share_book
Envoyer cet article par e-mail

Zodiac

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Zodiac

Zodiac

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Zodiac"

Parmi les romans cultes de la Série Noire, il en existe un, quasi ovni qui se détache du lot par divers aspects assez fascinants. Ce roman s'intitule Le Grossium, a été écrit par Stanley Crawford en 1966 et traduit et préfacé – hommage rare – trois ans après par Duhamel. En refermant Zodiac, deuxième roman paru en 1988 aux USA (sans grand succès) et traduit en septembre 2002 en France, c'est à celui-ci que l'on pense. Même rythme échevelé, même capacité de prémonition, même humour non affiché... Zodiac est un polar, un roman noir au héros hard boiled de la plus pure tradition. Il narre les démêlés de Sangamon Taylor, éco-warrior professionnel et chimiste de talent qui s'agite dans la baie de Boston. Sangamon Taylor bouche les canalisations, sabote, manipule les médias. Il est macho, cynique, sûr de lui, tombeur de femmes, sportif, intelligent, cultivé, revenu de tout... Il "sauve la planète", réussit tout, a toujours raison... et est, forcément, inattaquable. C'est un James Bond en jeans crasseux, inhalateur de protoxyde d'azote et d'une élégance morale à géométrie variable. Sangamon Taylor est donc, forcément, exaspérant, alors, forcément, les ennuis vont lui tomber dessus comme les nuages radioactifs ukrainiens sur les champignons alsaciens : il va donc se mesurer, forcément, à la mafia, forcément, à l'État, forcément, aux trusts pollueurs, et, forcément, à une secte d'adeptes de heavy metal... On en passe... "L'Opération homard" qu'il a montée va donc, forcément, lui retomber dessus. Mais, forcément, Sangamon Taylor s'en tirera. L'éditeur, sur la quatrième de couverture, parle d'un humour à la Carl Hiaassen, romancier (de grand talent) écologiste de Floride à l'œuvre burlesque. C'est commettre une double faute. Premièrement : l'humour présent dans Zodiac n'a aucun rapport avec celui, souvent gesticulant et buster-keatonien de Hiaassen. Chez Stephenson, il n'y a aucun aucun gag, c'est en creux que le roman est hilarant. "Vrai connard" (dixit Stephenson dans la préface), Sangamon Taylor est une charge impitoyable contre le militantisme deep ecology. Il en fait une figure bouffie, une baudruche en proie à la frénésie de sauver le monde et, ce faisant, Stephenson crée un nouveau personnage littéraire, plutôt fascinant dans son ambivalence, ses paradoxes, ses contradictions, son côté usurpateur. Deuxièmement, on ne peut même pas comparer Hiaassen à Stephenson... sous prétexte de thème écologique commun. Quand Hiaassen, aussi drôle soit-il, arrivera à atteindre un tel souffle, un tel rythme, à accumuler avec autant de sérieux autant de précisions scientifiques (saluons le traducteur qui a dû se former à la chimie), à bâtir sur des faits exacts autant de situations menées avec un tel brio, il sera un des plus grands auteurs américains vivants, ce qu'est indubitablement Stephenson, l'auteur du titanesque Cryptonomicon et de l'hallucinant Samouraï virtuel à l'imagination hors du commun. Il faut lire Zodiac tant pour "entrer" avec légèreté en Stephenson, avant de s'attaquer à la suite incontournable de son oeuvre, passablement plus ardue, que pour réaliser une chose : si en 1988 ce roman avait connu un succès plus important, il aurait peut-être pu secouer le polar en quête de voies, de thèmes, de personnages et d'auteurs aptes à lui pointer gentiment ses travers les plus caricaturaux. James Ellroy, autre maniaque de la précision et de l'effet de réel, se serait peut-être alors mis lui aussi à traiter d'écologie. Ou au moins à apprendre ce qu'est l'humour et l'autodérision. --Francis Mizio --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 401  pages
  • Dimensions :  2.0cmx10.8cmx17.8cm
  • Poids : 222.3g
  • Editeur :   Editions Gallimard Paru le
  • Collection : Folio SF
  • ISBN :  2070336913
  • EAN13 :  9782070336913
  • Classe Dewey :  813.54
  • Langue : Français

D'autres livres de Neal Stephenson

Cryptonomicon. 1, Le code Enigma

Que peuvent avoir en commun Tolkien, une thèse déconstruisant le mythe de la barbe, et la cryptographie ? Neal Stephenson. Cet auteur descendant des cyberpunks cultive une écriture jubilatoire et foisonnante qui fait de ses œuvres des bijoux d'un nouveau genre. Après les aventures d'un [.....

L'Âge de diamant ou le Manuel illustré d'éducation à l'usage de filles

Un monde de l'avenir bardé de nano-technologies, d'univers virtuels, de réseaux neuronaux et d'intelligences qui s'efforcent d'être le plus artificiel possible. Une petite fille qui reçoit une éducation singulière grâce à un Livre Mentor qui raconte des histoires. Et tout cela dans une [....

Le Samouraï virtuel

Hiro Protagoniste est le plus grand sabreur du monde, dans l'univers réel et dans le Métavers virtuel. Il livre aussi des pizzas pour le compte de la branche commerciale de la Mafia. Y.T., 15 ans, blonde, plutôt du genre dégourdi, voire redoutable, transporte sur sa planche à roulettes version ...

Cryptonomicon, tome 2 : Le Réseau Kinakuta

Ce deuxième volume de l'édition française qui a séparé le Cryptonomicon en trois parties, immerge enfin totalement le lecteur halluciné dans ce qu'il est faible de qualifier comme l'un des romans majeurs de la science-fiction... sinon de la littérature mondiale elle-même (salué aux USA, mai...

Voir tous les livres de Neal Stephenson

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Parmi les romans cultes de la Série Noire, il en existe un, quasi ovni qui se détache du lot par divers aspects assez fascinants. Ce roman s'intitule Le Grossium, a été écrit par Stanley Crawford en 1966 et traduit et préfacé – hommage rare – trois ans après par Duhamel. En refermant Zodiac, deuxième roman paru en 1988 aux USA (sans grand succès) et traduit en septembre 2002 en France, c'est à celui-ci que l'on pense. Même rythme échevelé, même capacité de prémonition, même humour non affiché... Zodiac est un polar, un roman noir au héros hard boiled de la plus pure tradition. Il narre les démêlés de Sangamon Taylor, éco-warrior professionnel et chimiste de talent qui s'agite dans la baie de Boston. Sangamon Taylor bouche les canalisations, sabote, manipule les médias. Il est macho, cynique, sûr de lui, tombeur de femmes, sportif, intelligent, cultivé, revenu de tout... Il "sauve la planète", réussit tout, a toujours raison... et est, forcément, inattaquable. C'est un James Bond en jeans crasseux, inhalateur de protoxyde d'azote et d'une élégance morale à géométrie variable. Sangamon Taylor est donc, forcément, exaspérant, alors, forcément, les ennuis vont lui tomber dessus comme les nuages radioactifs ukrainiens sur les champignons alsaciens : il va donc se mesurer, forcément, à la mafia, forcément, à l'État, forcément, aux trusts pollueurs, et, forcément, à une secte d'adeptes de heavy metal... On en passe... "L'Opération homard" qu'il a montée va donc, forcément, lui retomber dessus. Mais, forcément, Sangamon Taylor s'en tirera. L'éditeur, sur la quatrième de couverture, parle d'un humour à la Carl Hiaassen, romancier (de grand talent) écologiste de Floride à l'œuvre burlesque. C'est commettre une double faute. Premièrement : l'humour présent dans Zodiac n'a aucun rapport avec celui, souvent gesticulant et buster-keatonien de Hiaassen. Chez Stephenson, il n'y a aucun aucun gag, c'est en creux que le roman est hilarant. "Vrai connard" (dixit Stephenson dans la préface), Sangamon Taylor est une charge impitoyable contre le militantisme deep ecology. Il en fait une figure bouffie, une baudruche en proie à la frénésie de sauver le monde et, ce faisant, Stephenson crée un nouveau personnage littéraire, plutôt fascinant dans son ambivalence, ses paradoxes, ses contradictions, son côté usurpateur. Deuxièmement, on ne peut même pas comparer Hiaassen à Stephenson... sous prétexte de thème écologique commun. Quand Hiaassen, aussi drôle soit-il, arrivera à atteindre un tel souffle, un tel rythme, à accumuler avec autant de sérieux autant de précisions scientifiques (saluons le traducteur qui a dû se former à la chimie), à bâtir sur des faits exacts autant de situations menées avec un tel brio, il sera un des plus grands auteurs américains vivants, ce qu'est indubitablement Stephenson, l'auteur du titanesque Cryptonomicon et de l'hallucinant Samouraï virtuel à l'imagination hors du commun. Il faut lire Zodiac tant pour "entrer" avec légèreté en Stephenson, avant de s'attaquer à la suite incontournable de son oeuvre, passablement plus ardue, que pour réaliser une chose : si en 1988 ce roman avait connu un succès plus important, il aurait peut-être pu secouer le polar en quête de voies, de thèmes, de personnages et d'auteurs aptes à lui pointer gentiment ses travers les plus caricaturaux. James Ellroy, autre maniaque de la précision et de l'effet de réel, se serait peut-être alors mis lui aussi à traiter d'écologie. Ou au moins à apprendre ce qu'est l'humour et l'autodérision. --Francis Mizio --Ce texte fait référence à l'édition Broché .