share_book
Envoyer cet article par e-mail

La Renaissance à Florence : La naissance d'un art nouveau

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La Renaissance à Florence : La naissance d'un art nouveau

La Renaissance à Florence : La naissance d'un art nouveau

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La Renaissance à Florence : La naissance d'un art nouveau"

Comprendre ce que représente véritablement la Renaissance revient à comprendre comment une ville, Florence, a su favoriser la création artistique par des commandes publiques d'envergure, grâce à une économie moderne et prospère, comment elle a permis l'apparition d'un cercle intellectuel incomparable. Richard Turner, en concentrant son analyse sur le Quattrocento florentin, dégage avec force les grands traits qui ont fait l'originalité de Florence. Il ne se contente pas d'analyser les plus importantes créations artistiques de l'époque (le Saint Georges de Donatello, le David de Michel-Ange, le dôme de Brunelleschi, etc.) mais en donne un éclairage pertinent par une description précise du contexte social dans lequel elles ont vu le jour. L'auteur décrit aussi bien les commandes privées d'oeuvres d'art (un palais, une chapelle funéraire) que les manifestations ostentatoires du pouvoir. Il dresse le portrait d'un peuple éclairé, à l'image de ses dirigeants dissertant dans leur villa de campagne avec les plus grands philosophes tels Marsile Ficin ou Pic de la Mirandole, et en même temps avide de pratiques dévotes, faisant réaliser des portraits en cire pour les déposer dans les églises de la ville et vénérant des statues ou des fresques aux pouvoirs miraculeux.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 175  pages
  • Dimensions :  1.0cmx14.8cmx22.0cm
  • Poids : 421.8g
  • Editeur :   Flammarion Paru le
  • Collection : Tout l'Art Histoire
  • ISBN :  2081216957
  • EAN13 :  9782081216952
  • Classe Dewey :  709.455109024
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Comprendre ce que représente véritablement la Renaissance revient à comprendre comment une ville, Florence, a su favoriser la création artistique par des commandes publiques d'envergure, grâce à une économie moderne et prospère, comment elle a permis l'apparition d'un cercle intellectuel incomparable. Richard Turner, en concentrant son analyse sur le Quattrocento florentin, dégage avec force les grands traits qui ont fait l'originalité de Florence. Il ne se contente pas d'analyser les plus importantes créations artistiques de l'époque (le Saint Georges de Donatello, le David de Michel-Ange, le dôme de Brunelleschi, etc.) mais en donne un éclairage pertinent par une description précise du contexte social dans lequel elles ont vu le jour. L'auteur décrit aussi bien les commandes privées d'oeuvres d'art (un palais, une chapelle funéraire) que les manifestations ostentatoires du pouvoir. Il dresse le portrait d'un peuple éclairé, à l'image de ses dirigeants dissertant dans leur villa de campagne avec les plus grands philosophes tels Marsile Ficin ou Pic de la Mirandole, et en même temps avide de pratiques dévotes, faisant réaliser des portraits en cire pour les déposer dans les églises de la ville et vénérant des statues ou des fresques aux pouvoirs miraculeux.