share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'imaginaire des langues

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'imaginaire des langues

L'imaginaire des langues

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "L'imaginaire des langues"

" Je pense que dans l'histoire de tous les arts et de toutes les cultures, il y a la nostalgie de ce moment primordial - et non pas primitif - où le même était en rapport en l'autre. Le même qui était l'habitant des cavernes, par exemple, son autre ce n'était pas un autrui, son autre, c'était l'animal et l'entour. Dans ce sens, quand il rencontre l'autrui et que commencent les guerres, et que commence la vie de société, il abandonne la tentative de fusion et de communion avec l'autre qui était l'animal et l'entour pour entrer dans les vicissitudes de la vie en société et peut-être de l'histoire. C'est-à-dire la relation avec un autrui, avec un autre qui serait semblable à lui-même. Il me semble que toute l'histoire des arts de toutes les humanités est une espèce de tension vers ce point de fusion, de connivence avec l'autre de l'animal, l'autre de l'arbre, l'autre des choses, et que cette sourde tension a été toujours - et peut-être heureusement parce que c'est une tension insupportable - masquée, barrée, par une conception du beau comme consentement à des règles, consentement à des lois, consentement à un ordonnancement. Il y a cette dualité dans ce que nous concevons de la beauté. Une fois de plus, je reviens à Rimbaud. Quand il dit : "Il faut se faire voyant", il dit qu'il faut être capable de voir ce moment de fusion primordiale. "

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 118  pages
  • Dimensions :  1.2cmx14.0cmx20.0cm
  • Poids : 158.8g
  • Editeur :   Editions Gallimard Paru le
  • Collection : HORS SERIE LITT
  • ISBN :  2070131823
  • EAN13 :  9782070131822
  • Classe Dewey :  844
  • Langue : Français

D'autres livres de Edouard Glissant

Introduction à une poétique du divers

L'exposé " en continu " des idées de Glissant sur la littérature et son rapport au monde, sur les variances tragiques des questions identitaires, sur le drame des langues, sur l'imaginaire et le " souffle du lieu " forme un ensemble qui ne se veut pas systématique, mais qui s'accorde au [.......

Voir tous les livres de Edouard Glissant

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

" Je pense que dans l'histoire de tous les arts et de toutes les cultures, il y a la nostalgie de ce moment primordial - et non pas primitif - où le même était en rapport en l'autre. Le même qui était l'habitant des cavernes, par exemple, son autre ce n'était pas un autrui, son autre, c'était l'animal et l'entour. Dans ce sens, quand il rencontre l'autrui et que commencent les guerres, et que commence la vie de société, il abandonne la tentative de fusion et de communion avec l'autre qui était l'animal et l'entour pour entrer dans les vicissitudes de la vie en société et peut-être de l'histoire. C'est-à-dire la relation avec un autrui, avec un autre qui serait semblable à lui-même. Il me semble que toute l'histoire des arts de toutes les humanités est une espèce de tension vers ce point de fusion, de connivence avec l'autre de l'animal, l'autre de l'arbre, l'autre des choses, et que cette sourde tension a été toujours - et peut-être heureusement parce que c'est une tension insupportable - masquée, barrée, par une conception du beau comme consentement à des règles, consentement à des lois, consentement à un ordonnancement. Il y a cette dualité dans ce que nous concevons de la beauté. Une fois de plus, je reviens à Rimbaud. Quand il dit : "Il faut se faire voyant", il dit qu'il faut être capable de voir ce moment de fusion primordiale. "