share_book
Envoyer cet article par e-mail

Dondog

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Dondog

Dondog

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Dondog"

Trente ans d'enfermement, ça laisse des traces, des marques, des blessures. Des obsessions aussi quand on est libéré. Des obsessions, Dondog Balbaïan n'en manque pas. Et non des moindres : "Régler des comptes avec deux ou trois personnes. Tuer deux ou trois personnes, et ensuite m'éteindre." Un programme minimum comme un autre ! Il y a juste un problème, un tout petit problème : il souffre d'amnésie depuis l'enfance. Un handicap certain pour assouvir une vengeance personnelle, un besoin ruminé et mâché à partir de souvenirs improbables. Restent malgré tout des noms qui reviennent, inlassablement, qui trottinent dans la caboche de cet Ybur quinquagénaire, échappé d'une extermination, interné, longtemps, trop longtemps. Dondog est le tableau d'un monde futuriste, entre Mad Max, le Bunker Palace Hôtel d'Enki Bilal et Metropolis de Fritz Lang. Un monde inquiet et inquiétant, peuplé de rats, de cafards, partagé entre les bons et les méchants, les traîtres, les paumés et les ennemis du peuple. Dans cet univers obscur de suspicions, d'interrogatoires, de dénonciations, les êtres disparaissent, la révolution mondiale s'éparpille en poussière "comme une bouse sèche", les golems s'effondrent, le sens de l'histoire s'inverse, les rêves trahissent la réalité… Rien de moins qu'une fresque moderne, avec quelques relents policiers et politiques, articulée autour de l'apocalypse intime et collective. Une fresque diablement éprouvante ! --Céline Darner --Ce texte fait référence à lédition Broché .

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 368  pages
  • Dimensions :  2.2cmx11.0cmx17.4cm
  • Poids : 181.4g
  • Editeur :   Seuil Paru le
  • Collection : Points
  • ISBN :  2020617102
  • EAN13 :  9782020617109
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Antoine Volodine

Ecrivains

La figure de l'écrivain telle que l'imagine Antoine Volodine. Ni alcoolique génial ni géant hugolien, ni romantique torturé, et encore moins sommité mondaine adulée par les médias. L'écrivain ici se débat contre le silence et la maladie, quand il n'est pas sur le point d'être assassiné pa...

Le nom des singes

A Puesto Libertad, capitale de la forêt vierge et sanctuaire désert de la révolution, la sécurité politique s'est mise à fouiller dans le passé de Fabian Golpiez qui, pour échapper aux interrogatoires, n'a d'autre solution que de simuler la folie. Un psychiatre-chaman, Gonçalves, lui offre ...

Le post-exotisme en dix lecons, leçon onze

Qu'est-ce que le post-exotisme ?... Comment et pourquoi une littérature de rêves et de prisons, profondément étrangère aux traditions du monde officiel, a-t-elle pu exister dans le quartier de haute sécurité où pourrissent les criminels politiques ?... Quelle voix récite les livres, quelle ...

Voir tous les livres de Antoine Volodine

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Trente ans d'enfermement, ça laisse des traces, des marques, des blessures. Des obsessions aussi quand on est libéré. Des obsessions, Dondog Balbaïan n'en manque pas. Et non des moindres : "Régler des comptes avec deux ou trois personnes. Tuer deux ou trois personnes, et ensuite m'éteindre." Un programme minimum comme un autre ! Il y a juste un problème, un tout petit problème : il souffre d'amnésie depuis l'enfance. Un handicap certain pour assouvir une vengeance personnelle, un besoin ruminé et mâché à partir de souvenirs improbables. Restent malgré tout des noms qui reviennent, inlassablement, qui trottinent dans la caboche de cet Ybur quinquagénaire, échappé d'une extermination, interné, longtemps, trop longtemps. Dondog est le tableau d'un monde futuriste, entre Mad Max, le Bunker Palace Hôtel d'Enki Bilal et Metropolis de Fritz Lang. Un monde inquiet et inquiétant, peuplé de rats, de cafards, partagé entre les bons et les méchants, les traîtres, les paumés et les ennemis du peuple. Dans cet univers obscur de suspicions, d'interrogatoires, de dénonciations, les êtres disparaissent, la révolution mondiale s'éparpille en poussière "comme une bouse sèche", les golems s'effondrent, le sens de l'histoire s'inverse, les rêves trahissent la réalité… Rien de moins qu'une fresque moderne, avec quelques relents policiers et politiques, articulée autour de l'apocalypse intime et collective. Une fresque diablement éprouvante ! --Céline Darner --Ce texte fait référence à lédition Broché .