share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le vrai cul du diable

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le vrai cul du diable

Le vrai cul du diable

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le vrai cul du diable"

Anna Bravo achète un petit meuble d'angle vénitien du début du XVIIIe siècle, avec son miroir de Murano. Elle entretient un rapport particulier avec les miroirs. Avec celui-ci, sa vie va basculer... Voici donc la curieuse histoire d'une femme et de son reflet, d'une femme et de son image. Le miroir, dit un proverbe du Moyen Age, est " le vrai cul du diable ". Dans ce roman subtil et surprenant, le troisième d'une trilogie sur les sens, Percy Kemp décrit le plus effroyable des regards. Non pas celui que nous portons sur nous-même, pas même celui que les autres portent sur nous, mais le regard, impitoyable, qui naît du décalage effarant entre la perception que nous avons de nous-même et celle que les autres ont de nous.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 165  pages
  • Dimensions :  1.8cmx13.2cmx19.8cm
  • Poids : 222.3g
  • Editeur :   Le Cherche Midi Paru le
  • Collection : Styles
  • ISBN :  2749113598
  • EAN13 :  9782749113593
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Percy Kemp

Noon Moon : Le mercredi des Cendres

Pauvre Charlie ! Le voilà mis à l'écart de la grande traque lancée contre les terroristes. Placardisé par ses supérieurs - lui, l'homme de terrain ! Et pauvre Zandie ! Capturé par les Fous de Dieu, il s'attend à être égorgé d'un jour à l'autre. Et cette fois, personne n'y pourra rien. À...

Moore le Maure

Moore, son nom est Moore. Leslie Moore. Comme l'autre, il est au service secret de sa Majesté, et comme l'autre, c'est un modèle de gentleman, hautement apprécié pour son efficacité. Pourtant, nous ne saurons rien de ses exploits, car ce n'est pas un espion comme les autres : Moore le Maure a ...

Et le coucou, dans l'arbre, se rit de l'époux

" Je chavirais, je sombrais, je me liquéfiais, j'étais Micha, j'étais Jonathan, j'étais Jeff, j'étais Micha, j'étais Keats. J'étais Keats, et je tendais désespérément l'oreille, cherchant partout le chant du rossignol qui couvrirait les sarcasmes du coucou. J'étais Keats, et je tendais de...

Musc

Jusqu'où peut-on aller pour un parfum ? Pour les gens normaux, le parfum est un plaisir accessoire, doublé d'un luxe, parfois inutile, toujours superflu. Mais pour Monsieur Eme, le héros de Musc, le parfum est une vraie drogue : ce modèle d'élégance, de sobriété et de bon goût a vite rema...

Voir tous les livres de Percy Kemp

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Anna Bravo achète un petit meuble d'angle vénitien du début du XVIIIe siècle, avec son miroir de Murano. Elle entretient un rapport particulier avec les miroirs. Avec celui-ci, sa vie va basculer... Voici donc la curieuse histoire d'une femme et de son reflet, d'une femme et de son image. Le miroir, dit un proverbe du Moyen Age, est " le vrai cul du diable ". Dans ce roman subtil et surprenant, le troisième d'une trilogie sur les sens, Percy Kemp décrit le plus effroyable des regards. Non pas celui que nous portons sur nous-même, pas même celui que les autres portent sur nous, mais le regard, impitoyable, qui naît du décalage effarant entre la perception que nous avons de nous-même et celle que les autres ont de nous.