share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le révisionnisme en histoire : Problèmes et mythes

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le révisionnisme en histoire : Problèmes et mythes

Le révisionnisme en histoire : Problèmes et mythes

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le révisionnisme en histoire : Problèmes et mythes"

Dans cette relecture originale des origines du totalitarisme, Domenico Losurdo s'attache à analyser et à dénoncer ce qui, selon lui, constitue le plus grand mythe historique de l'époque moderne, forgé par Carl Schmitt entre les deux guerres : l'idée que la tradition révolutionnaire, qui prend sa source dans la revendication de l'égalité abstraite et universelle de tous les hommes, est en dernier ressort la cause des totalitarismes -fasciste et communiste -qui ont marqué le XXe siècle. S'inscrivant en faux contre les positions qui en découlent, D. Losurdo montre , contre Nolte, que la terreur de masse et le totalitarisme ont des racines qui précèdent de loin la révolution d'Octobre, et contre Furet, qu'ils n'ont pas de liens intrinsèques avec la tradition révolutionnaire et lutte pour l'égalité abstraite. Leur origine est endogène à la culture libérale de l'Occident moderne ; elle est liée à la manière dont les démocraties ont conçu et développé leurs rapports avec les peuples " autres ". Le nazisme n'est donc pas le produit d'une infection par l'Orient (et n'a pas imité les méthodes des bolcheviques, " mongols ", " asiates ", juifs sans patrie, comme le prétend Nolte), mais un pur produit de l'Occident. A l'opposé de la tradition révolutionnaire, il tire son essence de la négation de l'universel humain et de la racisation de l'ennemi pratiquée par les pays occidentaux, dans le colonialisme et les mouvements racialistes qui ont foisonné avec l'essor de la modernité industrielle et " libérale ". Et c'est dans ce déni que plongent les racines du révisionnisme historique qui tend à s'insinuer de nos jours.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 279  pages
  • Dimensions :  2.8cmx14.4cmx21.8cm
  • Poids : 440.0g
  • Editeur :   Editions Albin Michel Paru le
  • Collection : Bibliotheque Albin Michel Histoire
  • ISBN :  2226158855
  • EAN13 :  9782226158857
  • Classe Dewey :  900
  • Langue : Français

D'autres livres de Domenico Losurdo

Gramsci : Du libéralisme au

Gramsci est un auteur qui connut en France son heure de gloire dans les années 1970, porté par la conjoncture politique de l'époque, alors que, paradoxalement, il n'était que très fragmentairement traduit. Aujourd'hui, après la chute des régimes soviétiques et l'achèvement de l'édition Gal...

Staline : Histoire et critique d'une légende noire

Il fut un temps où d'illustres hommes d'Etat - comme Churchill - et des intellectuels de premier plan - Hannah Arendt ou Thomas Mann pour ne citer qu'eux - avaient pour Staline, et pour le pays qu'il guidait, du respect, de la sympathie et même de l'admiration. Avec l'éclatement de la Guerre froi...

Le péché originel du XXe siècle

Peu à peu se fait jour l'idée que le communisme serait la cause initiale de tous les crimes du XXe siècle. Pour les tenants d'une histoire réactionnaire, le génocide de "race" initié par les nazis ne serait qu'une réponse au génocide de "classe" lancé par les bolcheviques. L'auteur démontr...

Voir tous les livres de Domenico Losurdo

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Dans cette relecture originale des origines du totalitarisme, Domenico Losurdo s'attache à analyser et à dénoncer ce qui, selon lui, constitue le plus grand mythe historique de l'époque moderne, forgé par Carl Schmitt entre les deux guerres : l'idée que la tradition révolutionnaire, qui prend sa source dans la revendication de l'égalité abstraite et universelle de tous les hommes, est en dernier ressort la cause des totalitarismes -fasciste et communiste -qui ont marqué le XXe siècle. S'inscrivant en faux contre les positions qui en découlent, D. Losurdo montre , contre Nolte, que la terreur de masse et le totalitarisme ont des racines qui précèdent de loin la révolution d'Octobre, et contre Furet, qu'ils n'ont pas de liens intrinsèques avec la tradition révolutionnaire et lutte pour l'égalité abstraite. Leur origine est endogène à la culture libérale de l'Occident moderne ; elle est liée à la manière dont les démocraties ont conçu et développé leurs rapports avec les peuples " autres ". Le nazisme n'est donc pas le produit d'une infection par l'Orient (et n'a pas imité les méthodes des bolcheviques, " mongols ", " asiates ", juifs sans patrie, comme le prétend Nolte), mais un pur produit de l'Occident. A l'opposé de la tradition révolutionnaire, il tire son essence de la négation de l'universel humain et de la racisation de l'ennemi pratiquée par les pays occidentaux, dans le colonialisme et les mouvements racialistes qui ont foisonné avec l'essor de la modernité industrielle et " libérale ". Et c'est dans ce déni que plongent les racines du révisionnisme historique qui tend à s'insinuer de nos jours.