share_book
Envoyer cet article par e-mail

Pieds nus à travers la Mauritanie, 1933-1934

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Pieds nus à travers la Mauritanie, 1933-1934

Pieds nus à travers la Mauritanie, 1933-1934

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Pieds nus à travers la Mauritanie, 1933-1934"

Mauritanie 1933. Deux jeunes femmes du meilleur monde, parties à bord d'un langoustier breton à voiles rousses, se laissent volontairement débarquer sur la grève de Port-Étienne (aujourd'hui Nouadibhou) pour se perdre dans les sables. Ni mission officielle, ni subventions, peu d'argent, presque aucun bagage : les voilà qui se lancent à dos de chameau sur des pistes inconnues (elles parcourront de la sorte plusieurs milliers de kilomètres), dans une contrée où les militaires français eux-mêmes osaient à peine patrouiller. Ces vastes solitudes mal pacifiées étaient pour l'essentiel au pouvoir des pillards locaux, guerriers ombrageux qui n'acceptaient de vivre qu'à la fortune de leurs rezzou – et qui avaient la réputation d'occire sans un mot d'explication les étrangers assez fous pour s'aventurer sur leurs terres. Contre toute attente, ils offriront aux deux téméraires l'accueil réservé aux braves, et lieront bientôt avec elles les liens de la plus étroite amitié. Un classique de la littérature du désert porté aux nues par Théodore Monod. Et la révélation d'un des meilleurs écrivains-voyageurs du siècle qui vient de s'achever. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • 288  pages
  • Dimensions :  3.0cmx14.0cmx21.0cm
  • Poids : 362.9g
  • Editeur :   Phébus Paru le
  • Collection : Littérature Française
  • ISBN :  2859402381
  • EAN13 :  9782859402389
  • Classe Dewey :  916.61043
  • Langue : Français

D'autres livres de Odette Du Puigaudeau

Le sel du désert

Le désert, et le Sahara en particulier, a inspiré une littérature riche en chefs-d'œuvre, et les femmes, Isabelle Eberhardt en tête, ont apporté une contribution majeure à cette bibliothèque des sables. Mais Odette Du Puigaudeau se démarque de tous ses devanciers par un aspect qui peut sem...

Tagant : Au coeur du pays maure (1936-1938)

En 1936, l'aventurière Odette du Puigaudeau (1894-1991) se voit confier une mission d'exploration au Sahara occidental. Son itinéraire : les pistes du Grand Sud en direction de l'Adar mauritanien ; la découverte du Tagant, bastion mythique de la civilisation maure, aux portes du Grand Désert ; p...

La grande foire des dattes : Adrar mauritanien

Une fois de plus, après avoir couru " pieds nus à travers la Mauritanie ", Mlle Odette du Puigaudeau et son " double ", Marion Sénones, avaient donné rendez-vous à l'Aventure dans l'Adrar mauritanien où la grande foire des dattes attire les nomades. Elles l'ont rencontrée, telle qu'elles la s...

Prix : 147 DH

Voir tous les livres de Odette Du Puigaudeau

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Mauritanie 1933. Deux jeunes femmes du meilleur monde, parties à bord d'un langoustier breton à voiles rousses, se laissent volontairement débarquer sur la grève de Port-Étienne (aujourd'hui Nouadibhou) pour se perdre dans les sables. Ni mission officielle, ni subventions, peu d'argent, presque aucun bagage : les voilà qui se lancent à dos de chameau sur des pistes inconnues (elles parcourront de la sorte plusieurs milliers de kilomètres), dans une contrée où les militaires français eux-mêmes osaient à peine patrouiller. Ces vastes solitudes mal pacifiées étaient pour l'essentiel au pouvoir des pillards locaux, guerriers ombrageux qui n'acceptaient de vivre qu'à la fortune de leurs rezzou – et qui avaient la réputation d'occire sans un mot d'explication les étrangers assez fous pour s'aventurer sur leurs terres. Contre toute attente, ils offriront aux deux téméraires l'accueil réservé aux braves, et lieront bientôt avec elles les liens de la plus étroite amitié. Un classique de la littérature du désert porté aux nues par Théodore Monod. Et la révélation d'un des meilleurs écrivains-voyageurs du siècle qui vient de s'achever. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.