share_book
Envoyer cet article par e-mail

Gouverner par le bien commun : Un précis d'incorrection politique à l'usage des jeunes générations

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Gouverner par le bien commun : Un précis d'incorrection politique à l'usage des jeunes générations

Gouverner par le bien commun : Un précis d'incorrection politique à l'usage des jeunes générations

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Gouverner par le bien commun : Un précis d'incorrection politique à..."

Nous vivons à l'heure des fins : fin de l'histoire, fin des nations, fin de la République, fin de l'État... Fin de tous les archaïsmes qui entraveraient la marche de l'humanité vers des lendemains prometteurs. Fin, aussi, de la pensée politique : tout débat est remplacé par une injonction de modernes autoproclamés envers des "anciens" qui refuseraient de se rendre aux "impératifs" pour s'accrocher à des notions dépassées. La fin du monde bipolaire de la guerre froide, liée à l'essor des technologies de l'information, nous ouvrait la possibilité de penser le destin des sociétés autrement qu'en termes d'opposition les unes aux autres. Au lieu de cela, le modernisme moralisateur ne nous a apporté que le nihilisme mou dont Nietzsche annonçait l'avènement au siècle dernier, associé à la volonté de puissance d'une nouvelle dogmatique qui prétend régenter le monde en lui donnant une explication définitive. Les élites actuelles ont renoncé à penser un monde ouvert et complexe pour céder aux charmes du bricolage idéologique et propager l'esprit de soumission, sur fond de nouvel ordre moral. La page d'histoire du siècle qui commence est blanche. Les idées gouvernent toujours le monde et un monde sans idées est promis à l'atonie et au déclin. Le projet du "gouvernement par le bien commun", projet éternel de la philosophie politique, n'a perdu aucune actualité. À nous d'en trouver le chemin, de restaurer la pensée, de refonder la politique.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 319  pages
  • Dimensions :  2.8cmx14.0cmx21.0cm
  • Poids : 421.8g
  • Editeur :   Guibert François Xavier Paru le
  • Collection : Combats pour la liberté de l'esprit
  • ISBN :  2868397271
  • EAN13 :  9782868397270
  • Classe Dewey :  330
  • Langue : Français

D'autres livres de Claude Rochet

Politiques publiques, de la stratégie aux résultats

« Bien faire les bonnes choses », ce slogan de bon sens pour tout citoyen est rien moins qu évident à mettre en uvre ! À quoi sert l État ? Qu est-ce qu une bonne politique ? Comment en mesurer les effets ? Qu est-ce qui est constant depuis la naissance de l État moderne ? Qu est-ce qui [....

Voir tous les livres de Claude Rochet

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Nous vivons à l'heure des fins : fin de l'histoire, fin des nations, fin de la République, fin de l'État... Fin de tous les archaïsmes qui entraveraient la marche de l'humanité vers des lendemains prometteurs. Fin, aussi, de la pensée politique : tout débat est remplacé par une injonction de modernes autoproclamés envers des "anciens" qui refuseraient de se rendre aux "impératifs" pour s'accrocher à des notions dépassées. La fin du monde bipolaire de la guerre froide, liée à l'essor des technologies de l'information, nous ouvrait la possibilité de penser le destin des sociétés autrement qu'en termes d'opposition les unes aux autres. Au lieu de cela, le modernisme moralisateur ne nous a apporté que le nihilisme mou dont Nietzsche annonçait l'avènement au siècle dernier, associé à la volonté de puissance d'une nouvelle dogmatique qui prétend régenter le monde en lui donnant une explication définitive. Les élites actuelles ont renoncé à penser un monde ouvert et complexe pour céder aux charmes du bricolage idéologique et propager l'esprit de soumission, sur fond de nouvel ordre moral. La page d'histoire du siècle qui commence est blanche. Les idées gouvernent toujours le monde et un monde sans idées est promis à l'atonie et au déclin. Le projet du "gouvernement par le bien commun", projet éternel de la philosophie politique, n'a perdu aucune actualité. À nous d'en trouver le chemin, de restaurer la pensée, de refonder la politique.