Collection : Travaux
  • ISBN :  2110066954
  • EAN13 :  9782110066954
  • Classe Dewey :  307.121 60944
  • Langue : Français

D'autres livres de Gérard-François Dumont

La France en villes

La France est incontestablement devenue une « France en villes ». Elle est désormais organisée autour de son armature urbaine qui, selon les échelles considérées, se présente sous des formes variées. Cette France en villes commence le XXIe siècle dans un contexte de gouvernance [....]...

Les territoires face au vieillissement en Europe : Géographie - Politique - Prospective

Le vieillissement de la population est un phénomène majeur du XXIe siècle. Or, les débats sur cette question ne se sont souvent centrés que sur la question du financement des retraites. Le vieillissement suscite pourtant nombre d'autres interrogations. Il est en effet fort diversifié selon ses...

Populations et territoires de France en 2030 : Le scénario d'un futur choisi

Tout pays se caractérise par deux éléments essentiels qui permettent de l'identifier : les populations qui y habitent et ses territoires. Imaginer la France dans vingt ans conduit donc à examiner l'avenir de ces deux caractéristiques. Pour les intégrer, il est nécessaire de conduire une prosp...

Geographie Urbaine de l'Exclusion Dans les Grandes Metropoles Regionales Françaises

La géographie urbaine de l'exclusion fait face à deux questions : quelle méthode pour l'appréhender ? Quelle répartition spatiale de la pauvreté dans les villes ? Pour y répondre, ce livre crée d'abord un nouvel indice synthétique d'exclusion, agrégeant treize indicateurs issus de différe...

Voir tous les livres de Gérard-François Dumont

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

En complément des travaux entrepris et publiés parla DIACT sur les villes européennes, les pâles et métropoles et tes villes moyennes, l'étude confiée au professeur Gérard-François Dumont, professeur à ta Sorbonne, a pour objet de comparer l'attractivité des métropoles régionales intermédiaires. Unités urbaines comprises entre 200 000 et 500 000 habitants, elles se caractérisent par des fonctions économiques dont le niveau ne présente pas un important rayonnement transnational, mais disposent néanmoins de nombreux atouts, leur taille limitant, par exemple, les déséconomies d'agglomération. Pour garantir la pertinence de son étude, l'auteur a retenu des métropoles intermédiaires comparables, soit 7 capitales régionales : Caen, Clermont-Ferrand, Dijon, Metz, Montpellier, Orléans et Rennes. Leur attractivité a été comparée, entre 1990 et 1999, à partir de 7 critères relatifs à la population et à l'emploi, tant à l'échelle de l'unité urbaine qu'à celle de la ville-centre. Il en ressort une hiérarchie claire. La métropole la plus attractive à l'échelle de l'unité urbaine est Montpellier et à l'échelle de la commune-centre Orléans. Plusieurs facteurs expliquent ce classement. Les métropoles qui ont investi dans l'innovation sont plus attractives que celles où persistent des activités industrielles traditionnelles. De même sont mieux classées celles dont l'économie est diversifiée et qui ont valorisé leurs réseaux de transport. La manière dont la métropole exerce ses fonctions de capitale régionale entre également en ligne de compte. Pour Gérard-François Dumont, cette étude constitue une première étape dans la compréhension de l'attractivité des métropoles régionales intermédiaires, maillon essentiel de l'organisation territoriale de notre pays.