share_book
Envoyer cet article par e-mail

Sujet, verbe, complément : Le moment grammatical de la littérature française 1890-1940

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Sujet, verbe, complément : Le moment grammatical de la littérature française 1890-1940

Sujet, verbe, complément : Le moment grammatical de la littérature française 1890-1940

  (Auteur)


Prix : 181,00 DH TTC


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Sujet, verbe, complément : Le moment grammatical de la littérature française 1890-1940"

C'est en linguiste et en historien que Gilles Philippe fait apparaître dans cet ouvrage une dimension fondamentale, et pourtant largement inaperçue, de notre passé littéraire : le souci prioritairement accordé aux questions de grammaire de la fin du XIXe siècle au lendemain de la Grande Guerre, et même au-delà, jusqu'à Jean-Paul Sartre. De Maupassant au jeune Barthes, en passant par Proust et Claudel, on s'est inquiété de la place des adjectifs, disputé pour des problèmes de conjugaison, en une sorte de polémique sans cesse relancée et à laquelle tous ont voulu prendre part : historiens de la langue et de la littérature, comme Brunot et Lanson ; critiques et linguistes, tels Thibaudet et Bally ; pontifes de l'Académie française et de l'institution scolaire, grands prêtres de La Nouvelle Revue française. De cette querelle récurrente Flaubert émerge ici comme le héros paradoxal. Faire de la littérature, était-ce écrire " bien ", en respectant les préceptes farouchement défendus par les puristes, ou alors tordre la syntaxe jusqu'à la rendre expressive ? Prendre des libertés avec la norme vous excluait-il du panthéon des vrais écrivains ou vous y menait-il tout droit ? La question peut sembler futile, et d'un autre temps. Elle fonde pourtant notre rapport moderne aux textes et reste capitale pour un abord de la littérature qui, derrière la langue, sa correction et ses audaces, renvoie à un ordre rhétorique et social. Et cet ordre va très loin : au coeur de l'identité même de la France, cette nation littéraire.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 258  pages
  • Dimensions :  2.0cmx13.6cmx22.2cm
  • Poids : 281.2g
  • Editeur :   Gallimard Paru le
  • Collection : Bibliothèque des idées
  • ISBN :  2070764087
  • EAN13 :  9782070764082
  • Classe Dewey :  840.9007
  • Langue : Français

D'autres livres de Gilles Philippe

Le français, dernière des langues

On a longtemps cru que l'histoire des discours sur le français se résumait à une longue suite d'éloges. Or, vers le milieu du XVIIIe siècle, alors que l'Europe semble adhérer à l'idée que les qualités propres de la langue française lui valent toute suprématie sur ses voisines, on commence...

Le rêve du style parfait

Gilles Philippe est professeur à l'université de Lausanne. Il est notamment l'auteur de Le Français, dernière des langues. Histoire d'un procès littéraire, paru aux Presses universitaires de France en 2010. Il dirige par ailleurs l'édition des Oeuvres complètes de Marguerite Duras pour la «...

Voir tous les livres de Gilles Philippe

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

C'est en linguiste et en historien que Gilles Philippe fait apparaître dans cet ouvrage une dimension fondamentale, et pourtant largement inaperçue, de notre passé littéraire : le souci prioritairement accordé aux questions de grammaire de la fin du XIXe siècle au lendemain de la Grande Guerre, et même au-delà, jusqu'à Jean-Paul Sartre. De Maupassant au jeune Barthes, en passant par Proust et Claudel, on s'est inquiété de la place des adjectifs, disputé pour des problèmes de conjugaison, en une sorte de polémique sans cesse relancée et à laquelle tous ont voulu prendre part : historiens de la langue et de la littérature, comme Brunot et Lanson ; critiques et linguistes, tels Thibaudet et Bally ; pontifes de l'Académie française et de l'institution scolaire, grands prêtres de La Nouvelle Revue française. De cette querelle récurrente Flaubert émerge ici comme le héros paradoxal. Faire de la littérature, était-ce écrire " bien ", en respectant les préceptes farouchement défendus par les puristes, ou alors tordre la syntaxe jusqu'à la rendre expressive ? Prendre des libertés avec la norme vous excluait-il du panthéon des vrais écrivains ou vous y menait-il tout droit ? La question peut sembler futile, et d'un autre temps. Elle fonde pourtant notre rapport moderne aux textes et reste capitale pour un abord de la littérature qui, derrière la langue, sa correction et ses audaces, renvoie à un ordre rhétorique et social. Et cet ordre va très loin : au coeur de l'identité même de la France, cette nation littéraire.