share_book
Envoyer cet article par e-mail

Jean-Marie Straub - Danièle Huillet : Aux distraitements désespérés que nous sommes...

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Jean-Marie Straub - Danièle Huillet : Aux distraitements désespérés que nous sommes...

Jean-Marie Straub - Danièle Huillet : Aux distraitements désespérés que nous sommes...

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Jean-Marie Straub - Danièle Huillet : Aux distraitements désespérés que nous sommes..."

De la même génération que les cinéastes de la Nouvelle Vague, Jean-Marie Straub, refusant d'aller se battre contre les Algériens, est contraint de s'exiler en Allemagne où il devient l'une des figures du " nouveau cinéma allemand " des années 60. Il co-signe tous ses films avec sa compagne et collaboratrice Danièle Huillet. La plupart des films de "Straub-Huillet" sont des mises en scènes de textes revisités : Corneille (Othon, 1969), H6lderlin (La Mort d'Empédocle, 1986), Cézanne (Cézanne, 1989), Une visite au Louvre, 2003), Kafka (Amerika, rapports de classes, 1984), Brecht (Antigone, 1991), Franco Fortini (Franco Fortini, 1976), Heinrich Boll (Non Réconciliés, 1965), Pavese (De la nuée à la résistance, 1979). Le titre de leur film : Non réconciliés/Seule la violence aide là où la violence règne, sonne comme une devise. Depuis 1965, rien n'a changé pour eux, ni l'impérialisme, ni l'exploitation n'ont disparu de l'histoire. Ils ne partagent pas l'" euphorie sinistre " d'aujourd'hui. Ils ignorent que les " idéologies " ont changé, que plus personne n'ose citer Karl Marx ou Bertolt Brecht, que plus personne ne parle de luttes de classes. Ils ne se sont jamais repentis. Leur cinéma est un défi, chaque fois renouvelé, de trouver les moyens d'un travail minutieux et têtu, celui d'un artisan qui ne pourra faire naître les merveilles du hasard que grâce à la multiplicité des répétitions, des repérages et des prises. Il leur faut surtout du temps, ils sont parmi les rares cinéastes à ne pas se laisser écraser par la vitesse. Louis Seguin suit le cinéma de Straub-Huillet depuis ses débuts, il a suivi chacun des films pas à pas, écrit, analysé et commenté l'ouvre en développement. Cet ouvrage rassemble aujourd'hui ses textes, auxquels s'ajoute celui de Freddy Buache, sur les derniers films Une visite au Louvre et Rencontres avec eux.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 302  pages
  • Dimensions :  2.2cmx11.4cmx16.4cm
  • Poids : 322.1g
  • Editeur :   Cahiers Du Cinéma Paru le
  • Collection : Petite bibliothèque des Cahiers du cinéma
  • ISBN :  2866424697
  • EAN13 :  9782866424695
  • Classe Dewey :  791.4344
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

De la même génération que les cinéastes de la Nouvelle Vague, Jean-Marie Straub, refusant d'aller se battre contre les Algériens, est contraint de s'exiler en Allemagne où il devient l'une des figures du " nouveau cinéma allemand " des années 60. Il co-signe tous ses films avec sa compagne et collaboratrice Danièle Huillet. La plupart des films de "Straub-Huillet" sont des mises en scènes de textes revisités : Corneille (Othon, 1969), H6lderlin (La Mort d'Empédocle, 1986), Cézanne (Cézanne, 1989), Une visite au Louvre, 2003), Kafka (Amerika, rapports de classes, 1984), Brecht (Antigone, 1991), Franco Fortini (Franco Fortini, 1976), Heinrich Boll (Non Réconciliés, 1965), Pavese (De la nuée à la résistance, 1979). Le titre de leur film : Non réconciliés/Seule la violence aide là où la violence règne, sonne comme une devise. Depuis 1965, rien n'a changé pour eux, ni l'impérialisme, ni l'exploitation n'ont disparu de l'histoire. Ils ne partagent pas l'" euphorie sinistre " d'aujourd'hui. Ils ignorent que les " idéologies " ont changé, que plus personne n'ose citer Karl Marx ou Bertolt Brecht, que plus personne ne parle de luttes de classes. Ils ne se sont jamais repentis. Leur cinéma est un défi, chaque fois renouvelé, de trouver les moyens d'un travail minutieux et têtu, celui d'un artisan qui ne pourra faire naître les merveilles du hasard que grâce à la multiplicité des répétitions, des repérages et des prises. Il leur faut surtout du temps, ils sont parmi les rares cinéastes à ne pas se laisser écraser par la vitesse. Louis Seguin suit le cinéma de Straub-Huillet depuis ses débuts, il a suivi chacun des films pas à pas, écrit, analysé et commenté l'ouvre en développement. Cet ouvrage rassemble aujourd'hui ses textes, auxquels s'ajoute celui de Freddy Buache, sur les derniers films Une visite au Louvre et Rencontres avec eux.